VIDEO – CYCLE DOCTORAL “Migrations & Rencontres” par le Pr. A. Songolo

Vidéos intégrales du cycle doctoral “Migrations & Rencontres, Écrivains noirs américains & écrivains africains et antillais en France” par le Pr. Aliko Songolo (University of Wisconsin-Madison (USA), Résident de l’IMéRA, Titulaire de la Chaire Fulbright Specialist USA/Afrique/France).

Le séminaire se propose d’explorer les rapports complexes entre les écrivains noirs américains et les écrivains francophones de l’Afrique sub-saharienne et des Antilles à Paris, à commencer pendant les années 20 et 30. Les noirs américains, ayant fondé le seul mouvement littéraire noir aux Etats-Unis—la Harlem Renaissance—viennent à Paris en quête de liberté d’expression et d’une société plus égalitaire. Les Africains et les Antillais, sujets de l’empire français, sont à Paris pour poursuivre leurs études. La rencontre des trois groupes crée des liens littéraires et politiques qui favoriseront l’essor d’un mouvement littéraire et culturel, la Négritude lequel, à son tour, contribuera à l’émergence de la Francophonie littéraire (à distinguer de la francophonie politique). Même atténuée plus tard, la présence des écrivains noirs américains en France aura laissé des traces jusque dans la littérature africaine contemporaine.

L’approche du séminaire sera essentiellement historique : histoire littéraire et histoire des idées. La contrepartie littéraire se fera tout au long des quatre premières sessions par des textes courts en anglais et en français, tandis que la dernière session, le 23 février, sera consacrée à l’examen plus approfondi de romans noirs américains et africains, que les participants auront eu le temps de lire au cours des trois premières semaines de février.

  • Session 1 (vendredi 19 janvier 2018)

  • Session 2 (lundi 22 janvier 2018)

  • Session 3 (vendredi 26 janvier 2018)

  • Session 4 (lundi 29 janvier 2018)

Faits et opinions face à la complexité migratoire, par Virginie Guiraudon

Virginie Guiraudon – copyright Christophe Delory

Virginie Guiraudon est directrice de recherche au CNRS, IMéRA Fellow 2010-2011 (équipe Bridging, Bonding and Bordering: Migrant Strategies and State
Policies). Normalienne, agrégée et titulaire d’un doctorat en science politique de l’université d’Harvard, elle travaille sur la fabrique et la mise en œuvre des politiques européennes, notamment les politiques de lutte contres les discriminations, d’immigration, d’asile et de contrôle aux frontières. Elle a reçu de nombreuses distinctions notamment le prix European Consortium for Political Research de la Fondation Mattei Dogan et le prix Descartes-Huygens de l’Académie royale des Arts et Sciences des Pays-Bas. Elle a récemment publié Europe’s prolonged Crisis. the Making or Unmaking of a Political Union (Palgrave, 2015).

Article publié dans Fellows #32 “Migrations : sortir du prêt-à-penser”, revue du RFIEA.

L’Union européenne opte pour la délocalisation de la gestion de ses frontières auprès de pays tiers. Cette approche est-elle nouvelle, et efficace pour limiter l’afflux de migrants ?

Le principe structurant de la politique européenne dans le domaine des migrations et de l’asile est, depuis l’accord de Schengen de 1990, « le contrôle à distance », bien en amont de la frontière territoriale (une ligne sur une carte, un poste-frontière). Dans l’immense majorité des cas, le premier contrôle frontalier est effectué dans un consulat (lors d’une demande de visa) et le second dans un aéroport, dans le pays d’origine. Les personnes qui ne peuvent demander un visa tentent d’arriver hors de ces voies administratives. L’Union européenne a mis en place d’autres dispositifs pour empêcher leur venue, telles que les opérations militaires coordonnées par l’agence FRONTEX, créée en 2004. Depuis 1999, l’UE a aussi beaucoup investi dans la coopération avec les pays d’origine, mais aussi ceux dits de transit pour que ces derniers retiennent et renvoient les migrants souhaitant aller en Europe. Le cas lybien est assez représentatif. L’UE finance depuis les années 2000 des centres de rétention en Lybie, « pays-tampon », qui ne respecte pas les droits de l’Homme et n’a de toute façon jamais signé la Convention de Genève sur les réfugiés. Sous Kadhafi, de nombreux ressortissants sub-sahariens sont passés par ces centres et ont été ramenés chez eux, en échange du retour de son régime dans la communauté internationale (il en avait été exclu après l’attentat de Lockerbie en 1988). Dans l’après Kadhafi, la « coopération » avec l’UE ou l’Italie n’a pas cessé, notamment entre garde-côtes. Continuer la lecture de « Faits et opinions face à la complexité migratoire, par Virginie Guiraudon »

CYCLE – Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global

Ce cycle de séminaires mensuels, qui débute le 2 février 2018, est coordonné par Eleonora Canepari (AMU-TELEMMe UMR7303, membre du Comité d’animation scientifique de l’IMéRA) et Béatrice Mésini (CNRS-TELEMMe UMR7303).

Séminaire ouvert au public, aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs – Doctorants, inscription sur ADUM/Collège doctoral AMU.

Inscrit dans le cadre programme pluriannuel thématique Phénomènes Globaux et Régulation, le séminaire se propose d’étudier un aspect spécifique de la migration dans les sociétés d’aujourd’hui, c’est-à-dire le maintien de liens avec le lieu d’origine.

Loin de représenter un signe de « non insertion » dans les pays d’arrivée, les liens multi-situés font partie de tout processus migratoire, dès l’époque moderne jusqu’à nos jours. Plusieurs études ont en effet souligné la « simultanéité » de l’expérience du migrant, qui vit entre deux horizons – deux espaces géographiques mais aussi sociaux et culturels.

Au cours du séminaire, les différents aspects -spatial, social, temporel- de l’« entre-deux » seront pris en considération, avec une attention portée à la fois sur la dimension individuelle de l’expérience migratoire, sur l’inscription de ces liens et sur la pluralité des ancrages dans l’ensemble de phénomènes que l’on peut appréhender à l’échelle globale (marché du travail, développement d’outils informatiques, réseau de transports, etc.).
La connexité socio-spatiale renvoie ici à la capacité de relier des éléments d’un ensemble de lieux et de liens, visibles et invisibles, afin d’assurer la (co)existence d’expériences plurielles. L’approche par la connectivité permettra d’évaluer les possibilités qu’offre un lieu situé, pour articuler les espaces et maintenir les liens dans un espace pluridimensionnel biographique, géographique, social et culturel.

Calendrier des rencontres Continuer la lecture de « CYCLE – Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global »

La responsabilité des sciences sociales face à « l’Autre », par Roberto Beneduce

Roberto Beneduce, IMéRA 2016. Copyright Christophe Delory

Médecin psychiatre et professeur d’anthropologie, IMéRA Fellow 2015-2016, Roberto Beneduce mène depuis les années 1980 des programmes de recherche en Afrique et en Europe sur les conséquences psychiques et sociales des violences liées aux phénomènes de guerres, aux déplacements de populations et aux politiques d’accueil des étrangers. Il questionne les cadres théoriques de l’intervention ethnopsychiatrique et l’approche des différences culturelles, ainsi que ​les transformations des savoirs thérapeutiques locaux et des imaginaires religieux au Mali, au Cameroun et au Mozambique​. ​ Il a fondé et dirige à Turin le centre Frantz Fanon, dédié à l’aide psychologique aux étrangers.

Article publié dans Fellows #32 “Migrations : sortir du prêt-à-penser”, revue du RFIEA

Un nouveau défi est aujourd’hui lancé aux sciences sociales. Le rôle de l’anthropologie n’est plus seulement de déchiffrer et interpréter les altérités culturelles, de faire dialoguer des structures de connaissances ou visions du monde distinctes et (d)écrire la vie d’autrui. Il faut d’abord s’interroger sur la manière dont on bâtit notre connaissance, quel rôle y joue l’Autre, et de mettre fin à ce qui a été défini comme épistémocide (l’assujettissement des savoirs, parallèle à la destruction et l’annihilation des minorités qui refusent d’être « intégrées », voire asservies).
Le courant de l’anthropologie dite « perspectiviste » a souligné qu’il ne fallait plus se contenter de dire comment les autres sociétés pensent les problématiques, car ces problématiques sont souvent définies a priori à l’intérieur de nos catégories, qu’il s’agisse de la place de l’Homme dans l’univers, de la maladie, des conflits familiaux, de la violence sorcellaire, de la naissance d’un enfant ou du pouvoir politique. Il importe de changer de paradigme et de chercher au préalable à connaître comment les autres pensent des problèmes que, peut-être, nous n’avons pas encore perçus ou imaginés, tout en admettant la possibilité que les stratégies épistémologiques qu’ils adoptent face à ces problèmes puissent être analogues à celles que nous avons élaboré au fil du temps. Les points de vue d’autres êtres (et pas nécessairement des seuls êtres humains) ne sont pas moins fondamentaux que le nôtre : notre pratique doit partir de ce principe. Continuer la lecture de « La responsabilité des sciences sociales face à « l’Autre », par Roberto Beneduce »

Moving Images in Contemporary Media Analysis, par Krista Geneviève Lynes

ortorhoto : Italian navy rescues asylum seekers traveling by boat off the coast of Africa on the Mediterranean, June 7, 2014. Massimo Sestini—Polaris.

Community Building Seminar, IMéRA, 2 November 2017

Krista Lynes. Copyright Christophe Delory

Krista Lynes, IMéRA Fellow 2017-2018, Associate Professor at University of Concordia, Communication Studies, Canada Research Chair in Feminist Media Studies, Director Feminist Media Studio.

The boat moves across the water, its edges cutting the ocean’s waves and creating white eddies along the vessel’s path. In its berth, five hundred migrants look up, fixing the helicopter above and the reporter with his camera looking down. They are travelling the narrow but never-ending channel between Libya and Italy. It is 2014. The ‘migrant crisis’ has not yet come to define the image or the crossing. The boat is in movement; its motor hasn’t failed. It isn’t bobbing helplessly upon the waves waiting for a coast guard rescue or humanitarian ship. The photographer is also in motion, circling high above the crossing ship. Despite all of this, the picture is still. All the movement is reduced to light, pattern and colour. The spray of the waves, the overcrowded conditions, the sparkling sun, the smell of surf and gas are flattened and condensed into a vivid pictorial image.
Massimo Sestini took the photograph from an Italian navy helicopter in 2014, repeating a shot he had taken in identical circumstances the year before. Sestina said about taking the image: “I thought if I could get the right angle straightaway, directly above 500 people who have spent five days and nights on a boat, they would probably all look up, ask for help, wave—so this year I thought I’d try again and it worked” (1). Continuer la lecture de « Moving Images in Contemporary Media Analysis, par Krista Geneviève Lynes »

Krista Lynes – “Superflus: les médias du mouvement et les lieux de passage” 21/10/17

Vidéo intégrale de la présentation du projet de recherche de Krista Lynes (résidente IMéRA 2017-2018), enregistré à l’IMéRA le 21 septembre 2017.

“Superflus: les médias du mouvement et les lieux de passage” par Krista Lynes (Associate Professor at University of Concordia, Communication Studies, Canada Research Chair in Feminist Media Studies, Director Feminist Media Studio et résidente IMéRA 2017-2018).
Période de résidence : 9 septembre 2017 – 11 février 2018