Le programme Méditerranée / Mediterranean Programme

Le programme Méditerranée de l’IMéRA est dirigé par Thierry Fabre. Chercheur, essayiste et concepteur des Rencontres d’Averroès. Il a notamment dirigé, à partir de la MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) le réseau d’excellence Ramses2, consacré aux « études méditerranéennes », il a été rédacteur en chef de Qantara, de la revue La pensée de midi, et directeur de la collection BLEU chez Actes Sud. Il a été le Commissaire général de l’exposition d’ouverture du Mucem, « Le Noir et le Bleu. Un rêve méditerranéen… » et de l’exposition «Traces. Fragments d’une Tunisie contemporaine. » Il a publié de nombreux livres et articles sur les questions méditerranéennes.

ENGLISH BELOW

Institut méditerranéen de recherches avancées, l’IMéRA se propose de lancer le programme Méditerranée, un programme inédit parmi les Instituts d’études avancées en Europe. Ce nouveau programme Méditerranée vise à faire pleinement de l’IMéRA un exploratoire méditerranéen de l’interdisciplinarité.

Ce nouveau programme Méditerranée prend forme et consistance en 2017, et il s’inscrit dans l’horizon d’attente initial de l’Iméra. Il s’agit ainsi de développer et de déployer tout un potentiel scientifique et artistique, à travers les types de résidents accueillis à l’Iméra, et de contribuer au rayonnement et à l’attractivité internationale de cette Fondation de recherche, reliée à Aix Marseille Université, qui participe également comme membre fondateur du Réseau Français des Instituts d’Etudes Avancées (RFIEA).

Le programme Méditerranée de l’Iméra s’inscrit pleinement dans le cadre de l’orientation stratégique d’Aix-Marseille Université, qui a fait de la dimension méditerranéenne une de ses priorités et qui vise à renforcer ce positionnement à l’échelle nationale comme internationale.

Les « études méditerranéennes » ont fait l’objet de nombreux travaux, notamment en sciences humaines et sociales, et singulièrement à partir de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH). Il s’agit d’un champ d’analyse comparée qui a été largement problématisé et qui a notamment donné lieu à la publication du « Dictionnaire de la Méditerranée » ( Actes Sud, 2016). Ce Dictionnaire, largement trans-disciplinaire, donne une bonne base intellectuelle et scientifique à partir de laquelle il est possible d’explorer les questions méditerranéennes. Le programme Méditerranée de l’Iméra s’appuiera sur cette base scientifique, il s’inscrira dans son sillage et tentera d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche, fidèle à son projet de contribuer à un exploratoire méditerranéen de l’interdisciplinarité

Le programme Méditerranée se définit autour de trois grandes orientations : de l’islam méditerranéen ; des styles de vie en Méditerranée ; de la prospective, à partir d’une approche résolument trans-­disciplinaire.

1- De l’islam méditerranéen

Cette notion d’islam méditerranéen vient notamment de Jacques Berque, professeur au Collège de France  de  (1956-1981),  titulaire  de  la  Chaire  d’histoire  sociale  de  l’Islam contemporain,  et  de Mohammed  Arkoun,  islamologue,  professeur  à  la  Sorbonne  (1972-­1992).

Il s’agit de contextualiser l’islam, loin de tout essentialisme et de tout littéralisme, dans sa dimension méditerranéenne. Cela signifie notamment qu’il traverse les frontières, épouse les mobilités et les diasporas, d’une rive à l’autre de la Méditerranée, qu’il prend en compte la pluralité des héritages historiques et civilisationnels, et reconnaît la place de l’Autre, en particulier des minorités religieuses, des autres monothéismes, juif ou chrétien.

Penser l’islam méditerranéen vise à ouvrir d’autres chemins, à offrir de possibles alternatives en dehors des visions rigoristes, littéralistes ou salafistes qui traversent et qui travaillent en profondeur l’islam contemporain. Ainsi de l’islam wahhabite, porté par l’Arabie Saoudite, qui a acquis une forme de centralité, y compris dans l’islam européen, à travers notamment le financement des mosquées et l’édition en masse de tout un patrimoine islamique.

Comme le souligne Amir Moezzi, qui a dirigé le Dictionnaire du Coran, dans un récent entretien paru dans la revue Esprit (décembre 2016, p 39-­52) : « L’école théologico-­juridique wahhabite devient dominante et elle est littéraliste. Le littéralisme, c’est en quelque sorte l’exégèse qui interdit l’exégèse. » Et il poursuit : « Ce qui pose problème dans le littéralisme, c’est l’absence d’histoire : on pense dans l’éternité, dans l’absolu. (…) Une telle mentalité conduit nécessairement à l’archaïsme. Son antidote, c’est la vision historique qui introduit dans le regard et les mentalités la relativisation, la contextualisation et finalement, on peut l’espérer, la modération. »

C’est à partir d’une telle vision historique, inscrite dans un champ d’analyse comparée, que va se développer cette première grande orientation du programme Méditerranée de l’IMéRA.

L’approche sera résolument interdisciplinaire et convoque aussi bien la philosophie, l’histoire, l’anthropologie, l’étude des textes et de leurs traductions, comme les questions de transmission entre les héritages, gréco-­latin et judéo-­arabe.

La première initiative, dans ce cadre, sera de créer une Chaire Averroès. Elle vise  notamment à accueillir chaque année à l’IMéRA au moins un chercheur junior et un senior, sur cinq et dix mois.

Alain de Libera, professeur au Collège de France et spécialiste d’Averroès, a d’ores et déjà donné son accord pour accompagner le projet de Chaire Averroès de l’IMéRA. Un comité d’orientation scientifique de la Chaire Averroès sera par ailleurs mis en place, de façon à détecter en amont et à bien sélectionner les chercheurs, juniors et seniors, de rang mondial, qui pourront être accueillis.

Il est également envisagé d’organiser, autour de la Chaire Averroès de l’IMéRA, des cycles de grandes conférences publiques, qui seront notamment reliées aux Rencontres d’Averroès, grand cycle de débats publics qui rassemblent chaque année à Marseille, au mois de novembre, plus de 5000 personnes.

D’autres pistes de travail seront par ailleurs explorées autour de cette 1ère orientation sur l’islam méditerranéen. Des formes nouvelles de diffusion de la connaissance, à partir d’outils numériques, seront créées, de même que des projets de publication et de possibles contributions aux grands débats dans la Cité.

2- Styles… Au croisement de la pensée, de la création et de la transformation de nos modes de vie

Michel de Certeau avait jadis dirigé un travail de recherche multi-­‐disciplinaire qui a donné lieu à la publication d’un livre de référence, « L’invention du quotidien », qui interrogeait  les « arts de faire » : manger, habiter, se déplacer, s’habiller… Dans une approche complémentaire, Marielle Macé prolonge et enrichit cette approche avec « Styles » (Gallimard, août 2016), livre qui ouvre de nouvelles perspectives et soulève l’immense question du « Comment vivre ?»

Approche résolument  trans-­disciplinaire  qui  permet  d’interroger  nos  modes  de  vie,  nos rythmes de vie, nos styles de vie, qui sont parfois en conflits. Une guerre des styles se manifeste notamment dans la Cité, entre par exemple des façons de s’habiller à l’européenne, et un style « islamique », qui crée de la distance voire une séparation, avec barbe et khamis, pour les hommes, et différents types de voile ou d’habits protecteurs du corps, pour les femmes…

Au-­delà de ces polarités, visibles, n’existe-­t­‐il pas des formes syncrétiques, transversales ou traversières,     des     entre-­deux     qui     combinent     différents     registres,     à     l’échelle méditerranéenne ? Un lien pourrait ainsi être établi avec le 1er axe de travail de ce programme.

La question des Styles est une plaque sensible, un analyseur qui permet d’interroger la transformation de nos modes de vie, au croisement de la pensée et de la création. Comme le souligne Marielle Macé, la littérature apparaît comme « le lieu principal où s’est affûtée cette attention au caractère stylistique de la vie elle-­même, au pluriel des styles de l’être, au fait qu’il y ait effectivement là des styles, des façons d’habiter les formes et de leur donner du sens. »  (op cit, p 48).

