« The Tunisian Success : a possible path for the Arab World ? », par Emel Akçali

Emel Akçali (IMéRA Fellows 2015-2016) est maître de conférences au Département de politique et des relations internationales de l’Université de Swansea au Royaume-Uni.

Article paru dans Fellows#20 (L’espérance tunisienne : une voie possible pour les nations arabes), publication du RFIEA.

The Tunisian state and societal transformation that has been taking place since the Tunisian People’s Dignity Revolution of December 2010 certainly deserves praise. After the forced flee of the authoritarian president Ben Ali in January 2011, the majority of the socio-political actors in Tunisia have demonstrated a genuine commitment for building a long-lasting democratic system and keeping a relatively wide margin of freedom of expression. The political alliances were built at decisive moments thanks to the politics of compromise that helped Tunisia to stay on the path of procedural democracy. A new constitution that cherishes principles of devolved government, independent judiciary, and free media, as well as a balance of power between the office of the president and that of the president of the government has been in practice since January 2014. Moreover, a Truth and Dignity Commission was set up, despite a certain degree of political opposition, with the objective of dealing with thousands of claims for human rights violations that took place during Tunisia’s authoritarian era. As such, Tunisia has started to be increasingly represented as the most promising model for the Muslim world (Sezgin, 2014), leaving the once much-appreciated Turkey behind, especially following the latter’s escalating authoritarian turn. Continuer la lecture de « « The Tunisian Success : a possible path for the Arab World ? », par Emel Akçali »

« De Bouazizi à Jemna, puissance et impuissance de la société civile », par Mohamed Kerrou

Professeur de sciences politiques à la Faculté de droit et sciences politiques de Tunis, Mohamed Kerrou (IMéRA Fellow 2010-2011) travaille actuellement sur les transformations sociales et les symboliques du pouvoir, dans une perspective historique et anthropologique.

Article paru dans Fellows#20 (L’espérance tunisienne : une voie possible pour les nations arabes), publication du RFIEA.

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, marchand ambulant de fruits et légumes, se voit confisquer sa marchandise par des policiers. Ce n’est pas la première fois : c’est celle de trop. À 26 ans, il s’immole par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid. Cet acte tragique, qui a conduit au décès du jeune homme deux semaines plus tard, a suscité la colère du peuple contre les défaillances du régime, d’abord dans la ville d’origine du jeune homme, Sidi Bouzid, avant de s’étendre aux régions voisines puis à l’ensemble de la Tunisie. La « promesse démocratique » d’une « ère nouvelle » officiellement annoncée par Ben Ali au lendemain du coup d’État du 7 novembre 1987, n’aura pas été tenue. Au fil des ans, le fossé s’était creusé entre d’un côté un pouvoir de plus en plus répressif et arrogant, arborant de manière ostentatoire les signes extérieurs de richesse, et des classes moyennes et pauvres, réprimées et sans aucune perspective de mobilité sociale. La jeunesse instruite n’avait d’autre avenir que le chômage, tandis que la corruption était la norme, notamment chez les proches du président Ben Ali. Si la majorité des Tunisiennes et des Tunisiens ont souhaité en finir avec le « système Ben Ali », les plus opiniâtres furent les jeunes, les syndicalistes, les avocats et les blogueurs, hommes et femmes refusant la chape de plomb imposée par la police. Leurs revendications sur l’emploi, la dignité et la liberté, ont abouti à une rupture totale avec l’autorité d’alors, comme en témoignaient les slogans adressés au Président : « Le peuple veut la chute du régime » ou « Dégage ! ». Ben Ali fut contraint de partir en exil le 14 janvier 2011, date historique de la chute de la dictature, du triomphe de la liberté et de la conquête de l’espace public par les sujets devenus citoyens et revendiquant des droits. Continuer la lecture de « « De Bouazizi à Jemna, puissance et impuissance de la société civile », par Mohamed Kerrou »

Colloque International – « La fripe du nord au sud : recyclage, commerce, et consommation de vêtements usagés » [3ème partie]

Vidéo intégrale de la troisième et dernière partie du colloque international des 4 et 5 avril 2017- 2 h 11 mn

« Second-hand clothes in motion : Donation, class and identification in South Italy and Scotland », par Stavroula Pipyrou, Leverhulme Early Career Fellow, Department of Social Anthropology, School of Philosophical, Anthropological and Film Studies, University of St. Andrews

« La crème, la galère et le fric: lieux et gens de la fripe à Tunis », par Lucile Gruntz, anthropologue, chercheuse indépendante

« L’imaginaire de la fripe ou mettre en image ce qu’on ne voit pas (Projection & présentation des extraits du travail audiovisuel réalisé pour l’exposition «Vies d’Ordures» au Mucem) », par Stephanos Mangriotis, photographe, mathématicien et philosophe

Séminaire dans le cadre du Colloque international : « La fripe du nord au sud : recyclage, commerce, et consommation de vêtements usagés », organisé par Efrén Sandoval Hernandez (résident IMéRA 2016-2017 ; Chercheur au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Mexico).

Colloque International – « La fripe du nord au sud : recyclage, commerce, et consommation de vêtements usagés » [2ème partie]

Vidéo intégrale de la seconde partie du colloque international des 4 et 5 avril 2017- 2 h 53 mn
« Conflits sur les marchés de la récupération. Le commerce de la fripe à Cotonou », par Martin Rosenfeld, Chargé de recherche FNRS, GERME – Group for research on Ethnic Relation, Migration and Equality, LIEU – Laboratoire Interdisciplinaire en Etude Urbaines, Université Libre de Bruxelles.

« Entre les « pacas » et les « balas ». Premiers éléments de comparaison entre le commerce de fripe États-Unis – Mexique et Espagne – Maroc », par Efrén Sandoval Hernández, Résident 2016 – 2017 à l’Institut Méditerranéen de Recherche Avancée, professeur chercheur au CIESAS – Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropologia Social, Mexique.

« Le recyclage commercial de la fripe chez les vendeurs – détaillants à Kinshasa », par Sylvie Ayimpam, chercheure affiliée à l’IMAF – Institut des Mondes Africains UMR 8171 – UMR 243 (IRD)

Séminaire dans le cadre du Colloque international : « La fripe du nord au sud : recyclage, commerce, et consommation de vêtements usagés », organisé par Efrén Sandoval Hernandez (résident IMéRA 2016-2017 ; Chercheur au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Mexico).

Colloque International – « La fripe du nord au sud : recyclage, commerce, et consommation de vêtements usagés » [1ère partie]

Vidéo intégrale de la première partie du colloque international des 4 et 5 avril 2017- 2 h 42 mn

« L’expérience d’Eco-TLC et la pertinence de l’organisation du recyclage de vêtements », par Alain Claudot, Directeur Général d’Eco TLC.

« Du luxe aux déchets. Les vies multiples de la marchandise dans l’industrie de la confection », par Michel Peraldi, membre statutaire de l’IRIS – Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux, Ecole d’Hautes Etudes en Sciences Sociales, CNRS.

« From family business to international empire. Organizational changes in secondhand clothing commerce », par Karen Tranberg Hansen, Professeur émérite, Département d’Anthropologie Université de Copenhague et Northwestern University.

Séminaire dans le cadre du Colloque international : « La fripe du nord au sud : recyclage, commerce, et consommation de vêtements usagés », organisé par Efrén Sandoval Hernandez (résident IMéRA 2016-2017 ; Chercheur au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Mexico).

« Une nouvelle éthique », par Kalypso Nicolaïdis

IMéRA Fellow 2010-2011, Kalypso Nicolaïdis est Professeur de relations internationales et directrice du Centre d’études internationales de l’université d’Oxford ; elle est membre du Conseil européen des relations internationales.

