« La recherche en philosophie : sortie de l’ignorance », par Laura Candiotto

Laura Candiotto, résidente à l’IMéRA en  2018, est chercheur à l’Université d’Edinbourg, au département de  Philosophie, Psychologie et des Sciences du langage.  Elle nous livre le texte qu’elle a écrit pour les visiteurs de la Nuit des chercheurs, le 28 septembre 2018.

Laura Candiotto, au Dock des Suds, où s’est déroulée la Nuit des chercheurs le 28 septembre

Histoires dans le noir

La recherche en philosophie : sortie de l’ignorance

Nous sommes dans une caverne. Nous sommes ici depuis notre enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte que nous nous ne pouvons pas bouger ni voir ailleurs que devant nous, la chaîne nous empêchant de tourner la tête ; la lumière vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière nous ; entre le feu et nous prisonniers passe une route élevée : imagine que le long de cette route est construit un petit mur, où nous ne voyons que des reflets, croyant qu’ils sont la réalité.

Cette situation est assez claustrophobe, n’est-ce pas?

Continuer la lecture de « « La recherche en philosophie : sortie de l’ignorance », par Laura Candiotto »

Levent Yilmaz : cours au Collège de France « Pourquoi écrit-on -toujours- l’histoire ? »

Levent Yilmaz, historien des idées et résident de l’IMéRA 2017-2018, a donné un cours en 4 séances au Collège de France, en tant que conférencier invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du professeur Patrick Boucheron, titulaire de la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe – XVIe s.)».

 

Le cours, intitulé « Pourquoi écrit-on – toujours – l’Histoire ? Considérations sur l’innovation et le passé » s’est déroulé les 7, 14, 21 et 28 mars 2018.

Les vidéos des cours sont disponibles sur le site du Collège de France : le lien.

La présentation du cours

En 2004, dans Le Temps moderne (Gallimard), j’avais essayé de montrer que la Querelle des Anciens et des Modernes qui s’est produite à l’Académie française en 1687 était en fait la dernière querelle à propos de la suprématie du passé sur le temps présent. Cette célèbre Querelle avait provoqué, de manière décisive et irréversible, l’objectivation du passé (et la dissociation de celui-ci du temps présent) ; le passé qui continuait à vivre dans le présent sous la forme d’un dévouement (« un passé qui pèse sur le présent en le modelant ») n’était plus un maître ni un guide fiable pour les méandres obscurs du futur. Les Modernes avaient commencé à rejeter toutes formes d’imitation des modèles venant du passé et l’ancienne formule cicéronienne, historia magistra vitae, avait cessé de fonctionner car les Modernes furent fiers de leurs propres modèles. Selon François Hartog cela constituait l’arrivée du régime moderne d’historicité et Philippe Descola y voyait une originalité inouïe : « Oui, d’autant qu’en Occident, depuis la querelle entre les Anciens et les Modernes, le nouveau est positif. C’est lié à une transformation de l’échelle de temporalité, orientée, dans laquelle on se projette vers un futur parce que l’on considère que le présent est le produit des activités du passé et qu’il est perfectible. C’est une idée là encore très originale, absolument pas partagée dans le reste du monde, où on a plutôt des temporalités soit cycliques, soit dépourvues de profondeur. » (Le Monde, Sciences, 11/11/2013). Le passé n’était plus donc un réservoir d’exemples d’où il fallait tirer des leçons. Continuer la lecture de « Levent Yilmaz : cours au Collège de France « Pourquoi écrit-on -toujours- l’histoire ? » »

Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions »

Pierre Livet, directeur du programme « Rencontres entre sciences et humanités » de l’IMéRA, est professeur de philosophie émérite à l’université d’Aix-Marseille, ancien directeur du CEPERC (AMU/CNRS).

  1. L’évolution des attitudes du public à l’égard des propositions scientifiques

Dans ce texte, le terme de « public » va être utilisé dans des acceptions qui peuvent différer. En général, il s’agit de personnes à qui les scientifiques, par différents médias, présentent leurs résultats, mais qui n’ont pas les compétences des scientifiques spécialisés dans le domaine des résultats en question. Ces personnes ne sont pas simplement passives – elles doivent au moins prêter une attention même distraite aux présentations des résultats. Elles peuvent réagir – par de l’intérêt, ou des résistances, etc. Et d’autres acteurs, qui font cependant aussi partie du public (comme les acteurs des médias1 et les politiques), peuvent s’appuyer sur ces réactions pour avoir des attitudes plus actives envers les scientifiques, qu’ils les encouragent, les subventionnent, ou au contraire mettent des obstacles à leurs activités. Les scientifiques eux- mêmes, quand ils ne sont pas des spécialistes du domaine propre aux résultats, font partie de ce « public ».

Les attitudes liées à la réception des propositions et résultats scientifiques dans ce public ne sont pas homogènes. Des résultats qui n’ont pas d’impacts sur la vie des gens, et qui ne sont pas non plus en contradiction avec les perceptions usuelles, suscitent une acceptation de principe, mais aussi un intérêt limité. Des résultats qui n’ont pas d’impact mais sont en contradiction avec nos perceptions donnent lieu à une acceptation majoritaire, mais aussi à des dénis minoritaires (tout le monde ne croit pas que la Terre tourne autour du soleil). Des résultats qui ont des impacts directs et permettent de produire des objets techniques attractifs suscitent  l’intérêt et la demande. Des résultats qui alertent sur les problèmes posés par notre mode de vie usuel et qui exigeraient des réformes importantes suscitent la suspicion, voire le refus. Des contre- expertises qui mettent en doute certaines affirmations scientifiques dans des domaines où il y a une certaine dispersion des données observées, et où le public peut donc rencontrer des contre- exemples –même peu nombreux- entraînent le doute envers les scientifiques et suscitent un scepticisme assez généralisé. Continuer la lecture de « Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions » »

Gabriella Crocco : « Théories, modèles et bricolages »

Conférence de Gabriella Crocco, Professeur de philosophie à Aix-Marseille Université, membre du CEPEC (AMU/CNRS), dans le cadre du cycle de conférences « Structures, Models, World » organisé par Fausto Fraisopi (résident de l’IMéRA 2015-2016 ; Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), en partenariat avec le CEPERC.

Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire

Claire Bidart, sociologue (LEST, AMU/CNRS) et Alain Barrat, physicien (CPT, AMU/CNRS) organisent un séminaire doctoral interdisciplinaire sur l’analyse des réseaux, en partenariat avec l’IMéRA et le Collège doctoral d’Aix-Marseille Université.

L’analyse de réseaux est l’étude des systèmes relationnels. Elle privilégie l’observation des relations entre les entités et du système formé par ces relations. Ces entités peuvent être des individus, des organisations, des objets, des lieux, des textes, des événements, des aéroports, des sites webs, des neurones… ou même des combinaisons de différents types d’entités à plusieurs niveaux. Les relations peuvent être des liens interpersonnels (parenté, amitié, collaboration…), des citations, des co-présences, des liaisons aériennes, des hyperliens, des connections neuronales, etc. Le système que forment ces entités et leurs relations constitue le réseau. Continuer la lecture de « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire »