Le programme Rencontres Sciences et Humanités / Science Meets Humanities Programme

Le programme Rencontres Sciences et Humanités est dirigé par Pierre Livet, professeur émérite de philosophie, AMU.

Les thèmes directeurs proposés par ce programme se conjuguent avec des séminaires déjà en cours à l’IMéRA.  En effet ces séminaires peuvent se rattacher par nombre de leurs aspects à l’un ou l’autre – souvent à plusieurs- des thèmes proposés. Par exemple le  cycle pollution /solutions renvoie à la fois au thème 1 et au thème 2, et le cycle transition énergétique renvoie aussi aux thèmes 1 et 2.

4 thèmes directeurs :

1) Laboratoires de l’interdisciplinarité ; transferts et comparaison des méthodes

2) Des scientifiques au public ; problèmes de réception

3) Recherches numériques et Humanités numériques

4) Perspectives cognitives

Pour chaque thème directeur nous proposons de lancer des forums et files de discussions sur les thèmes et problèmes qui relèvent du thème. Ces forums seraient ouverts à tous les chercheurs d’AMU et aux résidents d’AMU, ainsi qu’aux invités des uns et des autres. Puis des cycles de séminaires se constitueront en fonction de sujets plus spécifiques qui rassemblent des groupes de discussion et en fonction des propositions des chercheurs et résidents.

1) Laboratoires de l’interdisciplinarité ; transferts et comparaison des méthodes, condition d’innovation

Les laboratoires d’AMU, comme le montre par exemple le rapport du COS, sont très inventifs en matière d’interdisciplinarité. Les séminaires propres à ce thème permettraient d’abord de rendre plus manifeste à tous les chercheurs d’AMU (et d’ailleurs) cette variété d’interdisciplinarités- la cartographie en serait dressée par les équipes elles-mêmes et un résident, que ce soit dans le forum du cycle ou dans des présentations (une équipe pourrait inviter d’autres équipes soit à l’Iméra, soit dans ses propres locaux).

A partir de là, et parallèlement, se développerait au sein de ce thème une réflexion sur les conditions de l’interdisciplinarité : ses attraits, ses contraintes, les pratiques de conceptualisation, de discussion, de collaboration, de mise en œuvre qui la permettent et la rendent efficace.

L’interdisciplinarité se développe aussi dans la mise en œuvre de résultats scientifiques par des technologies, qui nécessitent de conjuguer différentes disciplines et imposent d’autres types de contraintes, qui vont des contraintes de production aux conditions de réception de l’invention par un public.

Au premier rang de ces conditions de l’interdisciplinarité scientifique, on rencontre la question des méthodes. L’interdisciplinarité implique le plus souvent des transferts de méthodes d’un champ à un autre. Ces transferts demandent des ajustements, voire suscitent des innovations méthodologiques. Quand les terrains sont assez différents,  ou que plusieurs méthodes sont envisagées,  se pose la question de savoir comment comparer ces méthodes, et quels critères de pertinence on peut proposer pour ces comparaisons.

Les séminaires de ce thème doivent permettre une meilleure connaissance (entre chercheurs de différentes disciplines) des conditions de transfert de méthodes, et des problèmes de comparaison entre méthodes.

A partir de situations interdisciplinaires précises, on pourra développer les réflexions sur les rapports entre théorie et modélisation, entre mesure et évaluation, entre quantitatif et qualitatif, et sur le statut des simulations.

