Le programme Art, Science, Société/Art, Science and Society Programme

Directeur du programme : Cédric Parizot, Anthropologue, Chargé de recherche au CNRS (IREMAM, UMR 7310)

L’objectif du pôle art, science et société de l’IMéRA est de poursuivre les recherches et les réflexions autour des articulations entre art et science qui ont été menées depuis la création de notre institut à travers des un séminaire de recherche, l’exploration de pratiques éditoriales innovantes et enfin la mise en œuvres d’expérimentations transdisciplinaires concrètes.

I – SEMINAIRE DE RECHERCHE

En janvier 2016, le séminaire Recherche, arts et pratiques numériques a démarré à l’IMéRA. Il est coordonné par Jean Cristofol (Ecole supérieure d’art d’Aix en Provence), Jean Paul Fourmentraux (CNE, EHESS/AMU), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) et Manoël Pénicaud (IDEMEC, CNRS/AMU). Depuis l’année universitaire 2016-2017, il a été intégré au collège doctoral d’AMU.

Ce séminaire transdisciplinaire s’intéresse aux perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines, en sciences exactes et expérimentales et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières (www.antiatlas.net) depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières.

Dans le domaine des sciences humaines et sociales, le recours aux pratiques numériques conduit à de nombreux bouleversements que ce soit dans la collecte, la production et le traitement de données, ainsi que l’élaboration de nouvelles formes de narration et d’édition. Le tournant numérique conduit les chercheurs à reconsidérer leurs méthodes, leurs catégories, leurs paradigmes, leurs orientations théoriques, leurs objets, leurs formes de labellisation et les cadres des champs disciplinaires. D’ailleurs, compte tenu des collaborations toujours plus nombreuses qu’implique le recours au numérique entre d’un côté les sciences humaines et de l’autre les sciences exactes et expérimentales, il semble plus pertinent, comme le souligne Bernard Stiegler, de parler de Digital Studies que Digital Humanities.

Dans le domaine de l’art, le numérique ouvre également des champs de pratiques radicalement nouveaux. Il transforme la relation des artistes aux outils qu’ils utilisent et aux connaissances qu’ils convoquent, produisent ou questionnent. Il transforme le statut et les formes des œuvres. En introduisant de nouvelles modalités pour assurer leur circulation, il modifie également leur relation avec le public. Le numérique bouleverse la place de l’auteur qu’il place dans une relation dynamique par rapport aux flux d’information, de circulation des images, des sons et des formes. Il donne ainsi une nouvelle importance à l’invention de dispositifs dans lesquels ces formes sont données à l’expérience, ouvrant d’infinies possibilités d’interaction avec l’œuvre. Il donne enfin une nouvelle dimension au travail collectif, à des formes diverses de collaborations, d’échanges et de contributions. D’une façon générale, on peut dire que le numérique déplace les pratiques artistiques et conduit à réfléchir autrement les relations entre arts et sciences.

Ce séminaire rassemble des chercheurs en sciences humaines (sociologues, anthropologues, politologues, géographes, historiens, littéraires), en sciences dures (informaticiens, physiciens, mathématiciens, etc.), des artistes (designers, hackers, programmeurs, média tactique, etc.) ainsi que des professionnels (industriels, chargés de communication, etc.). Notre objectif est de favoriser des croisements, des emprunts et des déplacements qui sont propices à l’identification de nouvelles pistes de réflexion et de recherche, voire à la mise en œuvre d’expérimentations collaboratives.

Chaque mois, des participants sont invités à présenter leurs expérimentations d’outils numériques de collecte (applications mobiles, capteurs oculaires, systèmes SIG, etc.) ou d’indexation et de traitement des données recueillies (bases de données, systèmes de visualisation ou de sonification, etc.). Certains font part de leurs explorations de dispositifs d’écriture et de modélisation de la connaissance (jeux vidéo, machinima, web documentaires, etc) ou encore de nouvelles formes d’édition électroniques.

II – EXPLORATION DE PRATIQUES EDITORIALES INNOVANTES

Le soutien qu’a apporté l’IMéRA au projet antiAtlas des frontières a permis la création d’une revue numérique antiatlas-journal.net dont le premier numéro a été publié en 2016. Annuelle, bilingue et gratuite, cette revue ouvre un espace éditorial exploratoire dédié à une approche radicalement transdisciplinaire des frontières contemporaines. La collaboration entre chercheurs et artistes permet d’expérimenter de nouvelles pratiques d’édition et de modélisation de la recherche. La revue est dirigée par Cédric Parizot, Anne-Laure Amilhat Szary et Jean Cristofol.

Conçue, dirigée artistiquement par Thierry Fournier et créée avec Papascript, la conception éditoriale et graphique de la revue s’empare des potentialités d’une publication numérique pour étendre l’expérience de lecture de textes de recherche. Son design par « nappes » pour chaque article permet plusieurs niveaux de découverte : celui du texte, mais aussi le réseau et le paysage qu’il constitue avec l’ensemble de son iconographie.

En ouvrant des voisinages et de circulations multiples entre textes et images, on autorise ainsi des parcours transversaux et des échelles variables de perception, qu’une organisation linéaire ne permettrait pas – bien qu’elle soit toujours disponible par la version PDF. Certaines très grandes images débordent largement des écrans : la circulation exclusive dans une image devient un des récits proposés, au même titre que la circulation dans un texte.

III – EXPERIMENTATIONS ART-SCIENCE

De même pour éviter de rester un espace de réflexion théorique, le pôle mettra en œuvre et soutiendra des expérimentations arts science. Dans le cadre de l’année 2017, deux opérations sont intégrées à ses activités : le développement d’un jeu vidéo A Crossing Industry et la préparation d’une création, intitulée Entre, au croisement du théâtre, du cirque et de l’anthropologie.

Ce projet d’élaboration de jeu vidéo est né en 2013 dans le cadre de l’antiAtlas des frontières. Il porte sur le fonctionnement du régime de séparation israélien en Cisjordanie dans les années suivant la fin de la seconde Intifada (2007-2010). Son élaboration, toujours en cours, est effectuée par une équipe transdisciplinaire composée d’un anthropologue (Cédric Parizot), d’un artiste (Douglas Edric Stanley), d’un philosophe (Jean Cristofol) et de dix étudiants de l’Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence[1]. Il s’agit d’envisager comment la technologie vidéo ludique permet d’articuler une démarche documentaire dont l’objectif est de modéliser une analyse ethnographique, avec une démarche artistique animée par ses propres enjeux esthétiques et poétiques.

A Crossing Industry est à la fois une fin et un moyen, car l’enjeu n’est pas simplement de tester de nouvelles écritures en anthropologie mais également d’appréhender ce que provoque cette expérimentation art-science chez ses concepteurs. Le processus de conception de A Crossing Industry est effectivement envisagé comme un dispositif artistique[2] et documentaire critique[3]. En croisant nos démarches, il permet de mettre en perspective les écarts irréductibles qui prévalent entre elles et de susciter du même coup une série de retours critiques sur nos formes d’accès et de construction du réel. La création de ce jeu peut s’apparenter à une forme originale d’enquête de terrain dans la mesure où elle relève d’un exercice d’extra-disciplinarité, au sens où la définit Brian Holmes[4] : le détour par le jeu vidéo et la pratique artistique visent à provoquer un retour critique sur ma propre discipline et les pratiques art-science.

  • Entre

Ce projet de création artistique à mi-chemin entre le cirque, le théâtre et l’anthropologie sera présenté les 7 et 8 novembre 2017 au théâtre d’Arles, scène conventionnée pour les nouvelles écritures. Il met en place un dispositif art-science dont le but est d’explorer les formes alternatives d’écriture que peut offrir le spectacle vivant, et notamment le cirque, à la recherche en sciences sociales.

Hétérographie circassienne, Entre propose ainsi une autre forme d’écriture, au croisement d’une démarche de création et de recherche. Les langages du corps et du mouvement s’associent à la communication verbale, non pas pour tenter de transmettre un message ou une analyse à propos de l’expérience ou du contrôle aux frontières, mais davantage pour amener les spectateurs à s’interroger sur les cadres et les images à travers lesquels ils envisagent et construisent ces phénomènes.

La démarche consiste à rechercher des résonnances entre les sources nourrissant l’écriture et des images évidentes sur le plateau. Sans didactisme, la performance circassienne se fait écho d’une idée, d’un concept ou d’une théorie. Le travail de recherche au plateau est ainsi stimulé et la dimension circassienne de l’écriture apparait particulièrement dans la mise à l’épreuve des corps, de tous les objets (scénographiques ou accessoires) ainsi que dans le questionnement permanent de la relation acteurs – objets – spectateurs.

Grâce au détournement des objets la question des échappatoires dont dispose l’homme face à un grand système de surveillance et de contrôle est aussi abordée. En réinventant l’usage de ce qui les entoure, parfois de manière absurde, les interprètes renvoient autant aux dysfonctionnements des systèmes de contrôle qu’aux multiples façons dont ils sont réappropriés, instrumentalisés et détournés par les entrepreneurs formels et informels qui se saisissent des opportunités générées par les fermetures des frontières aux mobilités humaines.

[1] Yohan Dumas, Benoit Espinola, Tristan Fraipont, Emilie Gervais, Théo Goedert, Mathieu Gonella, Martin Greffe, Bastine Hudé, Thomas Molles, Milena Walter

[2] Pour Jean Paul Fourmentraux, l’intérêt du terme de dispositif est de mettre l’accent sur le « caractère performatif de ces dispositifs qui ouvrent de nouveaux espaces de jeu et de négociation, en soulignant leur capacité de (re)confi guration des acteurs et de leurs pratiques. » p. 137 (FOURMENTRAUX, Jean-Paul, 2010, « Le concept de dispositif à l’épreuve du net-art » In APPEL, Violaine, BOULANGER, Hélène et Luc MASSOU (dir.) Les dispositifs d’information et de communication : concepts, usages et objets : 137-47.)

[3] Dans son ouvrage Dispositifs critiques, Aline Caillet montre comment l’intégration de nouveaux processus d’effectuation (détour par la fiction, recours à des modes performatifs, à la narration, aux approches expérimentales) dans la pratique documentaire filmique permet de repenser de manière critique nos modes d’accès et de construction du réel. CAILLET, Aline, 2014, Dispositifs critiques. Le documentaire, du cinéma aux arts visuels. Rennes, PUR.

[4] « Si le mot de tropisme exprime bien le besoin ou le désir de se tourner vers quelque chose d’autre, vers une discipline extérieure, la notion de ré- flexivité indique le retour critique au point de départ, qui cherche à transformer la discipline initiale, à la désenclaver, à ouvrir de nouvelles possibilités d’expression, d’analyse, de coopération et d’engagement en son sein. C’est cette circulation à double sens, ou plutôt cette spirale transformatrice, que l’on peut appeler l’extradisciplinaire. » HOLMES, Brian, 2007, « Géographie différentielle. B-Zone : devenir-Europe et au-delà », Multitudes 2007/1 (no 28), p. 112-113.


PROGRAM ‘ART, SCIENCE AND SOCIETY’

The aim of the program Art, Science and Society is to continue the activity and research that have been promoted in the field of art and science since the creation of our institute, along three lines :a research seminar; the investigation into innovative editorial practices; and the implementation of concrete transdisciplinary explorations.

1- Research seminar

The Research, Art & Digital Practices seminar started at IMéRA in January 2016. Its coordinators are Jean Cristofol (Aix-en-Provence Higher School of Art), Jean-Paul Fourmentraux (CNE, EHESS/ AMU), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) and Manoël Pénicaud (IDEMEC, CNRS/AMU). As of the 2016-2017 academic year the seminar is integrated into AMU’s Doctoral School.

This cross-disciplinary seminar addresses the creative disturbances generated by collaborations between social science researchers and artists in the field of digital practices. While this seminar is in continuation of the reflections and experiments that we carried out at IMéRA as part of the antiAtlas of Borders project in 2011, it extends our investigations beyond the mere issue of borders.

In social science, the use of digital media is causing tremendous changes in data gathering, production and processing as well as in the elaboration of new narration and publishing forms. The digital revolution is leading researchers to revisit their methods, categories, paradigms, theoretical orientations, objects, labelling forms, and the frameworks of disciplinary fields. And, as Bernard Stiegler underscored it, considering that the increasing use of digital media, both by social science and exact and experimental science, results in ever more collaboration between actors, it seems more proper to talk about Digital Studies rather than Digital Humanities.

In art, digital technology is also introducing drastically new types of practices. It changes the relationship artists have with the tools they use and the knowledge they refer to, produce or query. It changes the status and forms of pieces of work. By introducing new modalities to make sure they will be circulated, it also changes their relations to the public. Digital tools revolutionise the place of the author, putting him/her in a dynamic relation with information flows and the circulation of images, sounds and forms. They enhance the invention of systems through which these forms are made visible, opening endless possibilities to interact with pieces of work. Lastly, they give a new dimension to collective work and various forms of collaboration, exchange and contribution. Generally speaking, digital tools can be said to shift artistic practice and induce a different way of considering relationship between art and science.

The seminar brings together social scientists (sociologists, anthropologists, political scientists, geographers, historians, literary specialists), hard scientists (computer scientists, physicians mathematicians, etc.) and artists (designers, hackers, programmers, media tacticians, etc.) and professionals (industrialists, communications managers, etc.). Our objective is to foster cross-fertilization, borrowings and shifts that will help identify new avenues of reflection and research, and even implement collaborative experiments.

