HEAD TO HEAD with Marc Rodwin: Should we try to manage non-financial interests?

Marc Rodwin – copyright Christophe Delory

Marc Rodwin, IMéRA Fellow 2017-2018, professor of health law, Suffolk University Law School, Boston, MA, USA

Miriam Wiersma master of philosophy candidate (1), Ian Kerridge professor of bioethics and medicine (1) (2), Wendy Lipworth associate professor (1)
(1)Sydney Health Ethics, University of Sydney, Sydney, NSW 2006, Australia; (2)Royal North Shore Hospital, St Leonards, NSW, Australia; (3)

Ideological biases influence medical research and practice and should be disclosed and managed, say Miriam Wiersma and colleagues. But Marc Rodwin argues that many of these interests are widespread and inherent to life and cannot be avoided or eliminated.

Dialogue published in BMJ 2018;361:k1240 doi: 10.1136/bmj.k1240 (Published 12 April 2018)

CLICK TO READ IT

« Prescription of drugs for unapproved uses : what public policy to control it? », par Marc Rodwin

Marc Rodwin – copyright Christophe Delory

Marc Rodwin, titulaire de la Chaire en cancérologie intégrée IMéRA-SIRIC, est professeur de droit à l’université de Suffolk à Boston, et chercheur au sein du Edmond J. Safra Center for Ethics de l’université d’Harvard. Ses recherches portent sur le droit de la santé, les questions pharmaceutiques et leur politique. Professeur invité dans de nombreuses structures, il a également travaillé pour des commissions gouvernementales et a participé à des comités consultatifs, dont la Food and Drug Administration. Il a notamment publié « Les conflits d’intérêts en médecine : quel avenir pour la santé ? France, États-Unis, Japon» aux presses de L’EHESP (2014).

Article paru dans Fellows#37 « Industrie pharmaceutique : soigner ou vendre », revue du RFIEA.

It is a widespread practice in the U.S.A. and Europe for pharmaceutical firms to market drugs off-label, that is, for purposes that the authority granting marketing approval has not found to be safe and effective. Sometimes they do so explicitly and illegally because ­the expected revenue exceeds potential penalties, while other times they employ marketing strategies that fail to take precautions to avoid off-label sales. In recent years, U.S. pharmaceutical firm settlement agreements for illegal off-label promotion have included Johnson and Johnson ($2.2 billion for off-label promotion of Risperdal, Invega and Natrecor); Pfizer ($2.3 billion for off-label promotion of Bextra); and GlaxoSmith Kline ($3 billion for off-label promotion of Avandia).  However, the problem is more complex than it appears.
Continuer la lecture de « « Prescription of drugs for unapproved uses : what public policy to control it? », par Marc Rodwin »

« Propriété et appropriation dans la chaîne du médicament : du droit aux droits », par Patrick Lowe Gnintedem

Patrick Juvet Lowé Gnintedem (résident de l’IMéRA 2012-2013), docteur en droit, est enseignant-chercheur à l’université de Dschang (Cameroun) et formateur dans plusieurs institutions nationales et internationales. Il est expert auprès de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Ses activités de recherche portent principalement sur le droit des activités économiques, la théorie du droit et les droits de propriété intellectuelle. Il est notamment l’auteur de Droit des brevets et santé publique dans l’espace OAPI (publié aux Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014).

Article paru dans Fellows#37 « Industrie pharmaceutique : soigner ou vendre », revue du RFIEA.

Aussi redouté que sollicité, le médicament était essentiellement perçu, jusqu’à une époque pas très lointaine, sous l’angle de sa consommation et de l’efficacité qu’il fallait en attendre. Mais la globalisation montante des risques sanitaires et la multiplication corrélative des scandales et incidents liés aux solutions pharmaceutiques proposées ont poussé les acteurs sociaux à s’intéresser davantage à l’ensemble du processus du médicament, de la conception à la consommation, autrement connu sous le vocable « chaîne du médicament ».

Quel que soit le pays, la chaîne du médicament est régie par un ensemble de textes juridiques destinés à organiser les acteurs, les procédures et les usages du médicament. Le médicament est un produit très spécifique qui, à la différence de la plupart des autres biens, ne révèle souvent ses vices cachés que par le dommage qu’il cause. D’un point de vue juridique, il demeure cependant avant tout un bien. Or, la notion juridique de bien renvoie au premier chef à ce qui peut faire l’objet d’un droit de propriété. Continuer la lecture de « « Propriété et appropriation dans la chaîne du médicament : du droit aux droits », par Patrick Lowe Gnintedem »

Croyances, émotions, science et incertitudes – l’exemple des débats sur « pesticides et cancers », par Pierre Livet

Pierre Livet, professeur émérite de philosophie à Aix-Marseille-Université, est directeur du programme Rencontres Sciences et Humanités de l’IMéRA.

Ce texte fait suite au débat public sur « Comprendre, débattre, intégrer, faits et incertitudes scientifiques : pesticides, alimentation et risques de cancers » qui s’est déroulé le  8 décembre 2017 à l’espace éthique méditerranéen de l’Hôpital La Timone (Marseille). 

