« Pour une approche interdisciplinaire du développement humain », par Raouf Boucekkine

Coopération entre l’IMéRA et la Commission Economique de l’ONU en Afrique : pour une approche interdisciplinaire du développement humain

Article paru dans Perspectives#16, publication du RFIEA

Raouf Boucekkine est professeur des universités à Aix-Marseille Université, membre senior de l’Institut Universitaire de France et président de l’ASSET (Association Sud-Européenne d’Economie Théorique). Il dirige depuis 2015 l’Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille (IMéRA). En 2016, il est nommé directeur scientifique et technique du Réseau Français des Instituts d’Etudes Avancées (RFIEA).

 

L’IMéRA, institut d’études avancées d’Aix-Marseille, vient de signer une convention de coopération scientifique avec la Commission Economique de l’ONU en Afrique, plus précisément avec son Bureau pour l’Afrique du nord, basé à Rabat. Cette convention organise l’échange d’information et de compétences entre les deux institutions sur un projet scientifique portant sur « Governance, political transition, structural change and 2030 agenda: Towards a new framework for the strengthening of institutions and policy making for inclusive development in North Africa’’. Cette coopération sera lancée par une conférence les 25, 26 et 27 septembre 2017 à l’IMéRA, qui verra la participation d’un panel d’économistes, de politologues et de sociologues, apportant ainsi la diversité disciplinaire nécessaire pour s’attaquer à une problématique aussi large.

Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) et recherche interdisciplinaire

Comme l’intitulé du projet l’indique, la coopération est ancrée dans la recherche fondamentale et appliquée autour des Objectifs de Développement du Millénaire de l’ONU, récemment reformulés comme Objectifs de Développement Durable (ODD) à horizon 2030. Parmi les 17 ODD énoncés, figure l’objectif Justice et Paix qui appelle à « mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et transparentes », sans quoi aucune cible de développement ne peut être atteignable ni à moyen ni à long terme, spécialement dans le contexte des pays en conflit, en crise ou en transition.Or depuis la Révolution de Jasmin en Tunisie en janvier 2011, les pays d’Afrique du Nord sont clairement entrés dans une zone de turbulences fortes qu’on aimerait bien labelliser période de transition, même si les différents renversements politiques et économiques qui ne cessent de se produire, y compris en Tunisie, incitent à la plus grande prudence. Il serait peut-être plus judicieux à cet égard d’emprunter à la théorie des systèmes dynamiques et de décrire la situation post-Printemps arabe actuelle comme une situation d’équilibre instable que la moindre perturbation endogène ou exogène pourrait déplacer à des positions encore inexplorées.

Dès lors, même si le pilotage des dynamiques socioéconomiques et institutionnelles en cours en Afrique du nord est illusoire, il est utile d’identifier des chemins de sortie de la phase d’instabilité actuelle. Clairement, la recherche de stratégies de développement inclusif doit être privilégiée. En effet, un des mécanismes critiques dans l’éclosion (ou explosion) du Printemps arabe est intimement lié à l’absence d’inclusivité dans le développement de la région : de fait, s’il y a un dénominateur socioéconomique commun aux pays d’Afrique du nord, c’est le fort taux de chômage parmi les jeunes diplômés, le plus élevé du monde selon de nombreuses études concordantes. Or ce sont typiquement ces jeunes individus qui, se voyant injustement exclus du marché du travail, sont à la pointe de la révolte, comme on l’a vu en Tunisie et en Egypte. Mais pourquoi un tel niveau de chômage pour les plus qualifiés de la population ? On peut démêler la pelote de multiples façons, l’explication reste complexe. Bien sûr, ce fort taux de chômage est le résultat d’un skill mismatch aux proportions impressionnantes, il découle de l’incapacité des systèmes éducatifs nationaux à produire le type de travailleurs qualifiés dont les entreprises locales ont le plus besoin. Il est aussi dû à la trop lente transformation structurelle des économies de la région. La transformation structurelle implique le développement de nouvelles activités plus productives ainsi que la réallocation des ressources et de la main-d’œuvre des activités traditionnelles vers ces nouvelles activités, permettant d’accroître la productivité (et donc en même temps, d’employer les plus qualifiés). Il n’y a pas eu de transformation structurelle significative en Afrique du nord. Une cause majeure de cette grave déficience est précisément la mauvaise gouvernance et, en particulier, la position dominante d’institutions fortement inefficientes. Le cercle vicieux se referme quand cette inefficience institutionnelle est perçue comme telle par les citoyens, induisant une perte de confiance en l’action publique et empêchant de ce fait toute velléité de réforme.
Ainsi, la situation actuelle de blocage en Afrique du nord peut difficilement s’expliquer par de simples schémas d’incitations économiques individuelles, les ingrédients institutionnels et sociologiques étant au moins aussi prégnants. La Commission Economique de l’ONU en Afrique, en signant cette convention avec l’IMéRA, a naturellement bien intégré que seules des approches dument interdisciplinaires peuvent conduire à un plan de réformes crédible pour l’Afrique du Nord.

Réformes et perceptions
L’objectif principal de la coopération, outre l’analyse plus détaillée de la transformation structurelle trop lente en Afrique du Nord, est d’élaborer un plan de réformes qui prenne en compte le nécessaire caractère inclusif du modèle de développement proposé, et qui prenne également au sérieux les perceptions et les aspirations des populations. Ainsi les composantes économie politique et sociologie politique ont la même pondération dans l’approche conceptuelle portée par le projet.
De fait, même si les gouvernants (ou les Elites dans le langage de l’économie politique) sont disposés à mener des réformes institutionnelles pour accélérer la transformation structurelle, les citoyens peuvent refuser de se conformer aux nouvelles règles de gouvernance, simplement du fait que les réformes proposées entrent en conflit avec les perceptions répandues dans la société, elles-mêmes alimentées par la faible crédibilité et/ou la mauvaise réputation des gouvernants. Par exemple, s’agissant d’une réforme fiscale ayant pour but d’augmenter les recettes fiscales et donc la capacité fiscale de l’Etat : si les citoyens ont un doute sur la probité des gouvernants et peuvent penser que les recettes fiscales supplémentaires vont encore servir la clientèle des Elites en place, ils vont s’opposer par tous les moyens à cette réforme, pourtant nécessaire du strict point de vue économique.
Le projet de coopération entre l’IMéRA et la Commission Economique de l’ONU en Afrique prévoit précisément des enquêtes sur terrain dans 4 pays de l’Afrique du nord (Maroc, Algérie, Tunisie et Egypte) afin de bien identifier les perceptions des populations pour ce qui concerne les institutions nationales et locales et les réformes considérées prioritaires à toute échelle géographique. C’est le prix à payer pour avoir une idée concrète de ce qu’est l’acceptabilité des réformes structurelles dans cette région en constante ébullition.


Auteur : Raouf Boucekkine

Raouf Boucekkine est professeur à l’université d’Aix-Marseille, chercheur au Greqam (Groupement de recherche en économie quantitative d’Aix-Marseille) et directeur scientifique de l’Ecole d’économie d’Aix-Marseille (Aix-Marseille School of Economics – AMSE).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *