« L’hiver ne viendra peut-être plus », par Andrew Dobson

http://fellows.rfiea.fr/sites/default/files/styles/portrait_large/public/auteurs/dobson.2.jpg?itok=sRMeSUtK
Andrew Dobson,
résident IMéRA 2018-2019

Andrew Dobson, co-titulaire de la chaire sur le développement durable IRD/IMéRA, est Professeur d’écologie et de biologie de l’évolution à l’université de Princeton.

Andrew Dobson s’intéresse à l’impact des parasites et des maladies infectieuses sur les écosystèmes naturels du Serengeti, de Yellowstone et de la côte californienne. Ses recherches portent sur les interactions entre la perte de biodiversité, les maladies infectieuses et la pauvreté – les thèmes centraux des Objectifs du Développement Durable. Auteur de nombreux articles dans des revues scientifiques de premier plan, Andrew Dobson, qui a été formé à Oxford, à l’Imperial College de Londres et à Princeton, prépare actuellement un nouvel ouvrage sur le Serengeti.

Article paru dans Fellows#45 « Climat : plus que deux ans pour réagir », revue du RFIEA.

L’hiver ne viendra peut-être plus

Et s’il vient, ce sera de plus en plus souvent sous une forme très réduite. Comme une grande partie de l’hémisphère Nord l’a vu cette année, l’été, revanchard, pourra ensuite arriver avec beaucoup plus de force. Ce n’est pas une bonne nouvelle et, comme tout climatologue vous le dira, il ne s’agit certainement pas d’une fake news. Notre climat est en train de changer, massivement. Les émissions de gaz à effet de serre, qui sont dues à l’activité industrielle et à la conversion des forêts et des savanes en terres agricoles, en sont le principal moteur.

Continuer la lecture de « « L’hiver ne viendra peut-être plus », par Andrew Dobson »

Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta

Franco Miglietta. Copyright Christophe Delory

Franco Miglietta, IMéRA Fellow 2016-2017, est directeur de recherche à l’Institut de Biométéorologie du Conseil National de la Recherche italien. Il s’intéresse depuis trente ans au changement climatique sous le prisme des questions de durabilité, d’adaptation, de mitigation et du rôle joué par la végétation terrestre. Il a coordonné plusieurs projets de recherche nationaux et européens sur ces questions, et collabore avec l’Agence spatiale européenne dans le cadre des missions spatiales Earth Explorer. Il a occupé des postes scientifiques de premier plan sur la scène mondiale et a écrit plus de 150 articles publiés dans des revues internationale.

Article paru dans Fellows#30 – Make our planet great again ? – revue du RFIEA

Pendant des siècles, l’agriculture a été considérée comme une simple activité dédiée à la production de nourriture pour les humains (directement et via l’élevage) et à celle de fibres pour l’industrie textile. Une mutation s’est opérée au cours des dernières décennies : le système agraire se retrouve au centre de nouvelles pressions et attentes sociales. L’agriculture contemporaine doit par exemple répondre à la demande croissante d’énergie renouvelable par la production de biomasse à transformer en énergie (combustion, biogaz, biodiesel, éthanol). Elle est aussi en charge de la protection du paysage rural et de la biodiversité via l’introduction de pratiques respectueuses de l’environnement – notamment la réduction des risques d’érosion et des émissions de gaz à effet de serre. Au niveau mondial, l’enjeu est de pouvoir répondre à ces objectifs complexes, tout en satisfaisant une demande croissante de nourriture due à l’essor de la population mondiale souvent associé à une variation rapide des régimes alimentaires (on estime la population à 9 milliards d’habitants en 2050). Les terres consacrées à la production agricole ne peuvent pas croître davantage sans que ce ne se fasse au détriment des écosystèmes terrestres : la recherche agricole doit trouver rapidement des solutions durables.

Les céréales, les cultures oléagineuses et les légumineuses dominent l’agriculture contemporaine. Ces grandes cultures occupent environ 70 % des terres cultivées et fournissent la majeure partie des calories de l’alimentation humaine. Elles sont produites sur des cycles annuels. Les cultures basées sur ce paradigme de l’annualité émettent des quantités significatives de gaz à effet de serre, qui contribuent au changement climatique. Elles nécessitent des rotations, des traitements du sol, des engrais et l’utilisation de biocides pour la lutte antiparasitaire et contre les agents pathogènes. Elles sont une source potentielle de dégradation des sols et, par conséquent, une menace sérieuse pour la durabilité agricole. Continuer la lecture de « Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta »

Franco Miglietta : « Albedo-modifying properties of olive trees in Mediterranean climate: ecological, climate change and water savings implications »

Francesco Miglietta (Fellow IMéRA-OTMed) is Scientific Director of FoxLab, a joint research Initiative in collaboration between CNR (Italy) and the Fondazione E.Mach in San Michele.

23 February 2017 : extract of his presentation (5 mn 29 s).