HEAD TO HEAD with Marc Rodwin: Should we try to manage non-financial interests?

Marc Rodwin – copyright Christophe Delory

Marc Rodwin, IMéRA Fellow 2017-2018, professor of health law, Suffolk University Law School, Boston, MA, USA

Miriam Wiersma master of philosophy candidate (1), Ian Kerridge professor of bioethics and medicine (1) (2), Wendy Lipworth associate professor (1)
(1)Sydney Health Ethics, University of Sydney, Sydney, NSW 2006, Australia; (2)Royal North Shore Hospital, St Leonards, NSW, Australia; (3)

Ideological biases influence medical research and practice and should be disclosed and managed, say Miriam Wiersma and colleagues. But Marc Rodwin argues that many of these interests are widespread and inherent to life and cannot be avoided or eliminated.

Dialogue published in BMJ 2018;361:k1240 doi: 10.1136/bmj.k1240 (Published 12 April 2018)

CLICK TO READ IT

Disorder in the eye of the beholder, by Naa Oyo Kwate

Naa Oyo Kwate. Copyright Christophe Delory

Naa Oyo A. Kwate, résidente IMéRA 2017-2018, est professeur au département des études africaines et au département d’écologie humaine de l’université Rutgers (États-Unis). Elle est titulaire d’un doctorat en psychologie clinique de l’Université St. John’s, New York. Ses recherches portent sur les façons dont les environnements urbains construits reflètent les inégalités raciales aux États-Unis et comment le racisme affecte directement et indirectement la santé des Afro-Américains.

Article paru dans Perspectives#17, revue du RFIEA.

When I learned that I had the fortune of winning a EURIAS fellowship and would be spending a year in Marseille, one of my first orders of business was to start looking for travel guides. I stumbled upon a book for soon-to-beexpatriates planning a move to France (1). To be sure, Paris was the focal point for the book, the assumption being that anyone who hopes to relocate to France intends to move to the capital. But a quick flip of the pages suggested sufficient breadth of information about navigating day-to-day life in France to make purchasing the book worth it.

Days later, when I began reading the book, I found that towns and regions beyond Île-de-France were described, each with its distinctive merits. In Brittany, Rennes was characterized as a modern city with a technological bent, while Vannes, perched above a seashore, featured a downtown comprised of cobblestone streets where brasseries serving local cider beckoned to passersby. Bordeaux and the Dorgdogne Valley, replete with truffles, wine, and rolling green countryside, evinced a fairytale feel. Pau was a “little jewel”, noted for plentiful sports activities and a balance of urban, rural, and cosmopolitan.

Continuer la lecture de « Disorder in the eye of the beholder, by Naa Oyo Kwate »

L’esprit des accords d’Evian, par Amar Mohand-Amer

Amar Mohand-Amer (crédit photo : Ch. Delory)

Amar Mohand-Amer, chercheur en résidence à l’IMéRA en 2017-2018, a rejoint le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle situé à Oran en 2011 en tant que chercheur à la Division Socio-anthropologie de l’histoire et de la mémoire. Il a enseigné de 2013 à 2016 à l’Université Ahmed Ben Bella d’Oran. Membre de la Commission nationale d’agrément et d’homologation (Ministère de l’Éducation nationale) et de la Commission du Comité technique Sciences sociales et humaines de la Commission nationale algérienne pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO/Algérie), Amar Mohand-Amer fait également partie du Forum de Solidarité Euro-Méditerranéenne, de Lyon (FORSEM). Ses recherches portent sur l’histoire politique et l’histoire sociale, l’histoire dans sa dimension locale. Plus particulièrement, il s’intéresse à la situation coloniale, aux moments de rupture et de basculement, aux modes de résistance, des questions de légitimation et (dé)légitimation dans un contexte de crise politique, aux trajectoires et parcours personnels, à la violence en temps de guerre et à la mémoire.

Article paru dans Perspectives#17, revue du RFIEA.

