« De la puissance d’agir dans un monde numérique » par Serge Proulx

Serge Proulx (IMéRA Fellow 2014-2015) est sociologue spécialiste des médias québécois. Il est professeur émérite à l’université du Québec à Montréal (École des médias), et chercheur et fondateur du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur et du Groupe de recherche et d’observation sur les usages et cultures médiatiques. Il est également professeur associé à Télécom ParisTech.

Article paru dans Fellows#14 (Démocratie et numérique), publication du RFIEA.

Depuis une dizaine d’années, l’avènement de ce que l’on a appelé le Web participatif a suscité beaucoup d’espoirs du côté des activistes, des artistes, des militants politiques et des mouvements sociaux. L’idée d’un Web participatif était l’une des figures issues du basculement paradigmatique que constitua la nouvelle manière de penser l’Internet à partir de la notion de « Web 2.0 », terme qui fut introduit par Tim O’Reilly lors d’un séminaire d’entreprise en octobre 2004, pour décrire d’abord en termes techniques, commerciaux et industriels une nouvelle génération de logiciels pour le Web. Dans ce nouvel environnement numérique, les usagers sont considérés comme des participants actifs dans la création/production, le remixage et la diffusion des contenus qui circulent sur la Toile. Continuer la lecture de « « De la puissance d’agir dans un monde numérique » par Serge Proulx »

« A new ambition for the EU ? Call it ‘Sustainable Integration' » par Kalypso Nicolaïdis

IMéRA Fellow 2010-2011, Kalypso Nicolaïdis est Professeur de relations internationales et directrice du Centre d’études internationales de l’université d’Oxford ; elle est membre du Conseil européen des relations internationales.

Article paru dans Fellows#11 (Brexit : quelles perspectives pour l’Union Européenne ?), publication du RFIEA.

What future for the EU after Brexit? As European leaders emerge from their Summit in Bratislava on 16 September they will try both to sound decisive and consensual, bold and cautious, visionary and pragmatic. Can they really square that circle? Can they signal to European publics that the prospect of EU life without the UK may be hard to swallow but that nevertheless the European ship is not going adrift? How can they manage not to announce too much for the sway of peoples and countries who demand a break in European integration but not to do so little as to appear clueless? Continuer la lecture de « « A new ambition for the EU ? Call it ‘Sustainable Integration’ » par Kalypso Nicolaïdis »

Entretien avec Todd Shepard

Figure importante de la nouvelle génération de chercheurs sur le postcolonial, Todd Shepard (IMéRA Fellow 2015-2016), historien, enseigne à l’université Johns Hopkins (Baltimore). Son ouvrage Comment l’indépendance algérienne a transformé la France (Payot, 2008 ; réédité au format de poche en 2012) a reçu le prix J. Russell Major, décerné par l’American Historical Association et le prix du Council of European Studies qui distingue des ouvrages anglophones portant sur l’histoire française et européenne.

Article paru dans Fellows#02 (Quelle place pour l’Islam en France ?), publication du RFIEA.

Retrouvez-vous, dans la réaction française aux attentats de 2015, des caractéristiques du rapport que nous entretenons avec notre histoire et notre mémoire postcoloniales ? 

Tout à fait. Selon moi, les réactions post attentats sont très symptomatiques de la manière particulière dont la France traite son histoire coloniale, son rapport au monde arabe et à l’Algérie en particulier.

Si, après les attentats de janvier 2015, c’est l’unité nationale qui a primé, la réaction aux attentats de novembre a mis en avant des clivages profonds et propres à la société française. On peut voir se dessiner inconsciemment dans les réponses que le pouvoir oppose au terrorisme des conséquences de la guerre d’Algérie, cela à deux niveaux différents mais fort révélateurs. Continuer la lecture de « Entretien avec Todd Shepard »

« De Bouazizi à Jemna, puissance et impuissance de la société civile », par Mohamed Kerrou

Professeur de sciences politiques à la Faculté de droit et sciences politiques de Tunis, Mohamed Kerrou (IMéRA Fellow 2010-2011) travaille actuellement sur les transformations sociales et les symboliques du pouvoir, dans une perspective historique et anthropologique.

Article paru dans Fellows#20 (L’espérance tunisienne : une voie possible pour les nations arabes), publication du RFIEA.

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, marchand ambulant de fruits et légumes, se voit confisquer sa marchandise par des policiers. Ce n’est pas la première fois : c’est celle de trop. À 26 ans, il s’immole par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid. Cet acte tragique, qui a conduit au décès du jeune homme deux semaines plus tard, a suscité la colère du peuple contre les défaillances du régime, d’abord dans la ville d’origine du jeune homme, Sidi Bouzid, avant de s’étendre aux régions voisines puis à l’ensemble de la Tunisie. La « promesse démocratique » d’une « ère nouvelle » officiellement annoncée par Ben Ali au lendemain du coup d’État du 7 novembre 1987, n’aura pas été tenue. Au fil des ans, le fossé s’était creusé entre d’un côté un pouvoir de plus en plus répressif et arrogant, arborant de manière ostentatoire les signes extérieurs de richesse, et des classes moyennes et pauvres, réprimées et sans aucune perspective de mobilité sociale. La jeunesse instruite n’avait d’autre avenir que le chômage, tandis que la corruption était la norme, notamment chez les proches du président Ben Ali. Si la majorité des Tunisiennes et des Tunisiens ont souhaité en finir avec le « système Ben Ali », les plus opiniâtres furent les jeunes, les syndicalistes, les avocats et les blogueurs, hommes et femmes refusant la chape de plomb imposée par la police. Leurs revendications sur l’emploi, la dignité et la liberté, ont abouti à une rupture totale avec l’autorité d’alors, comme en témoignaient les slogans adressés au Président : « Le peuple veut la chute du régime » ou « Dégage ! ». Ben Ali fut contraint de partir en exil le 14 janvier 2011, date historique de la chute de la dictature, du triomphe de la liberté et de la conquête de l’espace public par les sujets devenus citoyens et revendiquant des droits. Continuer la lecture de « « De Bouazizi à Jemna, puissance et impuissance de la société civile », par Mohamed Kerrou »

« Une nouvelle éthique », par Kalypso Nicolaïdis

IMéRA Fellow 2010-2011, Kalypso Nicolaïdis est Professeur de relations internationales et directrice du Centre d’études internationales de l’université d’Oxford ; elle est membre du Conseil européen des relations internationales.

Article paru dans Fellows#22 (Gouvernance mondiale et défis de demain), publication du RFIEA.

Comme le soutient Vincent Pouliot ici, la gouvernance mondiale est confrontée à des défis sans précédent. Dans le contexte transnational actuel, les questions que nous nous posons tous concernent les sources même de la légitimité : comment rendre cette gouvernance plus légitime aux yeux du monde entier ? On ne peut toutefois poser cette question sans en soulever auparavant une autre : de quel ordre mondial parlons-nous ? Que font les gouvernants pour les différents États, pour les citoyens, y compris les plus fragiles, les femmes ou encore les générations futures ? Comment les puissances émergentes vont-elles infléchir l’ordre mondial dans les dix, vingt, trente années à venir ? Si, en fin de compte, le changement est inévitable, se fera-t-il de manière linéaire ou disruptive ? S’agira-t-il d’une réorganisation ou d’un nouvel ordre international ? Si on se pose ces questions maintenant – en tant que progressistes pragmatiques, utopistes réalistes, démocrates radicaux – il faut s’assurer que les changements, qui sont inévitables et qui sont en jeu, profiteront à la majorité des peuples sur la planète. Continuer la lecture de « « Une nouvelle éthique », par Kalypso Nicolaïdis »

« Reducing inequalities, ensuring financial viability », par William Weeks


William Weeks, IMéRA Fellow 215-2016, est professeur de psychiatrie et de médecine communautaire et familiale à l’Institut Dartmouth.

Article paru dans Fellows#24 (Réformer les systèmes de santé publique), publication du RFIEA.

 

Public healthcare systems have a dual obligation. Foremost, they must strive to improve the health of the people they serve. Second, they have a duty to taxpayers to use scarce resources efficiently and effectively in their primary pursuit.
The tension between those obligations suggests that public healthcare systems should be strategic in how they address and resolve health inequities. Budget limitations preclude public healthcare systems from doing everything that they might like to do, so they must prioritize their efforts. Here, I propose a five-step process for prioritizing efforts. Continuer la lecture de « « Reducing inequalities, ensuring financial viability », par William Weeks »

« La plasticité cérébrale », par Yesser Hadj Belgacem

Yesser Hadj Belgacem est chercheur en neurobiologie (Department of physiology and membrane biology, School of medicine, University of California, Davis), en résidence IMéRA-Inserm de septembre 2016 à janvier 2017.

Article publié dans Fellows#23 (L’apport des neurosciences à la compréhension de l’être humain), publication du RFIEA.

Il y a quarante ans, les scientifiques pensaient que la clé du fonctionnement cérébral résidait dans le nombre de neurones. Aujourd’hui, les dernières découvertes en neurosciences nous indiquent qu’il s’agirait plutôt de la quantité et de la qualité des connexions entre neurones : les synapses. Les mécanismes de ces connexions, leur maintien et leur ajustement à l’expérience et à l’environnement de l’individu sont aujourd’hui très étudiés et commencent à être mieux compris. Deux grands facteurs ont été identifiés : les gènes et les phénomènes de plasticité.

Si l’on compare le cerveau à une ville, les gènes en constituent le plan avec tous les bâtiments et les infrastructures, mais les routes y sont identiques sans aucune indication ou règles de circulation. Continuer la lecture de « « La plasticité cérébrale », par Yesser Hadj Belgacem »

Claudia Wassmann : « Forgotten Origins, Occluded Meanings: Translation of Emotion Terms »

Article de Claudia Wassmann, IMéRA/EURIAS Fellow 2015-2016 ; Institute for Culture and Society, University of Navarra, Spain.

Emotion Review, Vol. 9, No. 2 (April 2017) 163–171 © The Author(s) 2016 ISSN 1754-0739 DOI: 10.1177/1754073916632879

Lien vers l’article avec notes et références.

Abstract

The interdisciplinary field of emotion studies disregarded historical perspectives on translation and left out a substantial body of scientific research on feelings and emotions that was not published in English. Yet these texts were foundational in forging the scientific concept of emotion in experimental psychology in the 19th century. The current approach to emotion science overlooks that translation issues occurred between three languages, German, French, and English, as physiological psychologists at the time were reading each other in these languages all the while writing about the same topics in their respective language. Historical perspectives are important to clarify the ambiguities of emotion terms and include non-Anglophone frameworks into current transdisciplinary debates.

The interdisciplinary field of emotion studies ignores the historical perspective on translation problems. In today’s scientific publications, which are predominantly written in English, the term “emotion” is used as if it were synonymous in all languages, times, and contexts. Although the semantic fields of emotion terms are not identical in English, French, and German, these three languages informed the study of emotion in 19th-century psychology, at the time when the scientific concept of emotion was formed. Furthermore, the French émotion and the English emotion have become homonyms, sentiment and sentiment are not used in the same way, and Affekt also poses a problem. Translation problems have masked the epistemological problems that German and French psychologists in the 19th century were studying when they addressed the question of “emotion” for contemporary Anglophone psychologists and historians of emotion. Problems of translation occur on many levels. Here I am particularly concerned with two aspects, one is the historical authors’ reading of each other and writing about the same topic in a different language (applying their respective backgrounds to their readings); and, the second is contemporary scientists and historians’ reading of historical and contemporary texts on emotion, applying the current connotation of emotion. Continuer la lecture de « Claudia Wassmann : « Forgotten Origins, Occluded Meanings: Translation of Emotion Terms » »