Each month, participants are invited to present their experiments in digital tools for data collection (mobile applications, ocular sensors, GISs, etc.) or collected data indexing and processing (databases, visualisation and sound systems, etc.). Some present their exploration of writing systems and knowledge modelling (video games, machinima, web documentaries, etc.) or new forms of electronic publishing.

2- Exploration of innovative editorial practices

Support given by IMéRA to the Anti-Atlas of Borders project has led to the creation of a digital journal (antiatlas-journal.net); the first issue was pubished online in spring 2016. The annual, bilingual free journal opens an exploratory editorial space with a resolutely cross-disciplinary approach of present-day borders. Collaboration between researchers and artists allows testing new research publishing and modelling methods. The journal is directed by Cédric Parizot, Anne-Laure Amilhat Szary and Jean Cristofol.

Conceptualized and designed by Thierry Fournier and created with Papascript, the editorial and graphic layout for the Journal takes advantage of opportunities offered by digital publication for extending the experience of reading research articles. Its design of articles in wide “sheets” allows readers to access from a variety of levels: the text itself, and the network and landscape that the text creates through its iconography.

By opening up multiple proximities and circulations between text and image, it enables transversal trajectories and varying levels of perception that a linear organisation does not permit, though a linear pdf version will also be available. Very large images will extend beyond the screen: exclusive circulation within an image becomes one form of lecture, similarly to the way we move within a text.

3- Art-Science experiments

Not to remain a mere theoretical reflection forum, the Institute will implement and support Art-Science experiments. In 2017, it will carry out two operations as part of its activities in 2017: the development of a video game entitled A Crossing Industry and the preparation of a creation entitled Entre [Between] at the crossroads of theatre, circus and anthropology.

A Crossing Industry

This video game design project started in 2013 as part of antiAtlas of Borders. It documents the functioning of the Israeli separation system imposed on Palestinians in the West Bank after the end of the second Intifada (2007-2010). It is being developed by a cross-disciplinary team that includes an anthropologist (Cédric Parizot), an artist (Douglas Edric Stanley), a philosopher (Jean Cristofol) and ten Aix-en-Provence Higher School of Art students. The idea is to study how video game technology can help articulate a documentary approach aimed at modelling an ethnographical analysis and an artistic approach responding to its own aesthetic and poetic necessities.

A Crossing Industry is both end and mean, as the challenge is not just to test new narrative techniques in anthropology but also to assess what this art-science experiment triggers for its designers. As A Crossing Industry is still being developed, our objective here is not to evaluate its capacity to communicate a message to a designated audience,  but rather to understand how this art/science experiment affects game designers. The process of conceptualization for A Crossing Industry is seen as an artistic device (dispositif) and a critical documentary (documentaire critique). Comparing our approaches allows us to highlight the irreducible differences that exist between them and, at the same time, trigger a series of critical analyses of our methods of access to and construction of reality.

Entre

This art creation project at the crossroads of theatre, circus and anthropology will be shown at the Arles Theatre, a subsidised theatre for innovative writing, on 6 and 7 November 2017. It stages an art-science device aimed at exploring the alternative forms of writing that live performance, especially circus, can offer to social science.

As a circus heterography, Entre presents a different form of writing between creation and research. Body and kinetic languages mingle with verbal communication not to try to send a message or analysis on border experience or control, but rather to lead spectators to query the frames and images through which they envisage and construct these phenomena.

The method consists in seeking resonances between sources that inspire writing and obvious images on the stage. Without being didactic, the circus performance becomes the echo of an idea, a concept or a theory. Stage research work is stimulated, and the circus aspect of writing becomes particularly apparent in the testing of bodies, of all objects (be they stage objects or props) and in the permanent questioning of actors-objects-spectators relationships.

Subverting objects is a way of dealing with the question, What means of escape does man have when faced with an overarching surveillance and control system? By reinventing the use of what is around them, sometimes in an absurd way, the performers refer as much to the dysfunctions of control systems as to the various ways in which they are re-appropriated, exploited and subverted by formal and informal entrepreneurs who take advantage of the opportunities produced by the closing of borders to human circulation.

[1] Il faudrait faire en anglais et en français un hyperlien vers notre page de présentation du séminaire : http://www.antiatlas.net/blog/2015/12/17/seminaire-2016-recherche-arts-et-pratiques-numeriques/

[2] On peut mettre un hyperlien vers mon article dans l’antiatlas journal : https://www.antiatlas-journal.net/01-research-art-and-video-games/