Entre le thème 1) et le thème 2) (conditions de réception des résultats scientifiques par le public), on aura déjà noté des possibilités de transversalité. Il faut aussi mentionner que les formalismes d’étude des réseaux (un thème déjà présent à l’IMERA) peuvent donner des éclairages sur ces problèmes de réception. Ou encore, on ne peut développer une réflexion sur la réception de résultats scientifiques qui évaluent leur propre incertitude (comme les travaux sur l’évolution du climat) sans réfléchir aussi sur les méthodes de définition et de traitement de l’incertitude.  Mais la réflexion sur les méthodes peut engager aussi dans des réflexions sur les fondements, par exemple une interrogation sur le statut des probabilités en physique quantique. Il est d’ailleurs intéressant d’aborder les problèmes d’interprétation de la physique quantique en y voyant des problèmes de compatibilité avec nos modalités pragmatiques d’inférence et de construction d’objectivité, ce qui en fait à la fois des problèmes d’interdisciplinarité et de réception par un public déjà averti.

2) Des scientifiques au public ; problèmes de réception

Le public, c’est chacun de nous : même entre scientifiques de différentes disciplines nous n’avons pas tous les moyens de comprendre des travaux scientifiques de pointe hors de notre domaine. Nous portons donc davantage attention aux incidences possibles de leurs résultats sur nos techniques et nos pratiques. Mais les perspectives dans ces domaines  – incidence sur notre environnement, sur notre santé, sur nos perspectives de travail et d’emploi, sur nos modes d’éducation, etc. – donnent lieu à des controverses.  La confiance est alors érodée par les défiances que peuvent éveiller ces controverses. Par ailleurs, les orientations de politique scientifique qui favorisent les sciences appliquées peuvent apparaître comme un signal de désintérêt pour les recherches fondamentales – « on ne peut les contester, mais sont-elles utiles ? » Les recherches qui ont peu de chances d’aboutir dans le court et moyen terme sont peu valorisées dans cette perspective.

Les résultats scientifiques qui envisagent des scénarios variés et rendent manifestes les incertitudes sont reçus avec scepticisme. Faire comprendre que la prise en compte des incertitudes est au contraire une avancée du savoir, est un défi important. Il faut pouvoir rendre évidente la distinction  entre le doute de défiance, qui conduit à conclure que toutes les propositions se valent, et le doute de recherche, qui permet de détecter des erreurs, de définir des limites d’approximation, et de programmer des révisions raisonnées.

Les analyses des représentations sociales et les attitudes émotionnelles de différents types de public face aux recherches scientifiques, les études des stratégies des médias, les recherches sur la constitution d’ « experts », consultants médiatiques souvent en marge des recherches actives, les travaux sur des usages du Web et des réseaux sociaux dans ce domaine sont indispensables pour nourrir les réflexions sur ce thème.

Les séminaires et ateliers liés à ce thème exploreraient dans les différentes disciplines, laboratoires et Instituts d’AMU les problèmes rencontrés sur ces questions, ainsi que les dispositifs inventés pour les résoudre. On notera d’ailleurs une transversalité entre les deux thèmes : l’interdisciplinarité est une manière de résoudre les difficultés de communication  et de réception entre les publics de chercheurs de différentes disciplines.

3) Recherches numériques et Humanités numériques

Ce thème pourrait donner lieu à un cycle, qui, tout en s’inscrivant dans la poursuite des ateliers du numérique qui se sont tenus à la MMSH, proposera des ateliers, séminaires et conférences  qui traiteront :

1) de comparaisons des méthodes de recueil, de formatage commun, d’archivage efficace des données en sciences humaines, langues, littérature et arts. Les humanités avaient depuis longtemps proposé des solutions aux problèmes de conservation, d‘archivage et de relations entre documents de différentes finalités. Dans quelle mesure ces méthodes sont elles transposables à la numérisation, et quels nouveaux problèmes se posent ?

2) de réflexions approfondies sur ce qu’on peut considérer comme des « données » (problème de format et d’opérationnalité).

3) de comparaisons des méthodes d’exploitation de ces données. Il s’agit non seulement de pouvoir y accéder aisément et d’une manière transverse d’une archive à l’autre, mais aussi de pouvoir analyser les corrélations à l’intérieur des corpus rassemblés, et d’être capable de repérer des variétés d’effets de contextualisation.

4) de comparaisons et d’analyse des performances des algorithmes qui permettent ces exploitations, au regard de leurs apports aux études en littérature, sciences humaines et sociales. Quelles sont les  incidences de changements de procédés informatiques  pour la production de documents et publications dans les sciences humaines et sociales, mais aussi dans les sciences formelles et expérimentales,  – sans oublier les informations médicales- et finalement pour la diffusion des résultats scientifiques et l’évaluation de la recherche – cette question concerne aussi le thème 1). La question des incidences du numérique présente évidemment des transversalités avec le thème 1) puisqu’elle est fondamentalement transdisciplinaire.

4) Perspectives cognitives

Ce thème va déjà donner lieu à un cycle. Il est lié aux activités de l’Institut Convergence Langage, communication, cognition, cerveau. Il est organisé par Serge Pinto (LPL).

C’est un programme qui détaille l’interdisciplinarité entre neurosciences, psychologie cognitive, sciences du langage et de la communication, et qui l’étend encore – psychologie sociale, économie expérimentale. Il donnera lieu à des ateliers autour de questions interdisciplinaires précises (par exemple, la production de la parole et les rapports entre problèmes moteurs et processus cognitifs, avec Melissa Redford), et à des conférences plus ouvertes au public sur des thèmes qui intéressent un plus large public -par exemple les problèmes d’apprentissage de la lecture-, ce qui d’ailleurs introduit une transversalité avec le thème 2.

Ce cycle relance et renouvelle une suite de rencontres et conférences qui ont eu lieu il y a quelques années dans le cadre de Cognisud. Dans la suite de ce programme, il s’agit toujours d’explorer les interdisciplinarités  qui sont indispensables au développement du champ cognitif.


Science Meets Humanities Project

The key topics of the project are in line with seminars already in progress at IMéRA: many aspects of these seminars can be linked to one—or often several—of the four following topics:

  1. Laboratories for cross-disciplinary research; transferring and comparing methods;
  2. From scientists to general public; reception problems;
  3. Digital studies and digital humanities;
  4. Cognitive perspectives.

Forums and discussion files could be launched for each key topic; they would be open to all AMU researchers and residents and their respective guests. Seminar cycles will then take form in relation to more specific subjects dealt with by discussion groups and proposed by researchers and residents.

1- Laboratories for cross-disciplinary research; transferring and comparing methods

AMU laboratories, as shown for instance in the recent report by the Strategic Orientation Committee (COS), are extremely inventive in terms of cross-disciplinary research. Seminars on this topic could sensitise all researchers from AMU (and elsewhere) to the wide range of interfield studies going on, which could be mapped by the teams themselves and a resident either in the cycle forum or in presentations (a team could invite other teams either at IMéRA or on its own premises).

From that point a debate on this topic could be developed on the conditions of cross-disciplinary research: its attractiveness and constraints, and the conceptualisation, discussion, collaboration and implementation practices that make it possible and efficient.

Cross-disciplinarity also exists in the implementation of scientific results through technology, where various disciplines have to be reconciled and other types of constraints appear, be they in production or in the conditions of reception of an invention by the general public.

The first issue in scientific cross-disciplinarity is that of methods. Most of the time, cross-disciplinarity involves method transfers from one field to another. Those transfers require adjustments, or even generate methodological innovations. When fields are fairly different or several methods are contemplated, the question is how to compare those methods and what relevance criteria can be chosen for such comparisons.

Seminars on this theme could give researchers from various disciplines a better knowledge of method transfer conditions and issues linked to comparisons between methods.

Using specific cross-disciplinary situations, a debate can be developed on the relationship between theory and modelling, measuring and evaluation, quantitative and qualitative, and on the status of simulation.

It can be noted that topic a) and topic b) (how scientific results are received by the public) themselves offer some degree of cross-disciplinarity. It should also be stressed that formal studies of networks (a topic already dealt with at IMéRA) can shed light on reception issues. Also, one cannot develop a debate on the reception of scientific results that assess their own uncertainty (such as works on climate change) without also considering the methods for defining and dealing with uncertainty. Or debate on method can also lead to considerations on foundations, for instance querying the status of probability in quantum physics. For that matter, it is interesting to address the issue of interpretation in quantum physics through the question of compatibility with our pragmatic modes of inference and objectivity construction, as this is both a matter of cross-disciplinarity and reception by an already informed audience.

2- From scientists to general public; reception problems

The general public is each and every one of us: even among scientists of different disciplines, we have no means of understanding cutting-edge scientific work that is outside our field of studies. We therefore pay more attention to the possible effect of their results on our techniques and practices. But perspectives in that field—impact on our environment, health, work and job opportunities, education modes, etc.—are controversial. This can generate suspicion and undermine our confidence. In addition, research policy orientations favouring applied science may be taken as a signal that hard science is no longer of interest—“it cannot be contested, but is it useful?” In that perspective, research with little chance of producing short- or medium-term results receives minimum attention or promotion.

Scientific results proposing various alternatives and clearly allowing for uncertainty are received with scepticism. Making people understand that taking uncertainty into account is, on the contrary, a breakthrough in knowledge, is a major challenge. We have to make a clear distinction between doubt generated by mistrust, leading one to conclude that all propositions are equal, and research doubt, that helps detect errors, define approximation limits and plan reasoned revisions.

Analyses of social representations and emotional attitudes of various types of audiences in the face of scientific research, studies on media strategy and the appointment of “experts”—media consultants often on the sidelines of active research—, work on the use of the Web and social networks, will be indispensable here to give food for thought.

Seminars and networks in connection with this topic could bear on the various problems encountered on the subject in AMU’s various disciplines, laboratories and institutes, as well as the systems designed to solve them. It is interesting to note the interfield relations between the two themes: cross-disciplinarity is a way of solving communication and reception difficulties between the audiences of researchers working in different disciplines.

3- Digital studies and Digital humanities

This could be the subject of a cycle with workshops, seminars and lectures addressing, in the wake of the Digital Workshops held at the MMSH (Mediterranean Institute for Social Science), the following themes:

– comparing methods for collecting, joint formatting and efficient archiving of social science, language, literature and art data. Humanities have long designed solutions for document preservation and archiving, and linkage between documents with different finalities. To what extent can these measures be adapted to digitisation, and what new problems arise?

-elaborating thoroughly what can be considered as “data” (problems of format and operativity)

– comparing methods for exploiting those data. Not only should archives be easily and transversely accessible; they should also make it possible to analyse correlations between collected corpora and spot varieties of contextualisation effects.

– comparing and analysing the performances of the algorithms permitting data exploitation in terms of their contribution to literature and social science studies. What are the effects of computerised procedure changes on the production of documents and publications in the fields of social science, formal and experimental science (including medical information), and finally for the dissemination of research findings and research evaluation? This question is also relevant to topic a). The issue of digital technology impact naturally bears on topic a), being essentially of a cross-disciplinary nature.

4- Cognitive perspectives

A cycle is already scheduled on this topic in connection with the agenda of the Institut Convergence Langage, Communication, Cognition, Cerveau (Institute for Language, Communication, Cognition & Brain). The cycle is organised by Serge Pinto of the LPL (Language & Speech Laboratory).

This project is about cross-disciplinarity in neuroscience, cognitive psychology, language science and communication and, more recently, social psychology and experimental economy. Workshops will address specific transversal issues (such as speech production and relationships between motor problems and cognitive processes- this year with Melissa Redford); lectures open to wider audiences will focus on issues of general interest (such as reading education problems) which, incidentally, relate to topic b).

Through this cycle we are reviving and renewing a series of meetings and conferences that took place a few years ago as part of Cognisud. In continuation of that programme, we will carry on exploring cross-disciplinary action necessary for the development of the cognitive field.