La première initiative dans le cadre de ce 2ème axe de travail, serait d’accueillir à l’IMéRA, un peu comme cela se fait au Wiko à Berlin, au moins un écrivain en résidence chaque année. Il serait notamment choisi en fonction de son intérêt pour les styles de vie et de son inscription dans le monde méditerranéen.

Plus largement, d’autres perspectives doivent se dessiner dans le 2ème axe de travail de ce programme Méditerranée. Et notamment, une analyse comparée des styles de vie, avec en filigrane la question d’un style de vie méditerranéen, comparé à d’autres styles de vie…

A noter qu’un style de vie n’est pas un simple artefact à caractère commercial, un lifestyle, pour magazine de mode, mais bien un way of life, qui engage des valeurs, une vision du monde et une certaine philosophie de l’existence.

Comment vivre ?… Il ne s’agit pas d’une question mineure alors que nous entrons dans une nouvelle ère géologique, l’anthropocène, qui nous invite à changer profondément nos modes de vie, à l’heure où la planète se révèle de plus en plus fragile, et au moment où la révolution numérique bouscule également en profondeur tous nos modes de vie.

Que se  passe-t-­il,  à  l’échelle  de  la  Méditerranée,  autour  de  cette  question  des  styles  de vie ?

Un RDV régulier de travail devrait être lancé dans le cadre de ce programme. Il devrait notamment commencer par une rencontre/conférence avec Marielle Macé, de façon à bien poser la problématique et à définir au mieux les bases épistémologiques qui rendent possible une analyse comparée des styles.

L’idée est d’associer dans un même lieu, à l’IMéRA, des penseurs, des artistes et des acteurs du quotidien, venus de différents horizons professionnels, qui réfléchissent à la transformation de nos modes de vie en Méditerranée : manger, habiter, se soigner, se parler, s’habiller…

Une telle transversalité est particulièrement rare et elle peut s’avérer extrêmement fertile. Elle est le propre d’un institut d’études avancées qui offre l’opportunité d’explorer de nouveaux champs du possible.

A cet égard l’expérience du Bauhaus fera l’objet d’une attention toute particulière. En effet cette école d’un nouveau genre, alors résolument inter-­disciplinaire, imaginée notamment par Walter Gropius à Weimar, en 1919 au lendemain de la 1ère guerre mondiale, a profondément changé les modes de vie. Elle a su donner une esthétique au nouveau temps de l’industrie et créer des formes nouvelles à travers le design, l’architecture, la peinture ou la photographie,  mais  aussi  à  travers  des  ateliers  qui  ont  manufacturé  la  réalité.  Au-­‐delà d’une école, unique dans son genre, dans sa forme et dans son histoire, qui ne saurait être imitée ou  dupliquée,  une  expérience  comparable  à  celle  du  Bauhaus  pourrait-­‐elle  être imaginée aujourd’hui en Méditerranée, comme un possible creuset d’un nouveau style de vie ? L’hypothèse mérite d’être explorée dans le cadre de ce nouveau programme.

3- Demain(s)

Peut-­on donner un nouveau visage à l’avenir ? Quelle part peuvent prendre les sciences dans une nouvelle intelligence du monde ? Alors qu’on ne cesse de nous annoncer des temps obscurs,  et  que  l’on  assiste  à  de  profonds  mouvements  de  repli  et  de  défiance,  des « lumières » nouvelles peuvent-­‐elles venir de la connaissance scientifique ?

Il s’agit, dans ce 3ème axe de travail, de s’inscrire dans une visée prospective qui à la fois comprend et dépasse la dimension méditerranéenne. L’idée est d’avancer en deux temps qui se conjuguent : Les Rendez-­‐Vous de demain, et Demain la Méditerranée.

Les sciences, comme les techniques, transforment notre expérience du monde. Comment y voir plus clair ?

L’idée est de proposer, pour commencer, un grand moment de transmission et de discernement public à travers une série de rendez-­‐vous : Les Rendez-­‐Vous de demain.

C’est l’occasion de mieux faire connaître l’IMéRA dans l’espace public, de valoriser  son action sur le territoire et de coaliser différents types d’acteurs scientifiques, issus notamment d’Aix Marseille Université, et au-­‐delà, au plan national et international.

