3 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire IMéRA du 5 décembre 2017
Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire organisé dans le cadre du programme Rencontres entre Sciences et Humanités de l’IMéRA, dirigé par Pierre Livet.

Notes et réflexions de Pierre Livet sur les trois exposés (qui ont été précédés d’une introduction par Pierre Henry) et les questions soulevées dans les discussions. Chaque exposé fait l’objet d’un article dans le blog.

Article 1 – Xavier Le Pichon (Collège de France, Académie des Sciences) – Le très grand séisme de Tohoku et la catastrophe de Fukushima

Article 2 – Giulio Selvaggi (Directeur du. Centro Nazionale Terremoti, INGV)  More bad consequences from the L’Aquila 2009 earthquake: the lesson from the trial

Article 3 – NOTES SUR : Nazan Cömert-Baechler (Université de Marmara, Département Francophone des Sciences Politiques et Administration Publique)                                    Comment les connaissances scientifiques sont-elles communiquées et perçues publiquement ? Le cas du séisme potentiel d’Istanbul.

Mme Cömert-Baechler analyse l’évolution des politiques urbaines à Istanbul, leurs liens avec l’évolution des données scientifiques, et leurs effets sur la vie sociale urbaine. Ce sont les séismes de Marmara (Izmit/Kocaeli le 17 août faisant 18500 morts et 50000 blessés, et Düzce le 12 novembre) qui ont déclenché une rupture du fait de leur bilan et de leurs conséquences ainsi qu’une prise de conscience du danger de séisme pour Istanbul. On estime sa probabilité à 0,65 sur les 30 années suivant les séismes de 1999, mais évidemment on ne peut dire quand aura lieu ce séisme. Les séismes de Marmara ont mis en avant l’importance des recherches scientifiques sur la connaissance de la sismicité locale. S’est instauré depuis un débat public sur ces questions.
(Pierre Henry avait rappelé en introduction que sur cette faille, un segment proche d’Istanbul semblait présenter peu de chargement intersismique, alors que sur la côte même d’Istanbul, le chargement était observé. Ces informations, qui peuvent compliquer l’élaboration d’un consensus, ne sont pas prises en compte dans les estimations probabilistes actuelles). Continuer la lecture de « 3 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète  »

2 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire IMéRA du 5 décembre 2017
Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire organisé dans le cadre du programme Rencontres entre Sciences et Humanités de l’IMéRA, dirigé par Pierre Livet.

Notes et réflexions de Pierre Livet sur les trois exposés (qui ont été précédés d’une introduction par Pierre Henry) et les questions soulevées dans les discussions. Chaque exposé fait l’objet d’un article dans le blog.

Article 1 – Xavier Le Pichon (Collège de France, Académie des Sciences) – Le très grand séisme de Tohoku et la catastrophe de Fukushima

Article 2 – NOTES SUR : Giulio Selvaggi (Directeur du. Centro Nazionale Terremoti, INGV)  More bad consequences from the L’Aquila 2009 earthquake: the lesson from the trial

Article 3 – Nazan Cömert-Baechler (Université de Marmara, Département Francophone des Sciences Politiques et Administration Publique) – Comment les connaissances scientifiques sont-elles communiquées et perçues publiquement ? Le cas du séisme potentiel d’Istanbul.

Selvaggi expose et analyse les conditions qui ont amené six scientifiques (dont lui-même) et le vice-chef du département de la Protection Civile De Bernardinis devant les juges après le séisme de l’Aquila, avec un premier verdict impliquant des peines de 6 ans de prison et des dommages et intérêts ! Ce verdict a été annulé en appel pour les six scientifiques parce que les faits pour lesquels les scientifiques étaient incriminés n’avaient pas été commis. La condamnation du seul Directeur du Département de la protection civile nationale, de Bernardinis, a été modifiée à deux ans conditionnels pour homicide involontaire.
Le séisme de l’Aquila (Région des Abruzzes) a été de magnitude 6,1 et a fait 309 morts. Les séismes en Italie, et particulièrement dans la région des Abruzzes, sont très fréquents et, malgré leur magnitude modérée, peuvent provoquer beaucoup de dommages (il y a 3 mois, un séisme de magnitude 3,6 a provoqué 2 morts à l’île de Ischia).
Les causes des dommages pendant le tremblement de terre sont presque toujours dues à des erreurs de construction, des erreurs de projet, de maintenance et des déficits de protection qui tiennent à l’ancienneté des immeubles italiens. Continuer la lecture de « 2 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète  »

1 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète

Séminaire IMéRA du 5 décembre 2017

Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire organisé dans le cadre du programme Rencontres entre Sciences et Humanités de l’IMéRA, dirigé par Pierre Livet.

Notes et réflexions de Pierre Livet sur les trois exposés (qui ont été précédés d’une introduction par Pierre Henry) et les questions soulevées dans les discussions. Chaque exposé fait l’objet d’un article dans le blog.

Article 1 – NOTES SUR : Xavier Le Pichon (Collège de France, Académie des Sciences) 
Le très grand séisme de Tohoku et la catastrophe de Fukushima

Article 2 – Giulio Selvaggi (Directeur du. Centro Nazionale Terremoti, INGV) – More bad consequences from the L’Aquila 2009 earthquake: the lesson from the trial

Article 3 – Nazan Cömert-Baechler (Université de Marmara, Département Francophone des Sciences Politiques et Administration Publique) – Comment les connaissances scientifiques sont-elles communiquées et perçues publiquement ? Le cas du séisme potentiel d’Istanbul.

Comment des scientifiques de très grande qualité et une administration faisant de la sécurité sa priorité sont devenus malgré eux les instruments de cette catastrophe.

Le Pichon analyse la combinaison de biais qui ont conduit à la catastrophe de Fukushima- catastrophe qui aurait pu être évitée.
1) Un premier biais est la focalisation sur l’objectif d’indépendance énergétique du Japon, ce qui impliquait le nucléaire. De plus, la surveillance sécuritaire était assurée par le Ministère de l’Industrie qui promouvait cet objectif, lui enlevant toute indépendance. Enfin, au moment de leur retraite, certains de ceux qui avaient été chargés de la surveillance sécuritaire pantouflaient dans l’industrie nucléaire. Les évaluateurs n’étaient donc pas indépendants. Ceci était illustré par le fait que les services de sécurité ont accepté que la faille sécurité due à l’absence de protection des générateurs auxiliaires signalée par des experts étrangers ne soit pas corrigée immédiatement pour des raisons financières.
Rapport de la commission d’enquête indépendante sur l’accident nucléaire de Fukushima établie par le Parlement japonais: « Les raisons fondamentales sont à chercher dans le souci des convenances qui fait partie intégrante de la culture japonaise : notre obéissance automatique, notre réticence à remettre en cause l’autorité, notre attachement au «respect du programme», notre dépendance au groupe et notre insularité » Continuer la lecture de « 1 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète »

Croyances, émotions, science et incertitudes – l’exemple des débats sur « pesticides et cancers », par Pierre Livet

Pierre Livet, professeur émérite de philosophie à Aix-Marseille-Université, est directeur du programme Rencontres Sciences et Humanités de l’IMéRA.

Ce texte fait suite au débat public sur « Comprendre, débattre, intégrer, faits et incertitudes scientifiques : pesticides, alimentation et risques de cancers » qui s’est déroulé le  8 décembre 2017 à l’espace éthique méditerranéen de l’Hôpital La Timone (Marseille). 

Les propositions des Agences étatiques ou internationales qui annoncent qu’« il n’existe pas dans l’état actuel des recherches de preuve scientifique que » telle substance- pesticide par exemple-  soit nocive pour la santé suscitent  souvent des réactions soupçonneuses voire indignées, du genre : « pas de preuve, alors que c’est évidemment nocif », « s’il fallait attendre leurs preuves, on serait tous empoisonnés ». On peut s’interroger sur les éléments qui induisent ces réactions. Il est clair que ces réactions sont liées à des émotions ; les propositions faites ne parviennent pas à entamer des croyances, selon lesquelles tel pesticide, par exemple,  est cancérigène. Et quand un non scientifique tente de lire un article scientifique qui fait la revue de l’état des connaissances et expériences, il voit qu’on parle d’incertitudes et de probabilité, et que les résultats sont jugés « significatifs » (le plus souvent, si p< 0,05). Si on combine « significatif » avec « incertitude », ou probabilité, on peut se demander dans quelle mesure on peut considérer les résultats comme des données stables et décisives. Et c’est encore pire quand on dit dans ces articles qu’on a pu observer des effets toxiques mais qui n’atteignent pas le seuil de significativité, bien que plusieurs expériences donnent des résultats qui vont dans un sens contraire.   Puisqu’il y a des effets nocifs, – même non prouvés signifiants- pourquoi attendre pour interdire le produit ? Bref, incertitude, croyances et émotions se combinent pour créer soit défiance soit indignation envers les annonces pourtant murement réfléchies des Agences. Tentons de voir comment croyances et émotions se combinent, et pourquoi le traitement scientifique de l’incertitude est malaisé à interpréter. Continuer la lecture de « Croyances, émotions, science et incertitudes – l’exemple des débats sur « pesticides et cancers », par Pierre Livet »

Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions »

Pierre Livet, directeur du programme « Rencontres entre sciences et humanités » de l’IMéRA, est professeur de philosophie émérite à l’université d’Aix-Marseille, ancien directeur du CEPERC (AMU/CNRS).

  1. L’évolution des attitudes du public à l’égard des propositions scientifiques

Dans ce texte, le terme de « public » va être utilisé dans des acceptions qui peuvent différer. En général, il s’agit de personnes à qui les scientifiques, par différents médias, présentent leurs résultats, mais qui n’ont pas les compétences des scientifiques spécialisés dans le domaine des résultats en question. Ces personnes ne sont pas simplement passives – elles doivent au moins prêter une attention même distraite aux présentations des résultats. Elles peuvent réagir – par de l’intérêt, ou des résistances, etc. Et d’autres acteurs, qui font cependant aussi partie du public (comme les acteurs des médias1 et les politiques), peuvent s’appuyer sur ces réactions pour avoir des attitudes plus actives envers les scientifiques, qu’ils les encouragent, les subventionnent, ou au contraire mettent des obstacles à leurs activités. Les scientifiques eux- mêmes, quand ils ne sont pas des spécialistes du domaine propre aux résultats, font partie de ce « public ».

Les attitudes liées à la réception des propositions et résultats scientifiques dans ce public ne sont pas homogènes. Des résultats qui n’ont pas d’impacts sur la vie des gens, et qui ne sont pas non plus en contradiction avec les perceptions usuelles, suscitent une acceptation de principe, mais aussi un intérêt limité. Des résultats qui n’ont pas d’impact mais sont en contradiction avec nos perceptions donnent lieu à une acceptation majoritaire, mais aussi à des dénis minoritaires (tout le monde ne croit pas que la Terre tourne autour du soleil). Des résultats qui ont des impacts directs et permettent de produire des objets techniques attractifs suscitent  l’intérêt et la demande. Des résultats qui alertent sur les problèmes posés par notre mode de vie usuel et qui exigeraient des réformes importantes suscitent la suspicion, voire le refus. Des contre- expertises qui mettent en doute certaines affirmations scientifiques dans des domaines où il y a une certaine dispersion des données observées, et où le public peut donc rencontrer des contre- exemples –même peu nombreux- entraînent le doute envers les scientifiques et suscitent un scepticisme assez généralisé. Continuer la lecture de « Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions » »