Croyances, émotions, science et incertitudes – l’exemple des débats sur « pesticides et cancers », par Pierre Livet

Pierre Livet, professeur émérite de philosophie à Aix-Marseille-Université, est directeur du programme Rencontres Sciences et Humanités de l’IMéRA.

Ce texte fait suite au débat public sur « Comprendre, débattre, intégrer, faits et incertitudes scientifiques : pesticides, alimentation et risques de cancers » qui s’est déroulé le  8 décembre 2017 à l’espace éthique méditerranéen de l’Hôpital La Timone (Marseille). 

Les propositions des Agences étatiques ou internationales qui annoncent qu’« il n’existe pas dans l’état actuel des recherches de preuve scientifique que » telle substance- pesticide par exemple-  soit nocive pour la santé suscitent  souvent des réactions soupçonneuses voire indignées, du genre : « pas de preuve, alors que c’est évidemment nocif », « s’il fallait attendre leurs preuves, on serait tous empoisonnés ». On peut s’interroger sur les éléments qui induisent ces réactions. Il est clair que ces réactions sont liées à des émotions ; les propositions faites ne parviennent pas à entamer des croyances, selon lesquelles tel pesticide, par exemple,  est cancérigène. Et quand un non scientifique tente de lire un article scientifique qui fait la revue de l’état des connaissances et expériences, il voit qu’on parle d’incertitudes et de probabilité, et que les résultats sont jugés « significatifs » (le plus souvent, si p< 0,05). Si on combine « significatif » avec « incertitude », ou probabilité, on peut se demander dans quelle mesure on peut considérer les résultats comme des données stables et décisives. Et c’est encore pire quand on dit dans ces articles qu’on a pu observer des effets toxiques mais qui n’atteignent pas le seuil de significativité, bien que plusieurs expériences donnent des résultats qui vont dans un sens contraire.   Puisqu’il y a des effets nocifs, – même non prouvés signifiants- pourquoi attendre pour interdire le produit ? Bref, incertitude, croyances et émotions se combinent pour créer soit défiance soit indignation envers les annonces pourtant murement réfléchies des Agences. Tentons de voir comment croyances et émotions se combinent, et pourquoi le traitement scientifique de l’incertitude est malaisé à interpréter. Continuer la lecture de « Croyances, émotions, science et incertitudes – l’exemple des débats sur « pesticides et cancers », par Pierre Livet »

Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions »

Pierre Livet, directeur du programme « Rencontres entre sciences et humanités » de l’IMéRA, est professeur de philosophie émérite à l’université d’Aix-Marseille, ancien directeur du CEPERC (AMU/CNRS).

  1. L’évolution des attitudes du public à l’égard des propositions scientifiques

Dans ce texte, le terme de « public » va être utilisé dans des acceptions qui peuvent différer. En général, il s’agit de personnes à qui les scientifiques, par différents médias, présentent leurs résultats, mais qui n’ont pas les compétences des scientifiques spécialisés dans le domaine des résultats en question. Ces personnes ne sont pas simplement passives – elles doivent au moins prêter une attention même distraite aux présentations des résultats. Elles peuvent réagir – par de l’intérêt, ou des résistances, etc. Et d’autres acteurs, qui font cependant aussi partie du public (comme les acteurs des médias1 et les politiques), peuvent s’appuyer sur ces réactions pour avoir des attitudes plus actives envers les scientifiques, qu’ils les encouragent, les subventionnent, ou au contraire mettent des obstacles à leurs activités. Les scientifiques eux- mêmes, quand ils ne sont pas des spécialistes du domaine propre aux résultats, font partie de ce « public ».

Les attitudes liées à la réception des propositions et résultats scientifiques dans ce public ne sont pas homogènes. Des résultats qui n’ont pas d’impacts sur la vie des gens, et qui ne sont pas non plus en contradiction avec les perceptions usuelles, suscitent une acceptation de principe, mais aussi un intérêt limité. Des résultats qui n’ont pas d’impact mais sont en contradiction avec nos perceptions donnent lieu à une acceptation majoritaire, mais aussi à des dénis minoritaires (tout le monde ne croit pas que la Terre tourne autour du soleil). Des résultats qui ont des impacts directs et permettent de produire des objets techniques attractifs suscitent  l’intérêt et la demande. Des résultats qui alertent sur les problèmes posés par notre mode de vie usuel et qui exigeraient des réformes importantes suscitent la suspicion, voire le refus. Des contre- expertises qui mettent en doute certaines affirmations scientifiques dans des domaines où il y a une certaine dispersion des données observées, et où le public peut donc rencontrer des contre- exemples –même peu nombreux- entraînent le doute envers les scientifiques et suscitent un scepticisme assez généralisé. Continuer la lecture de « Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions » »