Claudia Wassmann : « Forgotten Origins, Occluded Meanings: Translation of Emotion Terms »

Article de Claudia Wassmann, IMéRA/EURIAS Fellow 2015-2016 ; Institute for Culture and Society, University of Navarra, Spain.

Emotion Review, Vol. 9, No. 2 (April 2017) 163–171 © The Author(s) 2016 ISSN 1754-0739 DOI: 10.1177/1754073916632879

Lien vers l’article avec notes et références.

Abstract

The interdisciplinary field of emotion studies disregarded historical perspectives on translation and left out a substantial body of scientific research on feelings and emotions that was not published in English. Yet these texts were foundational in forging the scientific concept of emotion in experimental psychology in the 19th century. The current approach to emotion science overlooks that translation issues occurred between three languages, German, French, and English, as physiological psychologists at the time were reading each other in these languages all the while writing about the same topics in their respective language. Historical perspectives are important to clarify the ambiguities of emotion terms and include non-Anglophone frameworks into current transdisciplinary debates.

The interdisciplinary field of emotion studies ignores the historical perspective on translation problems. In today’s scientific publications, which are predominantly written in English, the term “emotion” is used as if it were synonymous in all languages, times, and contexts. Although the semantic fields of emotion terms are not identical in English, French, and German, these three languages informed the study of emotion in 19th-century psychology, at the time when the scientific concept of emotion was formed. Furthermore, the French émotion and the English emotion have become homonyms, sentiment and sentiment are not used in the same way, and Affekt also poses a problem. Translation problems have masked the epistemological problems that German and French psychologists in the 19th century were studying when they addressed the question of “emotion” for contemporary Anglophone psychologists and historians of emotion. Problems of translation occur on many levels. Here I am particularly concerned with two aspects, one is the historical authors’ reading of each other and writing about the same topic in a different language (applying their respective backgrounds to their readings); and, the second is contemporary scientists and historians’ reading of historical and contemporary texts on emotion, applying the current connotation of emotion. Continuer la lecture de « Claudia Wassmann : « Forgotten Origins, Occluded Meanings: Translation of Emotion Terms » »

Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions »

Pierre Livet, directeur du programme « Rencontres entre sciences et humanités » de l’IMéRA, est professeur de philosophie émérite à l’université d’Aix-Marseille, ancien directeur du CEPERC (AMU/CNRS).

  1. L’évolution des attitudes du public à l’égard des propositions scientifiques

Dans ce texte, le terme de « public » va être utilisé dans des acceptions qui peuvent différer. En général, il s’agit de personnes à qui les scientifiques, par différents médias, présentent leurs résultats, mais qui n’ont pas les compétences des scientifiques spécialisés dans le domaine des résultats en question. Ces personnes ne sont pas simplement passives – elles doivent au moins prêter une attention même distraite aux présentations des résultats. Elles peuvent réagir – par de l’intérêt, ou des résistances, etc. Et d’autres acteurs, qui font cependant aussi partie du public (comme les acteurs des médias1 et les politiques), peuvent s’appuyer sur ces réactions pour avoir des attitudes plus actives envers les scientifiques, qu’ils les encouragent, les subventionnent, ou au contraire mettent des obstacles à leurs activités. Les scientifiques eux- mêmes, quand ils ne sont pas des spécialistes du domaine propre aux résultats, font partie de ce « public ».

Les attitudes liées à la réception des propositions et résultats scientifiques dans ce public ne sont pas homogènes. Des résultats qui n’ont pas d’impacts sur la vie des gens, et qui ne sont pas non plus en contradiction avec les perceptions usuelles, suscitent une acceptation de principe, mais aussi un intérêt limité. Des résultats qui n’ont pas d’impact mais sont en contradiction avec nos perceptions donnent lieu à une acceptation majoritaire, mais aussi à des dénis minoritaires (tout le monde ne croit pas que la Terre tourne autour du soleil). Des résultats qui ont des impacts directs et permettent de produire des objets techniques attractifs suscitent  l’intérêt et la demande. Des résultats qui alertent sur les problèmes posés par notre mode de vie usuel et qui exigeraient des réformes importantes suscitent la suspicion, voire le refus. Des contre- expertises qui mettent en doute certaines affirmations scientifiques dans des domaines où il y a une certaine dispersion des données observées, et où le public peut donc rencontrer des contre- exemples –même peu nombreux- entraînent le doute envers les scientifiques et suscitent un scepticisme assez généralisé. Continuer la lecture de « Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions » »

Melissa Redford: « 14 phonemes per second »

En résidence du 12 septembre 2016 au 14 juillet 2017 (en partenariat avec EURIAS), Melissa Redford est professeur de linguistique (University of Oregon, Linguistics Department, College of Arts and Sciences).

Extrait de la présentation de son projet le 15 septembre 2016 (5 mn 22 s).