La signature des accords d’Évian le 18 mars 1962 constitue un événement historique important dans l’histoire des relations entre l’Algérie et la France. En Algérie, ces accords sont perçus de façon ambivalente, et enclenchent à la fois, le processus d’indépendance nationale et l’implosion du FLN1 et de ses institutions. En France, 1962 est synonyme, dans ses représentations les plus visibles et démonstratives, du départ des Européens d’Algérie vers la France, des événements du 5 juillet à Oran ou des représailles dont ont été victimes des harkis. Le terme « harki » est utilisé ici dans un sens extensif : il regroupe tous ceux qui, pendant la guerre, ont été considérés par le FLN ou une partie de la population algérienne comme étant hostiles au projet de l’indépendance.

Les accords d’Évian ne furent ni une honteuse capitulation sans défaite de l’armée française, comme on a pu le lire dans un certain nombre d’ouvrages, ni un obstacle à une victoire militaire de l’ALN2, thèse qui a pu être soutenue au lendemain de l’indépendance. En 1962, la résolution du conflit ne pouvait être que politique, l’option militaire ayant montré ses limites. Les accords d’Évian sont un compromis dont le but est de répondre aux revendications principales du FLN (souveraineté nationale, intégrité du territoire, union de la Nation algérienne) et, en même temps, offrir des avantages économiques et militaires au gouvernement français et des garanties aux Européens, aux musulmans qui croyaient au projet d’une Algérie française et à ceux qui, pour une raison ou une autre, se sont retrouvés dans ce camp au moment de l’indépendance. Continuer la lecture de « L’esprit des accords d’Evian, par Amar Mohand-Amer »

Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio

Professeur de philosophie à l’université de Turin, Enrico Donaggio est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2018. Il s’intéresse à l’impact des mutations contemporaines du travail sur la liberté et, plus largement, aux théories philosophiques et historiques de la modernité, aux théories du mal politique et aux théories critiques de la société. Auteur d’une centaine de publications, il a notamment écrit sur l’industrie culturelle à l’ère de Steve Jobs, assuré l’édition italienne du Nouvel esprit du capitalisme de Christian Boltanski et Eve Chiappello ainsi que plus récemment une nouvelle édition italienne du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de De la Boétie.

Article à paraître fin 2018 in « Rassegna italiana di sociologia »

Enrichissement et travail
À propos du dernier livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre*

*Enrichissement. Une critique de la marchandise, Collection NRF Essais, 2017

La tâche qui m’a été assignée par les organisateurs de ce débat sur le livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre est celle de mettre en relief des questions et des problèmes soulevés par une lecture d’inspiration marxiste, au sens large et non orthodoxe du terme, de cet ouvrage. Une lecture qui interroge le discours que les auteurs proposent dans les pages de l’Enrichissement selon un point de vue qui donne une importance décisive à des topoi classiques tels que : l’analyse de la marchandise et de sa structure ; la centralité du travail pour la formation de toute forme de valeur et de richesse. Thèmes en partie présents, en partie absents du livre pour des motifs que Boltanski et Esquerre déclarent clairement.

Du point de vue méthodologique il ne s’agit pas – il faut le préciser – d’une perspective de lecture extrinsèque ou étrangère aux sujets que le livre aborde. On ne choisit pas cette ligne d’interprétation et de questionnement pour une quelque forme de dogmatisme ; pour revendiquer – au delà de l’évidence – un prétendu monopole de la vérité à une position idéologique et épistémologique spécifique. Ce sont plutôt les arguments du texte et les dispositifs conceptuels mobilisés par Boltanski et Esquerre qui suggèrent, voire imposent, une confrontation avec cette approche. Et cela au moins pour trois raisons :

  1. puisque le thème principal posé au centre de l’ouvrage – les transformations du capitalisme contemporain liées à ses contradictions, aux nouvelles stratégies déployées pour générer encore davantage de profit, pour continuer malgré tout à créer et à accumuler de la richesse – est depuis toujours manifestement un motif crucial de l’analyse marxiste de la société ;
  2. puisque le point d’Archimède de ce discours sur l’enrichissement contemporain – la marchandise et ses structures, autant que les effets engendrés par l’extension puissante et imprévisible de son domaine – trouve sa justification canonique dans les pages initiales du Capital, incontournables même pour les auteurs du livre en discussion ;
  3. puisque l’effet de totalisation critique que le texte vise et arrive à produire s’inscrit dans une tradition méthodologique et d’histoire des idées qui trouve en Marx un de ses représentants les plus célèbres et exemplaires.

Continuer la lecture de « Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio »

Les vêtements usagés dans les circuits économiques globalisés, par Efren Sandoval Hernandez

Docteur en anthropologie sociale, Efrén Sandoval Hernández est professeur et chercheur au centre de recherches sociales (CIESAS) au Mexique. Il étudie les dynamiques transfrontalières et les migrations internationales au nord-est du Mexique, et a notamment publié Infraestructuras transfronterizas. Etnografía de itinerarios en el espacio social Monterrey – San Antonio. Après sa résidence de 10 mois à l’IMéRA en 2016-2017, il travaille actuellement sur un livre traitant du commerce transfrontalier et des marchandises de contrebande au nord-est du Mexique et au sud du Texas.

Article publié dans Fellows #39 « Glocalisation », revue du RFIEA.

La mondialisation n’est pas une tendance unilatérale, expansive ou envahissante. Il s’agit plutôt d’un processus dont la réalisation s’effectue de manière spécifique, en fonction des coutumes locales et des territoires sur lesquels il se produit. Cette répétition, comme le fait que l’on consomme du Coca Cola partout, n’est pas une conséquence de la mondialisation mais un aspect de celle-ci. La mondialisation ne peut être comprise sans prendre en compte les aspects locaux (culture, coutumes, contextes politiques, économiques et sociaux…), et ceux-ci doivent, à leur tour, être analysés comme une partie de la mondialisation. Les circuits commerciaux impliquant les populations de migrants offrent une perspective intéressante quant à cette intrication local-mondial (grandes distances géographiques parcourues, frontières traversées, formes d’économie « informelle »…). Continuer la lecture de « Les vêtements usagés dans les circuits économiques globalisés, par Efren Sandoval Hernandez »

L’IMéRA à l’honneur lors de la dernière assemblée du réseau d’excellence UBIAS, à Sao Paolo

Réunis du 19 au 23 mars dernier Sao Paulo (Brésil), les membres du réseau UBIAS (University-Based Institutes for Advanced Studies), qui regroupe les instituts d’études avancées d’universités prestigieuses de tous les continents (avec notamment les universités de Harvard, Stanford et Sao Paulo en Amérique, les universités de Pékin, Fudan et Nagoya en Asie, et les universités de Aarhus, de Munich et de Helsinki en Europe) ont fermement poussé leur agenda de coopération scientifique intercontinentale.

D’abord, la gouvernance du réseau : elle sera collégiale, UBIAS sera dorénavant coordonné par un triumvirat inter-continental comprenant Guilherme Ary Plonski (Sao Paulo), Hisanori Shinohara (Nagoya) et Raouf Boucekkine, directeur de l’IMéRA. Dans cette nouvelle fonction, l’IMéRA comptera sur la collaboration étroite du réseau français des instituts d’études avancées (RFIEA), et de son directeur, Olivier Bouin.

L’assemblée de Sao Paolo a aussi jeté les jalons d’une nouvelle génération d’académies intercontinentales (projets de recherche thématiques impliquant deux instituts de continents différents) ainsi que la mise sur pied de workshops stratégiques dans des domaines aussi variés que les nanotechnologies, la bioéconomie et les sciences de l’environnement.

Pour plus de détails sur la réunion de Sao Paulo ; sur UBIAS.

L’IMéRA accueillera l’assemblée du réseau UBIAS au printemps 2020.

Accord-cadre entre l’AUF et le RFIEA : des moyens renforcés pour la politique scientifique africaine de l’IMéRA

Le Recteur de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), Jean-Paul de Gaudemar, et le Président du Conseil d’administration du Réseau français des instituts d’études avancées (RFIEA), Didier Viviers, ont signé un accord-cadre de partenariat le 10 avril 2018. Cet accord permettra de renforcer leur coopération pour développer des stratégies d’attractivité de la recherche francophone.