A partir d’une approche inter-­‐disciplinaire, qui conjugue à la fois sciences dures et sciences humaines et sociales, ce qui est un peu la marque de fabrique d’un institut de recherches avancées tel que l’IMéRA, il s’agit de concevoir, d’imaginer et d’organiser, dans l’espace public, un cycle de rencontres d’un nouveau genre.

Les Rendez-­‐vous de demain…

Un temps de préparation, d’incubation, est nécessaire pour faire exister ce type de projet, qui doit rassembler des moyens, trouver des partenaires, identifier des problématiques et des thématiques, définir une forme nouvelle et trouver des intervenants de haut niveau qui « passent la rampe » de la transmission vers un large public.

Si les  conditions  sont  réunies,  Les Rendez-­‐Vous  de  demain  pourraient  voir  le  jour,  à Marseille, dès avant la fin de l’année 2017.

Au-­delà  de  ce  rendez-­vous  public,  plus  large,  où  il  sera  tenté  de  faire  le  lien  avec  la dimension méditerranéenne, comme possible point d’impact de ce qui se joue à une plus grande échelle, l’idée est de mettre en place une approche prospective directement centrée sur le monde méditerranéen.

Comment penser l’après du désastre ? La situation actuelle est en effet particulièrement conflictuelle voire chaotique et une réelle confusion s’instaure. Peut-­‐on essayer d’y voir plus clair ? Il ne s’agit pas de se lancer dans d’hypothétiques scénario mais de commencer par mesurer quelle est notre « marge humaine » ?

Une approche par pays pourrait notamment être imaginée, en croisant les regards, les approches et les disciplines : Demain l’Algérie, le Liban, la Syrie, la Turquie, Israël ou l’Egypte…

Il s’agira également d’essayer d’identifier les grandes questions et les grands défis du monde méditerranéen au XXIème siècle. L’IMéRA pourrait devenir, dans cet esprit, le lieu qui conçoit et qui accueille une rencontre de haut niveau : Demain la Méditerranée ?


IMéRA’s Mediterranean Project

IMéRA’s Mediterranean Project is supervised by researcher, essayist and Averroes Meetings creator Thierry Fabre. Among his activities, Thierry has directed the Ramses Network of Excellence for “Mediterranean Studies” from the MMSH (Mediterranean Institute for Social Science); he has been editor-in-chief of Qantara, an offspring of the journal La pensée de midi [Southern Thought], and director of Actes Sud’s BLEU collection. He was the General Curator of the Mucem opening exhibition “The Black and the Blue. A Mediterranean Dream…” and of the “Traces. Fragments of Present-day Tunisia” exhibition. He has published many books and articles on Mediterranean issues.

As a Mediterranean Institute for Advanced Research, IMéRA proposes to launch the Mediterranean Project, so far unheard of among European Institutes of Advanced Studies. This new Mediterranean Project is meant to make IMéRA a real Mediterranean laboratory for cross-disciplinary exploration.

This new Mediterranean Project is taking form and flesh in 2017, in line with IMéRA’s original goal and expectations. The aim is to develop and deploy a wide range of scientific and artistic potential, through the types of residents received at IMéRA, and contribute to the weight and international attractiveness of this Research Foundation linked to Aix-Marseille University, a founding member of and participant in the French Network of Institutes of Advanced Studies (RFIEA).

IMéRA’s Mediterranean Project fully meets the strategy of Aix-Marseille University, which is focusing on the Mediterranean dimension as one of its priorities and currently aiming to strengthen this position both at national and international level.

Many works have been published on “Mediterranean Studies,” especially in Social Science, and notably at the MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme / Mediterranean Institute for Social Science). Aspects in this field of comparative analysis have been largely scrutinised, resulting in a Dictionnaire de la Méditerranée [Mediterranean Dictionary] published by Actes Sud in 2016. This extensive cross-disciplinary dictionary provides a good intellectual and scientific basis from which to explore Mediterranean issues. IMéRA’s Mediterranean Project will draw on this scientific basis, continue in its wake and try to open up new research avenues, in line with its plan to contribute to a Mediterranean exploratory framework of cross-disciplinary practice.

