Levent Yilmaz : cours au Collège de France « Pourquoi écrit-on -toujours- l’histoire ? »

Levent Yilmaz, historien des idées et résident de l’IMéRA 2017-2018, a donné un cours en 4 séances au Collège de France, en tant que conférencier invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du professeur Patrick Boucheron, titulaire de la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe – XVIe s.)».

 

Le cours, intitulé « Pourquoi écrit-on – toujours – l’Histoire ? Considérations sur l’innovation et le passé » s’est déroulé les 7, 14, 21 et 28 mars 2018.

Les vidéos des cours sont disponibles sur le site du Collège de France : le lien.

La présentation du cours

En 2004, dans Le Temps moderne (Gallimard), j’avais essayé de montrer que la Querelle des Anciens et des Modernes qui s’est produite à l’Académie française en 1687 était en fait la dernière querelle à propos de la suprématie du passé sur le temps présent. Cette célèbre Querelle avait provoqué, de manière décisive et irréversible, l’objectivation du passé (et la dissociation de celui-ci du temps présent) ; le passé qui continuait à vivre dans le présent sous la forme d’un dévouement (« un passé qui pèse sur le présent en le modelant ») n’était plus un maître ni un guide fiable pour les méandres obscurs du futur. Les Modernes avaient commencé à rejeter toutes formes d’imitation des modèles venant du passé et l’ancienne formule cicéronienne, historia magistra vitae, avait cessé de fonctionner car les Modernes furent fiers de leurs propres modèles. Selon François Hartog cela constituait l’arrivée du régime moderne d’historicité et Philippe Descola y voyait une originalité inouïe : « Oui, d’autant qu’en Occident, depuis la querelle entre les Anciens et les Modernes, le nouveau est positif. C’est lié à une transformation de l’échelle de temporalité, orientée, dans laquelle on se projette vers un futur parce que l’on considère que le présent est le produit des activités du passé et qu’il est perfectible. C’est une idée là encore très originale, absolument pas partagée dans le reste du monde, où on a plutôt des temporalités soit cycliques, soit dépourvues de profondeur. » (Le Monde, Sciences, 11/11/2013). Le passé n’était plus donc un réservoir d’exemples d’où il fallait tirer des leçons. Continuer la lecture de « Levent Yilmaz : cours au Collège de France « Pourquoi écrit-on -toujours- l’histoire ? » »

PUBLICATION de Meriam Belli : An Incurable Past – Nasser’s Egypt Then and Now

couverture-ouvrage-belli-1La version papier de l’ouvrage de Meriam Belli, résidente IMéRA-LabexMed 2016-2017 (Associate Professor, History Department, University of Iowa) vient de paraître aux University Press of Florida.

Examining history not as it was recorded, but as it is remembered, An Incurable Past contextualizes the classist and deeply disappointing post-Nasserist period that has inspired today’s Egyptian revolutionaries. Public performances, songs, stories, oral histories, and everyday speech reveal not just the history of mid-twentieth-century Egypt, but also the ways in which ordinary people experience and remember the past. Continuer la lecture de « PUBLICATION de Meriam Belli : An Incurable Past – Nasser’s Egypt Then and Now »