Portrait de Michelle Stewart

Michelle Stewart. Copyright Christophe Delory

Résidente  à l’IMéRA en 2013-2014, Michelle Stewart (Chair of School of Film & Media Studies, State University of New York, Purchase College) travaille sur les politiques culturelles.

Portrait publié dans Perspectives #16, journal du RFIEA

How would you describe yourself?
When I arrived in Marseille, my research focused mostly on audio-visual policy and, specifically, on how some small efforts to promote “discrimination positive” in the image culture of France had been deployed. I was thinking about the terms of “diversity” that had been constructed and how filmmakers had interpreted this mandate in the works funded by the “Images of Diversity” fund that had been managed by the CNC. IMERA was a great context, because it put me into contact with social scientists thinking about migration and multiculturalism. Marseille was a great context, because it’s a city born of a rich history of migration and diversity, with a very different profile and flavor than Paris.

What is your current research about? 
My current research addresses rise of rightwing extremist media in the US and how the extreme right has increasingly seduced the “alt right,” a younger, more technologically sophisticated and libertarian right. Continuer la lecture de « Portrait de Michelle Stewart »

Moving Images in Contemporary Media Analysis, par Krista Geneviève Lynes

ortorhoto : Italian navy rescues asylum seekers traveling by boat off the coast of Africa on the Mediterranean, June 7, 2014. Massimo Sestini—Polaris.

Community Building Seminar, IMéRA, 2 November 2017

Krista Lynes. Copyright Christophe Delory

Krista Lynes, IMéRA Fellow 2017-2018, Associate Professor at University of Concordia, Communication Studies, Canada Research Chair in Feminist Media Studies, Director Feminist Media Studio.

The boat moves across the water, its edges cutting the ocean’s waves and creating white eddies along the vessel’s path. In its berth, five hundred migrants look up, fixing the helicopter above and the reporter with his camera looking down. They are travelling the narrow but never-ending channel between Libya and Italy. It is 2014. The ‘migrant crisis’ has not yet come to define the image or the crossing. The boat is in movement; its motor hasn’t failed. It isn’t bobbing helplessly upon the waves waiting for a coast guard rescue or humanitarian ship. The photographer is also in motion, circling high above the crossing ship. Despite all of this, the picture is still. All the movement is reduced to light, pattern and colour. The spray of the waves, the overcrowded conditions, the sparkling sun, the smell of surf and gas are flattened and condensed into a vivid pictorial image.
Massimo Sestini took the photograph from an Italian navy helicopter in 2014, repeating a shot he had taken in identical circumstances the year before. Sestina said about taking the image: “I thought if I could get the right angle straightaway, directly above 500 people who have spent five days and nights on a boat, they would probably all look up, ask for help, wave—so this year I thought I’d try again and it worked” (1). Continuer la lecture de « Moving Images in Contemporary Media Analysis, par Krista Geneviève Lynes »

Krista Lynes – « Superflus: les médias du mouvement et les lieux de passage » 21/10/17

Vidéo intégrale de la présentation du projet de recherche de Krista Lynes (résidente IMéRA 2017-2018), enregistré à l’IMéRA le 21 septembre 2017.

« Superflus: les médias du mouvement et les lieux de passage » par Krista Lynes (Associate Professor at University of Concordia, Communication Studies, Canada Research Chair in Feminist Media Studies, Director Feminist Media Studio et résidente IMéRA 2017-2018).
Période de résidence : 9 septembre 2017 – 11 février 2018

« De la puissance d’agir dans un monde numérique » par Serge Proulx

Serge Proulx (IMéRA Fellow 2014-2015) est sociologue spécialiste des médias québécois. Il est professeur émérite à l’université du Québec à Montréal (École des médias), et chercheur et fondateur du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur et du Groupe de recherche et d’observation sur les usages et cultures médiatiques. Il est également professeur associé à Télécom ParisTech.

Article paru dans Fellows#14 (Démocratie et numérique), publication du RFIEA.

