Faits et opinions face à la complexité migratoire, par Virginie Guiraudon

Virginie Guiraudon – copyright Christophe Delory

Virginie Guiraudon est directrice de recherche au CNRS, IMéRA Fellow 2010-2011 (équipe Bridging, Bonding and Bordering: Migrant Strategies and State
Policies). Normalienne, agrégée et titulaire d’un doctorat en science politique de l’université d’Harvard, elle travaille sur la fabrique et la mise en œuvre des politiques européennes, notamment les politiques de lutte contres les discriminations, d’immigration, d’asile et de contrôle aux frontières. Elle a reçu de nombreuses distinctions notamment le prix European Consortium for Political Research de la Fondation Mattei Dogan et le prix Descartes-Huygens de l’Académie royale des Arts et Sciences des Pays-Bas. Elle a récemment publié Europe’s prolonged Crisis. the Making or Unmaking of a Political Union (Palgrave, 2015).

Article publié dans Fellows #32 « Migrations : sortir du prêt-à-penser », revue du RFIEA.

L’Union européenne opte pour la délocalisation de la gestion de ses frontières auprès de pays tiers. Cette approche est-elle nouvelle, et efficace pour limiter l’afflux de migrants ?

Le principe structurant de la politique européenne dans le domaine des migrations et de l’asile est, depuis l’accord de Schengen de 1990, « le contrôle à distance », bien en amont de la frontière territoriale (une ligne sur une carte, un poste-frontière). Dans l’immense majorité des cas, le premier contrôle frontalier est effectué dans un consulat (lors d’une demande de visa) et le second dans un aéroport, dans le pays d’origine. Les personnes qui ne peuvent demander un visa tentent d’arriver hors de ces voies administratives. L’Union européenne a mis en place d’autres dispositifs pour empêcher leur venue, telles que les opérations militaires coordonnées par l’agence FRONTEX, créée en 2004. Depuis 1999, l’UE a aussi beaucoup investi dans la coopération avec les pays d’origine, mais aussi ceux dits de transit pour que ces derniers retiennent et renvoient les migrants souhaitant aller en Europe. Le cas lybien est assez représentatif. L’UE finance depuis les années 2000 des centres de rétention en Lybie, « pays-tampon », qui ne respecte pas les droits de l’Homme et n’a de toute façon jamais signé la Convention de Genève sur les réfugiés. Sous Kadhafi, de nombreux ressortissants sub-sahariens sont passés par ces centres et ont été ramenés chez eux, en échange du retour de son régime dans la communauté internationale (il en avait été exclu après l’attentat de Lockerbie en 1988). Dans l’après Kadhafi, la « coopération » avec l’UE ou l’Italie n’a pas cessé, notamment entre garde-côtes. Continuer la lecture de « Faits et opinions face à la complexité migratoire, par Virginie Guiraudon »

CYCLE – Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global

Ce cycle de séminaires mensuels, qui débute le 2 février 2018, est coordonné par Eleonora Canepari (AMU-TELEMMe UMR7303, membre du Comité d’animation scientifique de l’IMéRA) et Béatrice Mésini (CNRS-TELEMMe UMR7303).

Séminaire ouvert au public, aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs – Doctorants, inscription sur ADUM/Collège doctoral AMU.

Inscrit dans le cadre programme pluriannuel thématique Phénomènes Globaux et Régulation, le séminaire se propose d’étudier un aspect spécifique de la migration dans les sociétés d’aujourd’hui, c’est-à-dire le maintien de liens avec le lieu d’origine.

Loin de représenter un signe de « non insertion » dans les pays d’arrivée, les liens multi-situés font partie de tout processus migratoire, dès l’époque moderne jusqu’à nos jours. Plusieurs études ont en effet souligné la « simultanéité » de l’expérience du migrant, qui vit entre deux horizons – deux espaces géographiques mais aussi sociaux et culturels.

Au cours du séminaire, les différents aspects -spatial, social, temporel- de l’« entre-deux » seront pris en considération, avec une attention portée à la fois sur la dimension individuelle de l’expérience migratoire, sur l’inscription de ces liens et sur la pluralité des ancrages dans l’ensemble de phénomènes que l’on peut appréhender à l’échelle globale (marché du travail, développement d’outils informatiques, réseau de transports, etc.).
La connexité socio-spatiale renvoie ici à la capacité de relier des éléments d’un ensemble de lieux et de liens, visibles et invisibles, afin d’assurer la (co)existence d’expériences plurielles. L’approche par la connectivité permettra d’évaluer les possibilités qu’offre un lieu situé, pour articuler les espaces et maintenir les liens dans un espace pluridimensionnel biographique, géographique, social et culturel.

Calendrier des rencontres Continuer la lecture de « CYCLE – Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global »

Exposition d’Abdessamad El Montassir : Al Amakine, une cartographie des vies invisibles.

Al Amakine, une cartographie des vies invisibles, est une exposition d’Abdessamad El Montassir, résident 2017-2018, présentée à la Villa Soudan (Bamako), dans le cadre du programme Off de la 11ème Biennale de la photographie africaine.

Article sur l’exposition paru dans Jeune Afrique.

« Qu’est-ce qu’une Trace-mémoires ? C’est un espace oublié par l’Histoire et par la Mémoire-une car elle témoigne des histoires dominées, des mémoires écrasées et tend à les préserver. » *

Abdessamad El Montassir, Al Amakine, une cartographie des vies invisible, 2016-17.

Transmis oralement dans un langage poétique par les populations locales, les récits qui relatent les événements politiques, culturels et sociaux inhérents au Sahara au sud du Maroc, disparaissent des discours officiels faute d’avoir été retranscrits sous forme de document. Ces savoirs immatériels, ces Traces-mémoires telles que pourrait les définir Chamoiseau, rendus invisibles ou volontairement niés par l’Histoire, constituent pourtant une matière historiographique essentielle de cet espace géographique apparaissant comme vide aux yeux des autres.

Vue de l’exposition Al Amakine, une cartographie des vies invisibles, dans le cadre du OFF des Rencontres de Bamako. Commissariat assuré par Gabrielle Camuset et Alice Orefice, 2017.

Suivant ces récits qui le conduisent dans les régions de Boujdour, Laâyoune, Tarfaya, Guelmim, Es-Semara ou Tan-Tan, Abdessamad El Montassir ravive ces archives latentes et subvertit les chroniques établies pour proposer une approche alternative, dissonante, non pas figée mais renouvelée et endogène du territoire. Les poèmes en hassani que récitent les savants qu’il rencontre, l’orientent vers ces autres terrains d’énonciation qui donnent toute son épaisseur à l’Histoire. Continuer la lecture de « Exposition d’Abdessamad El Montassir : Al Amakine, une cartographie des vies invisibles. »

Séminaire – Pollutions, mobilisations environnementales & territoires – 09/11/17

« Pollutions, mobilisations environnementales et territoires : le cas des écosystèmes fluviaux & littoraux de Port Saint-Louis du Rhône à Marseille », organisé par Carole Barthélémy, (LPED, UMR 151 AMU-IRD), Valérie Deldrève, (IRSTEA, Bordeaux), Isabelle Laffont-Schwob, (LPED, UMR 151 AMU-IRD) & Juliette Rouchier, (LAMSADE, CNRS-Paris Dauphine, GDR Policy Analytics), avec le soutien du Labex DRIIHM.

Enregistré le 9 novembre 2017 à l’IMéRA.

Cycle – Styles de vie en Méditerranée

Styles de vie est un cycle du programme Méditerranée de l’IMéRA, proposé par Marielle Macé, directrice d’études à l’EHESS, et Thierry Fabre, directeur du programme. Il débute le 18 janvier 2018.

Ces séminaires mensuels, ouverts aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs, sont proposés par le Collège doctoral d’Aix-Marseille Université comme formation transversale (inscription des doctorants sur la plate-forme ADUM).

Directrice adjointe du CRAL, Marielle Macé (EHESS) est spécialiste de littérature française moderne. Elle enseine la littérature française et la pensée littéraire à l’EHESS, à l’Ecole normale supérieure, et comme professeur invité à New York University.

Thierry Fabre est directeur du programme Méditerranée de l’IMéRA, essayiste et politologue, fondateur des Rencontres d’Averroès.


Comment vivre ? Et comment vit-on, ici, ailleurs ?

Ces questions nous serviront de fil conducteur tout au long de ce nouveau cycle de recherche qui se propose de questionner, à partir de plusieurs angles de vue, les styles de vie en Méditerranée.
C’est à l’échelle de la Méditerranée que nous proposons un champ d’analyse comparée qui permet, à partir d’un « monde », ou plutôt d’un « entre-mondes », d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche.
Alors que nos modes de vie, nos rythmes de vie, nos styles de vie sont appelés à se transformer, ce cycle se propose d’apporter un éclairage nouveau pour tenter de mieux comprendre le monde tel qu’il va, et le monde méditerranéen, en particulier.
L’attention aux formes du vivre indique effectivement une vie redevenue faculté et c’est bien cette « marge humaine » que nous allons rechercher, à travers des regards singuliers et la parole d’invités prestigieux qui vont nous faire partager leur expérience et leur pensée. Continuer la lecture de « Cycle – Styles de vie en Méditerranée »

Séminaire – Photovoltaique et transition énergétique : Quelques chantiers devant nous – 15/12/17

« Photovoltaïque et transition énergétique : Quelques chantiers devant nous » par David Duché (Im2np – CNRS-AMU), Fredéric Rychen (AMSE-GREQAM.- AMU-CNRS) & Vincent Baggioni (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Séminaire dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme « Phénomènes globaux et régulation » de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

Animation : B. Cointe, P. Fournier (LAMES), M.-T. Giudici (BIP), F. Rychen (GREQAM).

Enregistré le 15 novembre 2017 à l’IMéRA.

La responsabilité des sciences sociales face à « l’Autre », par Roberto Beneduce

Roberto Beneduce, IMéRA 2016. Copyright Christophe Delory

Médecin psychiatre et professeur d’anthropologie, IMéRA Fellow 2015-2016, Roberto Beneduce mène depuis les années 1980 des programmes de recherche en Afrique et en Europe sur les conséquences psychiques et sociales des violences liées aux phénomènes de guerres, aux déplacements de populations et aux politiques d’accueil des étrangers. Il questionne les cadres théoriques de l’intervention ethnopsychiatrique et l’approche des différences culturelles, ainsi que ​les transformations des savoirs thérapeutiques locaux et des imaginaires religieux au Mali, au Cameroun et au Mozambique​. ​ Il a fondé et dirige à Turin le centre Frantz Fanon, dédié à l’aide psychologique aux étrangers.

Article publié dans Fellows #32 « Migrations : sortir du prêt-à-penser », revue du RFIEA

Un nouveau défi est aujourd’hui lancé aux sciences sociales. Le rôle de l’anthropologie n’est plus seulement de déchiffrer et interpréter les altérités culturelles, de faire dialoguer des structures de connaissances ou visions du monde distinctes et (d)écrire la vie d’autrui. Il faut d’abord s’interroger sur la manière dont on bâtit notre connaissance, quel rôle y joue l’Autre, et de mettre fin à ce qui a été défini comme épistémocide (l’assujettissement des savoirs, parallèle à la destruction et l’annihilation des minorités qui refusent d’être « intégrées », voire asservies).
Le courant de l’anthropologie dite « perspectiviste » a souligné qu’il ne fallait plus se contenter de dire comment les autres sociétés pensent les problématiques, car ces problématiques sont souvent définies a priori à l’intérieur de nos catégories, qu’il s’agisse de la place de l’Homme dans l’univers, de la maladie, des conflits familiaux, de la violence sorcellaire, de la naissance d’un enfant ou du pouvoir politique. Il importe de changer de paradigme et de chercher au préalable à connaître comment les autres pensent des problèmes que, peut-être, nous n’avons pas encore perçus ou imaginés, tout en admettant la possibilité que les stratégies épistémologiques qu’ils adoptent face à ces problèmes puissent être analogues à celles que nous avons élaboré au fil du temps. Les points de vue d’autres êtres (et pas nécessairement des seuls êtres humains) ne sont pas moins fondamentaux que le nôtre : notre pratique doit partir de ce principe. Continuer la lecture de « La responsabilité des sciences sociales face à « l’Autre », par Roberto Beneduce »

Cédric Parizot – « Israël/Palestine, un antiAtlas » – 06/12/17

« Israël/Palestine, un antiAtlas », par Cédric Parizot, anthropologue du politique, chercheur à l’Institut de Recherches et d’Etudes sur les Mondes Arabes et Musulmans (IREMAM, CNRS/Aix Marseille Université) et directeur du programme Art,science et société de l’IMéRA (Institut d’études avancées d’Aix Marseille Université).

Séminaire organisé dans le cadre du cycle « Recherche, arts & pratiques numériques », en partenariat avec l’IMéRA, l’IREMAM, IDEMEC, le Centre Norbert Elias et l’ESAAIX.

Comité d’organisation : Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) et Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU).

Enregistré le 6 décembre 2017 à l’IMéRA.