Chaire Averroès : l’Islam face aux défis des temps modernes

Créée en 2018, à l’initiative de Thierry Fabre, dans le cadre du programme Méditerranée de l’IMéRA (Institut  méditerranéen de recherches avancées), la Chaire Averroès a pour objectif d’ouvrir un espace à la pensée critique dans l’Islam contemporain. Loin des orthodoxies et des obscurantismes, il s’agit d’explorer de nouveaux territoires de la pensée. À partir d’une approche résolument inter-disciplinaire et d’un questionnement centré notamment sur l’Islam méditerranéen, la Chaire Averroès a pour vocation d’accueillir chaque année à Marseille des chercheurs de rang mondial.

L’Islam face aux défis des temps modernes
Par Yadh Ben Achour

Yadh Ben Achour est juriste, spécialiste de droit public et des théories politiques en islam. Ancien doyen de la Faculté des sciences juridiques de Tunis, ancien président de la Haute instance de la Révolution, membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies. Il est notamment l’auteur de Aux fondements de l’orthodoxie sunnite (PUF, 2008), de La
Deuxième Fatiha. L’islam et la pensée des droits de l’homme (PUF, 2011) et de Tunisie, une révolution en pays d’islam (Cérès Editions, 2016).

La chaire Averroès inaugure un cycle d’études et de recherches sur l’Islam contemporain face aux défis du XXIe siècle. Pourquoi Averroès ? La première conférence du cycle répond à cette question. Averroès a repensé le statut de la loi grâce à une herméneutique particulière qui ouvre la voie de la liberté aussi bien à l’interprète qu’au croyant. Parmi les défis majeurs auxquels l’Islam doit faire face, il faut considérer prioritairement la question de la norme démocratique et des droits de l’homme. Pour cela, il faut désenclaver l’Islam d’une certaine interprétation fixiste de la loi pour lui permettre de s’ouvrir à la pensée démocratique. Mais, pour cela, il faut d’abord désenclaver la norme démocratique elle-même du relativisme historico-culturaliste dans lequel veulent la maintenir les théories politiques antidémocratiques, comme le fascisme, ou encore le radicalisme religieux. Cette ouverture ne peut être possible que par la voie d’une rupture radicale avec l’orthodoxie de masse qui a encadré la pensée islamique depuis des siècles. L’orthodoxie de masse qui explique aussi  bien le prosélytisme, que la violence, doit être remplacé par une nouvelle culture, celle de la tolérance. Le  problème, c’est que la tolérance ne fait pas partie, à l’origine, des principes directeurs de la religion. C’est par un jeu complexe de déstructuration intellectuelle et de reconfigurations linguistiques que l’Islam s’acclimate peu à peu à cette  culture de la tolérance.