IMéRA’s Mediterranean Project hinges on three main themes: (i) Mediterranean Islam; (ii) Mediterranean Ways of Life; and (iii) Prospective Studies, based on a resolutely cross-disciplinary approach.

Theme 1: Mediterranean Islam

The notion of Mediterranean Islam stems from the works of Professor Jacques Berque, holder of the Collège de France Chair of Contemporary Islam Social History (1956-1981), and Mohammed Arkoun, Islamology Professor at the Sorbonne (1972-1992), among others.

The aim is to contextualise Islam, far from any essentialism or literalism, in its Mediterranean dimension. Mediterranean Islam crosses borders, embraces population flows and diasporas, from one side of the Mediterranean to the other, takes into account multiple historical and civilizational heritages, and recognizes the place of the Other, especially religious minorities and other monotheisms, be they Jewish or Christian.

To consider Mediterranean Islam helps open other paths and offer possible alternatives to the rigorist, literalist or Salafist visions currently pervading and deeply influencing contemporary Islam such as Wahhabi Islam, embodied by Saudi Arabia, that has become mainstream, including in European Islam, notably through the financing of mosques and mass publishing of a whole Islamic heritage.

As Amir Moezzi, editor of the Dictionnaire du Coran [Qur’an Dictionary], said in a recent interview published in the review Esprit (December 2016, pp. 39-52): “The Wahhabi theological-legal school becomes dominant and it is literalist. Literalism is, in a way, exegesis that precludes exegesis.” He adds: “The problem in literalism is the absence of history: one thinks in terms of eternity, in absolute […] Such mentality necessarily leads to archaism. In contrast, and as a remedy to that, the historical school introduces into visions and mind-sets relativity and context and, ultimately, hope and moderation.”

The first major theme of IMéRA’s Mediterranean Project will be developed on the basis of such historical vision in a framework of comparative analysis.

The approach will be resolutely cross-disciplinary, encompassing philosophy, history, anthropology, the study of texts and their translations, as well as issues of transmission between Greco-Latin and Judeo-Arabic legacies.

In this context, the first initiative will be to create an Averroes Chair through which at least one junior and one senior researcher will be received for five and ten months at IMéRA.

Collège de France Professor and Averroes specialist Alain de Libera has already agreed to support IMéRA’s Averroes Chair project. An Averroes Chair Scientific Steering Committee will be set up for upstream screening and selection of world-class junior and senior researchers to be received at IMéRA.

High-profile conference cycles are planned in connection with IMéRA’s Averroes Chair and, ultimately, the Rencontres d’Averroès [Averroes Meetings], a major cycle of public debates in Marseille bringing together more than 5,000 participants each year in November.

Other avenues of work will be explored as part of this 1st theme on Mediterranean Islam. New forms of knowledge dissemination, using digital tools, will be created, as well as publication projects and possible contributions to major debates in the City.

Theme 2: Styles… At the Crossroads of Thought, Creation and Transformation of our Ways of Life

Michel de Certeau once supervised a multidisciplinary research work which led to the publication of a reference book, L’invention du quotidien [Inventing Daily Life], that considers the “arts of doing”: eating, living, travelling, dressing, etc. In a complementary approach, Marielle Macé extends and enriches this approach with Styles (Gallimard, August 2016), a book that opens new perspectives and raises the immense question of “How to live?”

This resolutely cross-disciplinary approach allows us to question our ways of life, life rhythms and ways of life, which are sometimes in conflict. A war of styles is breaking, especially in cities: some dress in European, others in “Islamic” garb, thus establishing distances or even divides: beards and khamis for men, different types of veil or protective body clothing for women…

Beyond those visible polarities, are there not syncretic, transverse or cross forms, in-betweens combining different registers on the Mediterranean scene? A link could then be established with the first theme of this project.

The Styles issue is a sensitive plate, an analyser that helps reveal the transformation of our ways of life, at the crossroads of thought and creation. As Marielle Macé points out, literature appears as “the key place where this attention has been sharpened to the stylistic character of life itself, to the plurality of styles of being, to the fact that there are actually styles, ways to inhabit forms and give them meaning” (op cit, p. 48).