Depuis une dizaine d’années, l’avènement de ce que l’on a appelé le Web participatif a suscité beaucoup d’espoirs du côté des activistes, des artistes, des militants politiques et des mouvements sociaux. L’idée d’un Web participatif était l’une des figures issues du basculement paradigmatique que constitua la nouvelle manière de penser l’Internet à partir de la notion de « Web 2.0 », terme qui fut introduit par Tim O’Reilly lors d’un séminaire d’entreprise en octobre 2004, pour décrire d’abord en termes techniques, commerciaux et industriels une nouvelle génération de logiciels pour le Web. Dans ce nouvel environnement numérique, les usagers sont considérés comme des participants actifs dans la création/production, le remixage et la diffusion des contenus qui circulent sur la Toile. Continuer la lecture de « « De la puissance d’agir dans un monde numérique » par Serge Proulx »

Ecritures numériques : déconstruire le média ? – séminaire du cycle Recherche, Arts et Pratiques numériques

« Ecritures numériques : déconstruire le média ? » – 16 novembre 2016 – durée : 1h 24mn

Avec  Antoine Gonot, SATIS (AMU) et LMA (CNRS), Douglas Edric Stanley, artiste, Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence et HEAD (Genève) et Céline Masoni Lacroix, Université de Nice Sophia Antipolis, URE Transitions, Medias, Savoirs, Territoires.

Ce séminaire est organisé dans le cadre du cycle « Recherche, arts & pratiques numériques » à l’IMéRA.

Comité d’organisation : Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias – CNRS/AMU/EHESS), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) et Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU).

INTERVENTIONS du 16 novembre 2016 Continuer la lecture de « Ecritures numériques : déconstruire le média ? – séminaire du cycle Recherche, Arts et Pratiques numériques »

Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions »

Pierre Livet, directeur du programme « Rencontres entre sciences et humanités » de l’IMéRA, est professeur de philosophie émérite à l’université d’Aix-Marseille, ancien directeur du CEPERC (AMU/CNRS).

  1. L’évolution des attitudes du public à l’égard des propositions scientifiques

Dans ce texte, le terme de « public » va être utilisé dans des acceptions qui peuvent différer. En général, il s’agit de personnes à qui les scientifiques, par différents médias, présentent leurs résultats, mais qui n’ont pas les compétences des scientifiques spécialisés dans le domaine des résultats en question. Ces personnes ne sont pas simplement passives – elles doivent au moins prêter une attention même distraite aux présentations des résultats. Elles peuvent réagir – par de l’intérêt, ou des résistances, etc. Et d’autres acteurs, qui font cependant aussi partie du public (comme les acteurs des médias1 et les politiques), peuvent s’appuyer sur ces réactions pour avoir des attitudes plus actives envers les scientifiques, qu’ils les encouragent, les subventionnent, ou au contraire mettent des obstacles à leurs activités. Les scientifiques eux- mêmes, quand ils ne sont pas des spécialistes du domaine propre aux résultats, font partie de ce « public ».

Les attitudes liées à la réception des propositions et résultats scientifiques dans ce public ne sont pas homogènes. Des résultats qui n’ont pas d’impacts sur la vie des gens, et qui ne sont pas non plus en contradiction avec les perceptions usuelles, suscitent une acceptation de principe, mais aussi un intérêt limité. Des résultats qui n’ont pas d’impact mais sont en contradiction avec nos perceptions donnent lieu à une acceptation majoritaire, mais aussi à des dénis minoritaires (tout le monde ne croit pas que la Terre tourne autour du soleil). Des résultats qui ont des impacts directs et permettent de produire des objets techniques attractifs suscitent  l’intérêt et la demande. Des résultats qui alertent sur les problèmes posés par notre mode de vie usuel et qui exigeraient des réformes importantes suscitent la suspicion, voire le refus. Des contre- expertises qui mettent en doute certaines affirmations scientifiques dans des domaines où il y a une certaine dispersion des données observées, et où le public peut donc rencontrer des contre- exemples –même peu nombreux- entraînent le doute envers les scientifiques et suscitent un scepticisme assez généralisé. Continuer la lecture de « Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions » »