« À la recherche d’un nouveau projet politique et social », par Amar Mohand-Amer

 

Résident à l’IMéRA en 2017-2018, Amar Mohand-Amer est historien de formation et chercheur au centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) à Oran. Il travaille sur des problématiques historiques selon une approche interdisciplinaire. Celles-ci s’articulent essentiellement autour de la situation coloniale, les moments de rupture et de basculement, les modes de résistance, la violence en temps de guerre (colonisation), les enjeux mémoriels et les questions de légitimation dans un contexte de crise politique. Il publie en 2018, aux presses de l’institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Algérie en 1962. FLN, ALN, UGTA, PRS…

Article paru dans Fellows#34, Algérie, une crise systémique permanente, revue du RFIEA.

En octobre 1988, les manifestations populaires, décisives, ébranlent l’Etat-FLN et l’engagent à procéder à des réformes majeures et inédites. La nouvelle constitution du 23 février 1989, libérale -multipartisme, liberté de presse, libéralisation du champ associatif, droit syndical et de grève… – crée une dynamique politique et sociale de grande envergure. C’est une expérience unique dans l’histoire de l’Algérie post-indépendance.
Paradoxalement, la recomposition fondamentale du champ politique et partisan bénéficiera, en premier lieu, au courant religieux. Aux élections communales du 12 juin 1990, (premier suffrage démocratique depuis 1962), les candidats du Front islamique du salut (FIS), le porte-drapeau le plus emblématique du courant islamo-radical en Algérie, sont plébiscités. Ils le seront aussi au premier tour des législatives, le 26 décembre 1991. Entre les deux suffrages, le parti perd un million de voix. Il reste, toutefois, le principal mouvement politique de masse en ce début des années 1990 et grand favori pour l’obtention de la majorité absolue au second tour, prévu le 16 janvier 1992. Continuer la lecture de « « À la recherche d’un nouveau projet politique et social », par Amar Mohand-Amer »

« 2018 : l’Algérie à la croisée des chemins », par Raouf Boucekkine

Raouf Boucekkine est professeur d’économie à l’Université d’Aix-Marseille, directeur de l’IMéRA, membre senior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à l’IRES (UCLouvain) et à l’ECORES (CORE, ECARES and CES-Leuven federation). Depuis 2017, il est président de l’Association Sud-Européenne d’Economie Théorique. Spécialiste de l’économie du développement durable, il est l’auteur de très nombreuses publications internationales dont récemment Variable markups in the long-run: A generalization of preferences in growth models (Journal of Mathematical Economics, 2017).

Article paru dans Fellows#34, Algérie, une crise systémique permanente, revue du RFIEA.

S’il y a un moment-clé dans l’histoire économique récente de l’Algérie, c’est bien la période dite du Printemps arabe qu’ouvre la révolution tunisienne en janvier 2011. Pour éviter la contagion, le gouvernement algérien a payé le prix fort en subventions diverses et variées, en augmentations salariales et en dispositifs de soutien aux emplois des plus jeunes et au logement social. Ainsi, les recettes de la fiscalité ordinaire (recettes fiscales hors hydrocarbures), qui couvraient péniblement 54% des dépenses budgétaires de fonctionnement en 2010, ont atteint en 2011 un taux de couverture de moins de 40%. Le niveau de prix du pétrole nécessaire pour assurer l’équilibre budgétaire de l’Etat est inexorablement passé de 32 dollars en 2005 à près de 150 dollars en 2011. Or, à partir de juin 2014, sous les coups de boutoir des producteurs d’hydrocarbures non-conventionnels américains aidés par l’indigence de la réplique saoudienne, le baril est durablement passé en dessous de 60 dollars, et les revenus pétroliers algériens se trouvent brutalement réduits de moitié. Continuer la lecture de « « 2018 : l’Algérie à la croisée des chemins », par Raouf Boucekkine »