Chaire Camus sur les modes de vie en Méditerranée

Chaire Camus sur les modes de vie en Méditerranée

Marseille pourrait, à elle seule, prouver qu’on ne meurt pas de la diversité. Beyrouth et tout le bassin méditerranéen. Qu’il est vital pour imaginer un autre avenir que celui auxquels nous pressentent ceux qui tirent les ficelles d’un monde voulu à dessein, identitaire plutôt qu’humaniste, rompre avec le réflexe de percevoir son prochain par opposition à soi mais au contraire comme une prolongation.

Réussir à réparer nos regards sur le monde sans prétendre le changer. Vouloir le protéger. Le regarder avec une perception lucide d’un Moi qui, reconstruit par une culture des liens épidémique, nous amènerait enfin à appréhender ce qui nous est étranger sans peur. A ne pas désespérer des événements mais « à espérer comme un fou dans la condition humaine » pour reprendre les termes « camusiens ».

Une manière, en somme, d’aimer sans retour et d’être prêt à tout sacrifier. C’est cela aussi la littérature. Une voix alternative dans un désert d’intelligence. Oui désert. Car sans imagination tout le devient et s’il en faut de l’intelligence pour «commettre» un livre, il faut aussi réussir l’exploit que Camus attribuait à l’art, « du renoncement de l’intelligence à raisonner le concret. »

C’est en cela que la littérature et la présence d’une chaire comme celle que l’IMéRA offre à la littérature est essentielle. Inviter une science intuitive à occuper une place majeure parmi d’autres disciplines de recherche, c’est ouvrir le champ des possibles et de l’imaginaire à une autre conception du monde, et permettre la rencontre des « alter-pensées » dans le monde de la recherche.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search