Les propositions des Agences étatiques ou internationales qui annoncent qu’« il n’existe pas dans l’état actuel des recherches de preuve scientifique que » telle substance- pesticide par exemple-  soit nocive pour la santé suscitent  souvent des réactions soupçonneuses voire indignées, du genre : « pas de preuve, alors que c’est évidemment nocif », « s’il fallait attendre leurs preuves, on serait tous empoisonnés ». On peut s’interroger sur les éléments qui induisent ces réactions. Il est clair que ces réactions sont liées à des émotions ; les propositions faites ne parviennent pas à entamer des croyances, selon lesquelles tel pesticide, par exemple,  est cancérigène. Et quand un non scientifique tente de lire un article scientifique qui fait la revue de l’état des connaissances et expériences, il voit qu’on parle d’incertitudes et de probabilité, et que les résultats sont jugés « significatifs » (le plus souvent, si p< 0,05). Si on combine « significatif » avec « incertitude », ou probabilité, on peut se demander dans quelle mesure on peut considérer les résultats comme des données stables et décisives. Et c’est encore pire quand on dit dans ces articles qu’on a pu observer des effets toxiques mais qui n’atteignent pas le seuil de significativité, bien que plusieurs expériences donnent des résultats qui vont dans un sens contraire.   Puisqu’il y a des effets nocifs, – même non prouvés signifiants- pourquoi attendre pour interdire le produit ? Bref, incertitude, croyances et émotions se combinent pour créer soit défiance soit indignation envers les annonces pourtant murement réfléchies des Agences. Tentons de voir comment croyances et émotions se combinent, et pourquoi le traitement scientifique de l’incertitude est malaisé à interpréter. Continuer la lecture de « Croyances, émotions, science et incertitudes – l’exemple des débats sur « pesticides et cancers », par Pierre Livet »

Marc A. Rodwin – Attempts to Redefine Conflicts of Interest

Marc Rodwin – © Ch. Delory

Marc A. Rodwin, M.A., J.D., Ph.D. is Professor of Law at Suffolk University Law School, 2017-18 Chair in Integrated Cancer Research (jointly with SIRIC) and Senior Research Fellow, IMÉRA Institute, Aix-Marseille Université Marseille, France.

E: mrodwin@suffolk.edu; marcrodwin@gmail.com – Personal Web page SSRN

Marc A. Rodwin. Attempts to Redefine Conflict of Interest. Accountability in Research. December 6, 2017. DOI: 10.1080/08989621.2017.1405728 has been published by and is available from Taylor and Francis. The author version can be downloaded without charge. 

Abstract

The traditional legal concept of conflict of interest is a practical tool to regulate conduct. In recent years several medical authors have defined conflicts of interest in ways that stray from its original legal meaning. The new definitions cause conceptual confusion and will result in policies that cannot be implemented effectively. We should not follow recent attempts to redefine conflicts of interest because doing so deviates from the legal concept and will lead to deregulation of financial conflicts and overregulation of so-called intellectual conflicts.

VIDEO de la présentation du projet de recherche : Carla Makhlouf Obermeyer (21/09/17)

Vidéo intégrale de la présentation du projet de recherche de Carla Makhlouf Obermeyer, (Chaire IRD/IMéRA en Développement durable), enregistré le 21 septembre 2017 à l’IMéRA.

« Défis et décalages de la santé publique dans les pays arabes: synthèse critique des recherches en sciences sociales », par Carla Makhlouf Obermeyer (Professeur, Dept of Epidemiology and Population Health, et Directeur, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut, résidente IMéRA 2017-2018).

Période de résidence : 11 septembre 2017 – 13 juillet 2018 ; Chaire IRD/IMéRA en Développement durable.

« Reducing inequalities, ensuring financial viability », par William Weeks


William Weeks, IMéRA Fellow 215-2016, est professeur de psychiatrie et de médecine communautaire et familiale à l’Institut Dartmouth.

Article paru dans Fellows#24 (Réformer les systèmes de santé publique), publication du RFIEA.

 

Public healthcare systems have a dual obligation. Foremost, they must strive to improve the health of the people they serve. Second, they have a duty to taxpayers to use scarce resources efficiently and effectively in their primary pursuit.
The tension between those obligations suggests that public healthcare systems should be strategic in how they address and resolve health inequities. Budget limitations preclude public healthcare systems from doing everything that they might like to do, so they must prioritize their efforts. Here, I propose a five-step process for prioritizing efforts. Continuer la lecture de « « Reducing inequalities, ensuring financial viability », par William Weeks »

« Santé et Objectifs de Développement Durable », par Carla Makhlouf

Carla Makhlouf est Professeur, Department of Epidemiology and Population Health et Directeur, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut. Elle est titulaire de la Chaire IMéRA-IRD (Institut de Recherche pour le Développement) de septembre 2017 à juillet 2018.

Article paru dans Fellows#24 (Réformer les systèmes de santé publique), publication du RFIEA.

Adoptés par les Nations Unies en 2015, les Objectifs de Développement Durable (ODD) indiquent les actions à mener en faveur du bien-être de la population mondiale, et succèdent aux Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) qui avaient préalablement été formulés pour combattre la pauvreté et réduire les inégalités dans le monde. Les huit ODM avaient mis l’accent sur les pays à bas revenus, les liens entre santé, éducation et développement, et définissaient une vingtaine de priorités, comme la hausse de la scolarisation ou la réduction de la malnutrition. Les ODD se veulent universels et englobent l’ensemble de la vie sur la planète, y compris l’environnement, le climat, le travail, la paix et la justice. Au nombre de 17, ils se traduisent par 169 objectifs à atteindre d’ici 2030 et peuvent être résumés par les « 5 P » : peuples, planète, prospérité, paix et partenariats. Bien que les ODD aient été critiqués comme trop ambitieux et difficiles à mesurer, ils ont réussi à mettre en avant un enjeu important : mieux vivre dans un monde plus juste, plus équitable, en respectant l’environnement et en protégeant les générations futures. 
Continuer la lecture de « « Santé et Objectifs de Développement Durable », par Carla Makhlouf »