The first initiative under this 2nd theme could be to host at least one writer-in-residence every year at IMéRA—somewhat in the manner of Wiko in Berlin—who would be chosen, among other criteria, in terms of his/her interest in ways of life and its connection with the Mediterranean world.

On a broader scope, other perspectives should emerge in the 2nd theme of the Mediterranean project such as a comparative analysis of ways of life, with the implicit question of a Mediterranean way of life as compared to other ways of life, and more.

It should be noted that a way of life is not merely a commercial artefact, as found in fashion magazines, a lifestyle, but a true manner of living carrying values, a worldview and a certain philosophy of life.

How to live? This is not a minor question: as we are entering a new geological era, the Anthropocene, we are invited to profoundly change our ways of life at a time when the planet appears more and more fragile and the digital revolution is dramatically upturning all our ways of life.

What is happening across the Mediterranean in terms of ways of life?

Regular work meetings could be launched as part of this project, starting with a meeting/conference with Marielle Macé in order to clearly define the issue and best delineate the epistemological bases that will be used for comparative analysis of styles.

The idea is to gather in one same place at IMéRA thinkers, artists and actors of daily life, from different professional origins, who will think on the transformation of our ways of life in the Mediterranean: eating, living, healing, talking, dressing, etc.

Such a cross-disciplinary approach is particularly rare and can turn out to be extremely fertile. An institute of advanced studies is the ideal venue offering the opportunity to explore new fields of thought.

In this respect, the Bauhaus experience will receive special attention. This school of a new kind, at the time resolutely interdisciplinary, imagined by Walter Gropius in Weimar in 1919 in the aftermath of the First World War, profoundly changed ways of life. It gave new industrial times an aesthetic vision and created new forms through design, architecture, painting or photography, and also workshops where reality was manufactured. The idea is not to imitate or replicate a school, unique in its kind both in form and history, but to imagine a Bauhaus-like experiment today in the Mediterranean as a possible novel way of life melting pot. The venture is worth exploring in the framework of our new project.

Theme 3: Tomorrow(s)

Can we give the future a new face? What part can science take in a new understanding of the world? As darker times are constantly being predicted and fierce movements of withdrawal and defiance are taking place, can new “enlightenment” come from scientific knowledge?

In the 3rd theme a prospective vision will be developed, both encompassing and overstepping the Mediterranean dimension. The idea is to move forward in two interrelated phases: Rendezvous for Tomorrow, and Tomorrow’s Mediterranean.

Science, like technology, is transforming our experience of the world. How can we see more clearly?

We propose to start with a great moment of dissemination and public understanding through a series of meetings: Rendezvous for Tomorrow.

This will be the opportunity to beat the drum for IMéRA in the public space, enhance its action on the territory and bring together scientific players of different kinds, both from Aix Marseille University and beyond, from the national and international scenes.

From a cross-disciplinary approach combining both hard and social science—somewhat the trademark of an advanced research institute such as IMéRA—the aim is to design, imagine and organize a cycle of encounters of a new kind in the public space.

Rendezvous for Tomorrow

A period of preparation and incubation is necessary to bring this type of project into existence. Resources must be gathered, partners found, problems and themes identified, a new form defined. We must find high-level actors popular enough to address a wide audience successfully.

If conditions are met, Rendezvous for Tomorrow could start in Marseille by the end of 2017.

Beyond this broad public meeting aiming to connect with the Mediterranean dimension as a possible focus point of what is taking place on a larger scale, the idea is to set up a forward-looking approach directly targeted at the Mediterranean world.

How to think the disaster’s aftermath? The current situation is, indeed, particularly confrontational, even chaotic, and real confusion ensues. Can we try to see more clearly? Not for embarking into utopias, but rather to assess what our “human margin” is.

A country-by-country approach could be imagined, by combining perspectives, methods and disciplines: tomorrow Algeria, Lebanon, Syria, Turkey, Israel or Egypt…

We must also seek to identify the major issues and challenges facing the Mediterranean in the 21st century. In this sense, IMéRA could become the place where a high-level meeting is designed and hosted: Tomorrow’s Mediterranean.