Article paru dans Fellows#22 (Gouvernance mondiale et défis de demain), publication du RFIEA.

Comme le soutient Vincent Pouliot ici, la gouvernance mondiale est confrontée à des défis sans précédent. Dans le contexte transnational actuel, les questions que nous nous posons tous concernent les sources même de la légitimité : comment rendre cette gouvernance plus légitime aux yeux du monde entier ? On ne peut toutefois poser cette question sans en soulever auparavant une autre : de quel ordre mondial parlons-nous ? Que font les gouvernants pour les différents États, pour les citoyens, y compris les plus fragiles, les femmes ou encore les générations futures ? Comment les puissances émergentes vont-elles infléchir l’ordre mondial dans les dix, vingt, trente années à venir ? Si, en fin de compte, le changement est inévitable, se fera-t-il de manière linéaire ou disruptive ? S’agira-t-il d’une réorganisation ou d’un nouvel ordre international ? Si on se pose ces questions maintenant – en tant que progressistes pragmatiques, utopistes réalistes, démocrates radicaux – il faut s’assurer que les changements, qui sont inévitables et qui sont en jeu, profiteront à la majorité des peuples sur la planète. Continuer la lecture de « « Une nouvelle éthique », par Kalypso Nicolaïdis »

« Reducing inequalities, ensuring financial viability », par William Weeks


William Weeks, IMéRA Fellow 215-2016, est professeur de psychiatrie et de médecine communautaire et familiale à l’Institut Dartmouth.

Article paru dans Fellows#24 (Réformer les systèmes de santé publique), publication du RFIEA.

 

Public healthcare systems have a dual obligation. Foremost, they must strive to improve the health of the people they serve. Second, they have a duty to taxpayers to use scarce resources efficiently and effectively in their primary pursuit.
The tension between those obligations suggests that public healthcare systems should be strategic in how they address and resolve health inequities. Budget limitations preclude public healthcare systems from doing everything that they might like to do, so they must prioritize their efforts. Here, I propose a five-step process for prioritizing efforts. Continuer la lecture de « « Reducing inequalities, ensuring financial viability », par William Weeks »

« De la nouvelle économie et sa stagnation séculaire » par Raouf Boucekkine

Raouf Boucekkine est professeur d’économie à l’Université d’Aix-Marseille, directeur de l’IMéRA, membre senior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à l’IRES (UCLouvain) et à l’ECORES (CORE, ECARES and CES-Leuven federation). Depuis 2017, il est président de l’Association Sud-Européenne d’Economie Théorique.

Article paru dans Fellows#25 (Un nouvel esprit du capitalisme), publication du RFIEA.

Le concept crépusculaire de stagnation séculaire, communément utilisé depuis Alvyn Hansen (1939) pour désigner un essoufflement durable de l’activité économique, est régulièrement mis sur la table pour décrire des situations de faible croissance du PIB et de la productivité qui se prolongent au-delà du seuil temporel relativement court d’une récession. Selon nombre d’économistes, l’incapacité pour le moment des économies occidentales, et singulièrement européennes, à sortir par le haut de la Grande Récession de 2008 signerait l’entrée en stagnation séculaire ; en sortir ne relèverait nullement de politiques standard de stabilisation. Alors que Hansen attribuait la stagnation qu’il pressentait à des facteurs démographiques que technologiques (c’est à dire aussi bien à des facteurs d’offre que de demande), le suspect principal de l’hypothétique stagnation actuelle serait la nouvelle économie, issue de la troisième révolution industrielle des technologies de l’information et de communication (TIC), née à la fin des années 1960, et qui se révélerait donc bien décevante un demi-siècle plus tard. Il est probable que cette dernière ne mérite ni cette indignité ni l’excès d’honneur que nombre d’économistes américains lui ont fait lors de la longue expansion qui a caractérisé la présidence Clinton. Continuer la lecture de « « De la nouvelle économie et sa stagnation séculaire » par Raouf Boucekkine »