L’IMéRA, institut d’études avancées de l’université d’Aix-Marseille, est partie prenante et bénéficiaire de cet accord en tant que membre du RFIEA.

De G. à D. : Olivier Bouin, directeur du RFIEA ; Jean-Marc Bonnisseau, Président du Campus Condorcet ; Jean-Paul de Gaudemar, Recteur de l’AUF ; Didier Viviers, Président du CA du RFIEA ; Raouf Boucekkine, directeur de l’IMéRA (AMU) ; Jean-François Lancelot, directeur Veille-innovation-expertise de l’AUF ; Mylène Trouvé, Secrétaire générale du RFIEA.

Le RFIEA et l’AUF se sont associés pour définir des solutions nouvelles favorisant l’internationalisation de la recherche pour une meilleure contribution au développement économique, social et culturel de l’environnement et des territoires.

Trois types d’actions ont ainsi été définies et formalisées dans le cadre de l’accord-cadre :

  • l’accompagnement du déploiement d’instituts d’études avancées hors de France, particulièrement au Maghreb et en Afrique subsaharienne pour le renforcement de la qualité de la recherche ;
  • la valorisation d’initiatives de financement de la recherche par une veille sur les appels à projets (mobilité, recherche, réseaux scientifiques) adaptée à la communauté universitaire francophone des établissements membres de l’AUF pour favoriser le rayonnement des établissements comme acteurs de développement ;
  • l’encouragement de la mobilité de chercheurs et enseignants-chercheurs des établissements membres de l’AUF dans les instituts d’études avancées en France pour promouvoir le dialogue entre le milieu académique et le milieu économique.

Pour en savoir plus sur l’AUF et sur le RFIEA.

Levent Yilmaz : cours au Collège de France « Pourquoi écrit-on -toujours- l’histoire ? »

Levent Yilmaz, historien des idées et résident de l’IMéRA 2017-2018, a donné un cours en 4 séances au Collège de France, en tant que conférencier invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du professeur Patrick Boucheron, titulaire de la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe – XVIe s.)».

 

Le cours, intitulé « Pourquoi écrit-on – toujours – l’Histoire ? Considérations sur l’innovation et le passé » s’est déroulé les 7, 14, 21 et 28 mars 2018.

Les vidéos des cours sont disponibles sur le site du Collège de France : le lien.

La présentation du cours

En 2004, dans Le Temps moderne (Gallimard), j’avais essayé de montrer que la Querelle des Anciens et des Modernes qui s’est produite à l’Académie française en 1687 était en fait la dernière querelle à propos de la suprématie du passé sur le temps présent. Cette célèbre Querelle avait provoqué, de manière décisive et irréversible, l’objectivation du passé (et la dissociation de celui-ci du temps présent) ; le passé qui continuait à vivre dans le présent sous la forme d’un dévouement (« un passé qui pèse sur le présent en le modelant ») n’était plus un maître ni un guide fiable pour les méandres obscurs du futur. Les Modernes avaient commencé à rejeter toutes formes d’imitation des modèles venant du passé et l’ancienne formule cicéronienne, historia magistra vitae, avait cessé de fonctionner car les Modernes furent fiers de leurs propres modèles. Selon François Hartog cela constituait l’arrivée du régime moderne d’historicité et Philippe Descola y voyait une originalité inouïe : « Oui, d’autant qu’en Occident, depuis la querelle entre les Anciens et les Modernes, le nouveau est positif. C’est lié à une transformation de l’échelle de temporalité, orientée, dans laquelle on se projette vers un futur parce que l’on considère que le présent est le produit des activités du passé et qu’il est perfectible. C’est une idée là encore très originale, absolument pas partagée dans le reste du monde, où on a plutôt des temporalités soit cycliques, soit dépourvues de profondeur. » (Le Monde, Sciences, 11/11/2013). Le passé n’était plus donc un réservoir d’exemples d’où il fallait tirer des leçons. Continuer la lecture de « Levent Yilmaz : cours au Collège de France « Pourquoi écrit-on -toujours- l’histoire ? » »