Les vêtements usagés dans les circuits économiques globalisés, par Efren Sandoval Hernandez

Docteur en anthropologie sociale, Efrén Sandoval Hernández est professeur et chercheur au centre de recherches sociales (CIESAS) au Mexique. Il étudie les dynamiques transfrontalières et les migrations internationales au nord-est du Mexique, et a notamment publié Infraestructuras transfronterizas. Etnografía de itinerarios en el espacio social Monterrey – San Antonio. Après sa résidence de 10 mois à l’IMéRA en 2016-2017, il travaille actuellement sur un livre traitant du commerce transfrontalier et des marchandises de contrebande au nord-est du Mexique et au sud du Texas.

Article publié dans Fellows #39 « Glocalisation », revue du RFIEA.

La mondialisation n’est pas une tendance unilatérale, expansive ou envahissante. Il s’agit plutôt d’un processus dont la réalisation s’effectue de manière spécifique, en fonction des coutumes locales et des territoires sur lesquels il se produit. Cette répétition, comme le fait que l’on consomme du Coca Cola partout, n’est pas une conséquence de la mondialisation mais un aspect de celle-ci. La mondialisation ne peut être comprise sans prendre en compte les aspects locaux (culture, coutumes, contextes politiques, économiques et sociaux…), et ceux-ci doivent, à leur tour, être analysés comme une partie de la mondialisation. Les circuits commerciaux impliquant les populations de migrants offrent une perspective intéressante quant à cette intrication local-mondial (grandes distances géographiques parcourues, frontières traversées, formes d’économie « informelle »…). Continuer la lecture de « Les vêtements usagés dans les circuits économiques globalisés, par Efren Sandoval Hernandez »

Drazen Prelec – « Finding truth when most people are wrong » – 05/10/17

Vidéo intégrale du séminaire « Finding truth when most people are wrong » par Drazen Prelec (Neuroeconomics Lab, MIT Sloan School of  Management) enregistré le 05 octobre 2017, à l’IMéRA.

« Finding truth when most people are wrong » par Drazen Prelec (Neuroeconomics Lab, MIT Sloan School of  Management) dans le cadre du Community Building Seminar de l’IMéRA.

VIDEO de présentation du projet de recherche : David de la Croix (21/09/17)

Vidéo intégrale de la présentation du projet de recherche de David De la Croix (résident IMéRA/AMSE 2017-2018), enregistré le 21 septembre 2017 à l’IMéRA.

« Did elite human capital trigger the industrial revolution? Insights from a new database of scholars from European universities «  par David De la Croix (Full Professor of Economics, Université catholique de Louvain et résident IMéRA/AMSE 2017-2018).

Période de résidence : 4 septembre – 29 décembre 2017 ; résidence AMSE/IMéRA

« Les crises financières sont-elles inhérentes au capitalisme » par Jakob Madsen

Jakob Madsen (IMéRA Fellow 2016-2017) est titulaire de la chaire en commerce et économie Yang Xiaokai à Monash University (Melbourne, Australie) et membre de l’Académie australienne des Sciences sociales.

Article paru dans Fellows#13 (Crises financières, crises bancaires), publication du RFIEA.

 

La fréquence des crises financières, récurrentes dans un système capitaliste, a considérablement augmenté ces deux derniers siècles (cf. tableau 1). Au-delà de leur fréquence, l’intensité de ces crises a également augmenté au fil du temps, parallèlement à un accès croissant au crédit. Le crédit a beau avoir cours depuis des siècles, ce n’est qu’au cours du xixe siècle que les banques commerciales ont commencé à prêter de manière importante dans les pays développés. De plus, c’est à la fin du xixe siècle qu’elles ont commencé à internationaliser leurs activités de prêt, notamment dans les colonies. Continuer la lecture de « « Les crises financières sont-elles inhérentes au capitalisme » par Jakob Madsen »

« De la nouvelle économie et sa stagnation séculaire » par Raouf Boucekkine

Raouf Boucekkine est professeur d’économie à l’Université d’Aix-Marseille, directeur de l’IMéRA, membre senior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à l’IRES (UCLouvain) et à l’ECORES (CORE, ECARES and CES-Leuven federation). Depuis 2017, il est président de l’Association Sud-Européenne d’Economie Théorique.

Article paru dans Fellows#25 (Un nouvel esprit du capitalisme), publication du RFIEA.

Le concept crépusculaire de stagnation séculaire, communément utilisé depuis Alvyn Hansen (1939) pour désigner un essoufflement durable de l’activité économique, est régulièrement mis sur la table pour décrire des situations de faible croissance du PIB et de la productivité qui se prolongent au-delà du seuil temporel relativement court d’une récession. Selon nombre d’économistes, l’incapacité pour le moment des économies occidentales, et singulièrement européennes, à sortir par le haut de la Grande Récession de 2008 signerait l’entrée en stagnation séculaire ; en sortir ne relèverait nullement de politiques standard de stabilisation. Alors que Hansen attribuait la stagnation qu’il pressentait à des facteurs démographiques que technologiques (c’est à dire aussi bien à des facteurs d’offre que de demande), le suspect principal de l’hypothétique stagnation actuelle serait la nouvelle économie, issue de la troisième révolution industrielle des technologies de l’information et de communication (TIC), née à la fin des années 1960, et qui se révélerait donc bien décevante un demi-siècle plus tard. Il est probable que cette dernière ne mérite ni cette indignité ni l’excès d’honneur que nombre d’économistes américains lui ont fait lors de la longue expansion qui a caractérisé la présidence Clinton. Continuer la lecture de « « De la nouvelle économie et sa stagnation séculaire » par Raouf Boucekkine »

Jakob Madsen présente ses recherches en résidence

Jakob Madsen (Professor, Department of Economics, Monash University), résident IMéRA-AMSE de septembre à décembre 2016, explique les avancées de ses recherches sur le projet « Economic growth and the origins of economic development » (6 mn 45 s).