« À la recherche d’un nouveau projet politique et social », par Amar Mohand-Amer

 

Résident à l’IMéRA en 2017-2018, Amar Mohand-Amer est historien de formation et chercheur au centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) à Oran. Il travaille sur des problématiques historiques selon une approche interdisciplinaire. Celles-ci s’articulent essentiellement autour de la situation coloniale, les moments de rupture et de basculement, les modes de résistance, la violence en temps de guerre (colonisation), les enjeux mémoriels et les questions de légitimation dans un contexte de crise politique. Il publie en 2018, aux presses de l’institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Algérie en 1962. FLN, ALN, UGTA, PRS…

Article paru dans Fellows#34, Algérie, une crise systémique permanente, revue du RFIEA.

En octobre 1988, les manifestations populaires, décisives, ébranlent l’Etat-FLN et l’engagent à procéder à des réformes majeures et inédites. La nouvelle constitution du 23 février 1989, libérale -multipartisme, liberté de presse, libéralisation du champ associatif, droit syndical et de grève… – crée une dynamique politique et sociale de grande envergure. C’est une expérience unique dans l’histoire de l’Algérie post-indépendance.
Paradoxalement, la recomposition fondamentale du champ politique et partisan bénéficiera, en premier lieu, au courant religieux. Aux élections communales du 12 juin 1990, (premier suffrage démocratique depuis 1962), les candidats du Front islamique du salut (FIS), le porte-drapeau le plus emblématique du courant islamo-radical en Algérie, sont plébiscités. Ils le seront aussi au premier tour des législatives, le 26 décembre 1991. Entre les deux suffrages, le parti perd un million de voix. Il reste, toutefois, le principal mouvement politique de masse en ce début des années 1990 et grand favori pour l’obtention de la majorité absolue au second tour, prévu le 16 janvier 1992. Continuer la lecture de « « À la recherche d’un nouveau projet politique et social », par Amar Mohand-Amer »

Les Rendez-Vous de demain, au théâtre du Gymnase

Les Rendez-Vous de demain sont six grands moments à partager et à retrouver en public en 2017/2018, un mardi par mois d’octobre 2017 à avril 2018, entre 19h et 21h, au théâtre du Gymnase à Marseille (entrée libre).

Conception : Thierry Fabre, directeur du programme Méditerranée de l’IMéRA, et Stéphane Paoli, journaliste – Animation : Stéphane Paoli.

Un 1er cycle, Sciences et avenirs, a lancé ces Rendez-Vous de demain (octobre-décembre 2017). Le programme du cycle 1

Le 2ème cycle, Demain la Méditerranée, démarre le mardi 13 février 2018, et comprend deux autres dates (13 mars et 24 avril 2018). Le programme du cycle 2

Les articles et vidéos des Rendez-Vous de demain

Les Rendez-Vous de demain, ou comment les sciences peuvent éclairer l’avenir.

Les Rendez-vous de demain, un lieu pour questionner notre temps et rechercher une nouvelle intelligence du monde. Continuer la lecture de « Les Rendez-Vous de demain, au théâtre du Gymnase »

CYCLE – « Les dynamiques d’extrémisation », en pensées et en actions

Jeudi 22 février 2018, à 17h30

AMSE, Amphithéâtre, 3ème étage
5-9 boulevard Bourdet, 13001 Marseille (face à la gare Saint-Charles)

Radicalisations et violences extrêmes
par Jacques Semelin, CNRS-Sciences Po

Historien et politologue, Jacques Semelin est professeur à Sciences Po Paris et directeur de Recherche au CNRS. Auteur notamment de Purifier et Détruire, Seuil, 2005, 2017 (3ème édition).

Modérateur : Bernard Mossé, responsable des contenus scientifiques, Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Éducation

Première conférence-débat du cycle « Les dynamiques d’extrémisation », en pensées et en actionsproposé par l’IMéRA, Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille Université, et la Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Éducation.

Contacts : bernard.mosse@campdesmilles.org ; pascale.hurtado@univ-amu.fr

La conférence du 22 février 2018

« A propos de la Shoah, Claude Lanzmann a écrit : « Entre le vouloir tuer et l’acte même, il y a un abîme ». On ne peut imaginer meilleure introduction pour interroger ces trajectoires sidérantes qui entraînent, individus et groupes, de l’idée de détruire en masse à sa réalisation concrète.
Comment penser ce passage à l’acte de massacrer, non comme une impulsion psychologique mais comme un processus à la fois incertain et volontaire ? La notion de « radicalisation » peut-elle nous être utile ? Seul un regard pluridisciplinaire peut nous aider à approcher cette complexité vertigineuse, par-delà les différences culturelles et religieuses. On tentera de circonscrire ces cadres mentaux qui préforment les conditions du passage à l’acte, y compris en démocratie. »

LE CYCLE  – « Les dynamiques d’extrémisation », en pensées et en actions

Un cycle de conférences proposé par l’IMéRA, Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille Université*, et la Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Éducation**.

Depuis les attentats de janvier 2015, la radicalisation djihadiste a été mise à l’agenda scientifique et politique en France. S’impose aujourd’hui la recherche d’éclairages pertinents sur un phénomène dont l’Histoire a montré le potentiel mortifère et contaminateur. Cette radicalisation s’inscrit dans un contexte plus large de développement de dynamiques d’extrémisations diverses, religieuses et politiques en particulier, avec leur cortège d’exclusions et de violences multiples, en particulier racistes, antisémites et xénophobes. Continuer la lecture de « CYCLE – « Les dynamiques d’extrémisation », en pensées et en actions »

3 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire IMéRA du 5 décembre 2017
Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire organisé dans le cadre du programme Rencontres entre Sciences et Humanités de l’IMéRA, dirigé par Pierre Livet.

Notes et réflexions de Pierre Livet sur les trois exposés (qui ont été précédés d’une introduction par Pierre Henry) et les questions soulevées dans les discussions. Chaque exposé fait l’objet d’un article dans le blog.

Article 1 – Xavier Le Pichon (Collège de France, Académie des Sciences) – Le très grand séisme de Tohoku et la catastrophe de Fukushima

Article 2 – Giulio Selvaggi (Directeur du. Centro Nazionale Terremoti, INGV)  More bad consequences from the L’Aquila 2009 earthquake: the lesson from the trial

Article 3 – NOTES SUR : Nazan Cömert-Baechler (Université de Marmara, Département Francophone des Sciences Politiques et Administration Publique)                                    Comment les connaissances scientifiques sont-elles communiquées et perçues publiquement ? Le cas du séisme potentiel d’Istanbul.

Mme Cömert-Baechler analyse l’évolution des politiques urbaines à Istanbul, leurs liens avec l’évolution des données scientifiques, et leurs effets sur la vie sociale urbaine. Ce sont les séismes de Marmara (Izmit/Kocaeli le 17 août faisant 18500 morts et 50000 blessés, et Düzce le 12 novembre) qui ont déclenché une rupture du fait de leur bilan et de leurs conséquences ainsi qu’une prise de conscience du danger de séisme pour Istanbul. On estime sa probabilité à 0,65 sur les 30 années suivant les séismes de 1999, mais évidemment on ne peut dire quand aura lieu ce séisme. Les séismes de Marmara ont mis en avant l’importance des recherches scientifiques sur la connaissance de la sismicité locale. S’est instauré depuis un débat public sur ces questions.
(Pierre Henry avait rappelé en introduction que sur cette faille, un segment proche d’Istanbul semblait présenter peu de chargement intersismique, alors que sur la côte même d’Istanbul, le chargement était observé. Ces informations, qui peuvent compliquer l’élaboration d’un consensus, ne sont pas prises en compte dans les estimations probabilistes actuelles). Continuer la lecture de « 3 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète  »

2 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire IMéRA du 5 décembre 2017
Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire organisé dans le cadre du programme Rencontres entre Sciences et Humanités de l’IMéRA, dirigé par Pierre Livet.

Notes et réflexions de Pierre Livet sur les trois exposés (qui ont été précédés d’une introduction par Pierre Henry) et les questions soulevées dans les discussions. Chaque exposé fait l’objet d’un article dans le blog.

Article 1 – Xavier Le Pichon (Collège de France, Académie des Sciences) – Le très grand séisme de Tohoku et la catastrophe de Fukushima

Article 2 – NOTES SUR : Giulio Selvaggi (Directeur du. Centro Nazionale Terremoti, INGV)  More bad consequences from the L’Aquila 2009 earthquake: the lesson from the trial

Article 3 – Nazan Cömert-Baechler (Université de Marmara, Département Francophone des Sciences Politiques et Administration Publique) – Comment les connaissances scientifiques sont-elles communiquées et perçues publiquement ? Le cas du séisme potentiel d’Istanbul.

Selvaggi expose et analyse les conditions qui ont amené six scientifiques (dont lui-même) et le vice-chef du département de la Protection Civile De Bernardinis devant les juges après le séisme de l’Aquila, avec un premier verdict impliquant des peines de 6 ans de prison et des dommages et intérêts ! Ce verdict a été annulé en appel pour les six scientifiques parce que les faits pour lesquels les scientifiques étaient incriminés n’avaient pas été commis. La condamnation du seul Directeur du Département de la protection civile nationale, de Bernardinis, a été modifiée à deux ans conditionnels pour homicide involontaire.
Le séisme de l’Aquila (Région des Abruzzes) a été de magnitude 6,1 et a fait 309 morts. Les séismes en Italie, et particulièrement dans la région des Abruzzes, sont très fréquents et, malgré leur magnitude modérée, peuvent provoquer beaucoup de dommages (il y a 3 mois, un séisme de magnitude 3,6 a provoqué 2 morts à l’île de Ischia).
Les causes des dommages pendant le tremblement de terre sont presque toujours dues à des erreurs de construction, des erreurs de projet, de maintenance et des déficits de protection qui tiennent à l’ancienneté des immeubles italiens. Continuer la lecture de « 2 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète  »

1 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète

Séminaire IMéRA du 5 décembre 2017

Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire organisé dans le cadre du programme Rencontres entre Sciences et Humanités de l’IMéRA, dirigé par Pierre Livet.

Notes et réflexions de Pierre Livet sur les trois exposés (qui ont été précédés d’une introduction par Pierre Henry) et les questions soulevées dans les discussions. Chaque exposé fait l’objet d’un article dans le blog.

Article 1 – NOTES SUR : Xavier Le Pichon (Collège de France, Académie des Sciences) 
Le très grand séisme de Tohoku et la catastrophe de Fukushima

Article 2 – Giulio Selvaggi (Directeur du. Centro Nazionale Terremoti, INGV) – More bad consequences from the L’Aquila 2009 earthquake: the lesson from the trial

Article 3 – Nazan Cömert-Baechler (Université de Marmara, Département Francophone des Sciences Politiques et Administration Publique) – Comment les connaissances scientifiques sont-elles communiquées et perçues publiquement ? Le cas du séisme potentiel d’Istanbul.

Comment des scientifiques de très grande qualité et une administration faisant de la sécurité sa priorité sont devenus malgré eux les instruments de cette catastrophe.

Le Pichon analyse la combinaison de biais qui ont conduit à la catastrophe de Fukushima- catastrophe qui aurait pu être évitée.
1) Un premier biais est la focalisation sur l’objectif d’indépendance énergétique du Japon, ce qui impliquait le nucléaire. De plus, la surveillance sécuritaire était assurée par le Ministère de l’Industrie qui promouvait cet objectif, lui enlevant toute indépendance. Enfin, au moment de leur retraite, certains de ceux qui avaient été chargés de la surveillance sécuritaire pantouflaient dans l’industrie nucléaire. Les évaluateurs n’étaient donc pas indépendants. Ceci était illustré par le fait que les services de sécurité ont accepté que la faille sécurité due à l’absence de protection des générateurs auxiliaires signalée par des experts étrangers ne soit pas corrigée immédiatement pour des raisons financières.
Rapport de la commission d’enquête indépendante sur l’accident nucléaire de Fukushima établie par le Parlement japonais: « Les raisons fondamentales sont à chercher dans le souci des convenances qui fait partie intégrante de la culture japonaise : notre obéissance automatique, notre réticence à remettre en cause l’autorité, notre attachement au «respect du programme», notre dépendance au groupe et notre insularité » Continuer la lecture de « 1 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète »

Interview d’Amar Mohand-Amer, résident IMéRA 2017-2018

Vidéo intégrale de l’interview d’Amar Mohand-Amer (Chercheur au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle, CRASC, Oran et résident IMéRA 2017-2018).

Période de résidence:
11 septembre 2017 – 9 février 2018

Projet de recherche:
Mouvement national et Guerre de libération nationale (1919-1962) : trajectoires, parcours, réseaux, groupes, dynamiques de groupe(s)

Enregistré le 30 janvier 2018 à l’IMéRA.

« 2018 : l’Algérie à la croisée des chemins », par Raouf Boucekkine

Raouf Boucekkine est professeur d’économie à l’Université d’Aix-Marseille, directeur de l’IMéRA, membre senior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à l’IRES (UCLouvain) et à l’ECORES (CORE, ECARES and CES-Leuven federation). Depuis 2017, il est président de l’Association Sud-Européenne d’Economie Théorique. Spécialiste de l’économie du développement durable, il est l’auteur de très nombreuses publications internationales dont récemment Variable markups in the long-run: A generalization of preferences in growth models (Journal of Mathematical Economics, 2017).

Article paru dans Fellows#34, Algérie, une crise systémique permanente, revue du RFIEA.

S’il y a un moment-clé dans l’histoire économique récente de l’Algérie, c’est bien la période dite du Printemps arabe qu’ouvre la révolution tunisienne en janvier 2011. Pour éviter la contagion, le gouvernement algérien a payé le prix fort en subventions diverses et variées, en augmentations salariales et en dispositifs de soutien aux emplois des plus jeunes et au logement social. Ainsi, les recettes de la fiscalité ordinaire (recettes fiscales hors hydrocarbures), qui couvraient péniblement 54% des dépenses budgétaires de fonctionnement en 2010, ont atteint en 2011 un taux de couverture de moins de 40%. Le niveau de prix du pétrole nécessaire pour assurer l’équilibre budgétaire de l’Etat est inexorablement passé de 32 dollars en 2005 à près de 150 dollars en 2011. Or, à partir de juin 2014, sous les coups de boutoir des producteurs d’hydrocarbures non-conventionnels américains aidés par l’indigence de la réplique saoudienne, le baril est durablement passé en dessous de 60 dollars, et les revenus pétroliers algériens se trouvent brutalement réduits de moitié. Continuer la lecture de « « 2018 : l’Algérie à la croisée des chemins », par Raouf Boucekkine »