Chaire Albert Hirschman. Les passions identitaires, entre Europe et Méditerranée

Chaire Albert Hirschman. Les passions identitaires, entre Europe et Méditerranée

>> Retrouvez tous les articles liés à la Chaire Albert Hirschman ICI

Albert O. Hirschman est une figure majeure et un personnage singulier. Intellectuel juif berlinois réfugié en France, dès après 1933, pour échapper aux persécutions des nazis, il a été l’adjoint de Varian Fry entre 1940 et 1941 à Marseille auprès de « L’Emergency rescue committee » où il a permis d’évacuer parmi les plus grandes personnalités, intellectuels, artistes, scientifiques, en quête de « transit », comme dirait Anna Seghers, alors qu’ils étaient menacés. Ils ont ainsi pu être sauvés et se réfugier aux Etats-Unis durant la guerre.

Ce passage par Marseille et ce rôle décisif d’Albert Hirschman restent jusqu’ici fort peu connus, jusqu’à aujourd’hui. Créer une Chaire en son nom, à partir de l’IMéRA, serait un acte de reconnaissance et permettrait d’apporter un éclairage majeur sur ce moment singulier de l’histoire, où Marseille fut une des principales ville refuge en Europe, dans ce moment où elle est devenue une véritable « ville-monde ». Mais au-delà de cette présence historique, qui mérite enfin un acte de reconnaissance publique, Albert O. Hirschman fut un scientifique de niveau mondial, économiste, politiste, philosophe aussi, passé par les Universités de Berkeley, de Yale, de Columbia, d’Harvard et de Stanford. Il a terminé sa carrière scientifique comme Permanent Fellow à l’Institute for Advanced Study à Princeton.

Albert Hirschman est l’auteur de nombreux livres qui ont eu un retentissement mondial, comme par exemple « Exit, voice and loyalty », à propos de la théorie de la décision, « The Passions and The Interests », ainsi que « A Propensity to Self-Subversion ».

Il est l’incarnation d’une pensée ouverte et pleinement inter-disciplinaire, au sein d’un Institut d’études avancées, où il a notamment créé des pistes nouvelles de recherche, singulièrement dans le domaine qui nous occupe aujourd’hui avec cette nouvelle Chaire, autour des « passions et des intérêts », pour reprendre le titre de son livre.

Créer une Chaire Albert Hirschman à Marseille, à l’IMéRA, a beaucoup de sens, alors que nous assistons à une montée en puissance des passions identitaires, entre Europe et Méditerranée, qui laissent la pensée, par biens des côtés, désarmée.

L’initiative d’excellence d’Aix-Marseille-Université, AMIDEX, a d’ores et déjà confirmé son accord pour financer la création et le lancement de cette Chaire Albert  Hirschman, dès 2021, où le ou la première titulaire pourra être accueilli, à Marseille, à l’IMéRA.

Mais il nous faut aller plus loin et faire de la Chaire Albert Hirschman un réel projet international et notamment un projet emblématique de la coopération intellectuelle et scientifique franco-allemande. Des liens sont également à tisser avec de grandes fondations ou universités américaines, où Albert Hirschman a enseigné.

La Chaire Albert Hirschman, où comment se donner les moyens de penser ce qui vient, et pour commencer les passions identitaires entre Europe et Méditerranée, qui pourraient bien nous emporter.

Telle est la raison d’être et la vocation de cette Chaire Albert Hirschman qui est créée à partir de Marseille, à l’IMéRA.

Thierry Fabre