La fripe du nord au sud. Recyclage, commerce et consommation

Groupe du colloque d’Efren Sandoval

Les 4 et 5 avril 2017 a eu lieu le colloque international « La fripe du nord au sud. Recyclage, commerce et consommation », coordonné par Efrén Sandoval Hernandez (CIESAS, Mexique), résident 2016 – 2017 à l’IMéRA.

Plusieurs spécialistes de divers horizons disciplinaires, et des acteurs du monde de la fripe qui travaillent dans différents pays, se sont réunis pour la première fois dans l’objectif de mettre en avant les enjeux écologiques, économiques et sociaux liés au recyclage, au commerce et à la consommation de vêtements usagés. Il s’agit d’un phénomène largement développé dans le monde et qui implique la participation de divers acteurs au sein de réseaux internationaux. Ces derniers organisent « par le haut » et « par le bas » le passage de tonnes de vêtements usagés au-delà des frontières et des océans.

Après les paroles de bienvenue de M. Raouf Boucekkine, directeur de l’IMéRA, le colloque a commencé avec l’exposé de M. Alain Claudot, directeur général d’Eco TLC. M. Claudot a expliqué l’importance d’Eco TLC, en tant qu’organisme à but non lucratif français, pour encourager, conseiller, favoriser et financer les activités des opérateurs de tri de textile de vêtements, de linge de maison et de chaussures (TLC). En 2015, par exemple, 600 000 tonnes ou 2,5 milliards de pièces ont été « mises en marché » dont 32,5% de TLC usagés collectés pour réutilisation (62%) et recyclage (37,5%). La quantité de TLC réutilisée, recyclée et jetée est en relation directe avec le volume de production de vêtements dans le monde.

Comment s’organise la production de prêt-à-porter et comment est- elle liée aux filières commerciales de la fripe ? C’est une des questions qu’a posées Michel Peraldi (CNRS- IRIS, EHESS) dans sa communication « Du luxe aux déchets. Les vies multiples de la marchandise dans l’Industrie de la confection ». Selon lui, pour fixer les prix de production, les grandes compagnies et les marques les plus connues dans le monde mènent des négociations commerciales (et non des négociations entrepreneuriales) avec les producteurs en considérant les pertes, la contrefaçon, les imitations de moindre qualité, la contrebande et les déchets.

Le caractère commercial des compagnies, des producteurs et des intermédiaires a aussi été souligné par Karen Traven Hansen (Professeur émérite des Université de Copenhague et Northwestern) qui, dans sa communication « From Family Business to International Empire. Organizational Changes in Secondhand Clothing Commerce », a fait allusion au caractère entrepreneurial et industriel de l’économie de la fripe. Elle a montré comment l’économie de la fripe est passée de « family businesses » à une industrie avec diverses formes d’organisation au niveau international, y compris les associations caritatives qui aujourd’hui font le lien entre charité et affaires au niveau global.

De leur côté, Martin Rosenfeld (Université Libre de Bruxelles) et Efrén Sandoval Hernandez (CIESAS, Mexique) ont articulé leurs communications autour du caractère transfrontalier et des inégalités qu’on retrouve dans le commerce de la fripe de quelques pays. Par exemple, dans sa communication « Conflits sur les marchés de la récupération. Le commerce de la fripe à Cotonou », Martin Rosenfeld a indiqué qu’en raison de l’interdiction d’importation de vêtements usagés au Nigeria, les commerçants ont installé à Cotonou (frontière de Benin) certains marchés informels en tension avec les efforts, parfois ambigus, de formalisation de l’activité commerciale de la part des autorités béninoises. D’un autre côté, dans sa communication « Entre les ‘pacas’ et les ‘bales’. Premiers éléments de comparaison entre le commerce de fripe Etats-Unis – Mexique et Espagne – Maroc », Efrén Sandoval Hernandez a fait la comparaison entre les inégalités et les logiques transfrontalières dans les circuits de commerce de fripe Etats Unis – Mexique et Allemagne – Espagne – Maroc. Il a souligné que la reproduction d’inégalités le long de la chaine commerciale est un élément qui structure les relations entre le nord et le sud, ainsi que les inégalités internes (géographiques, sociales, politiques) dans les pays.

D’autres participants au colloque ont parlé des évolutions dans l’organisation du commerce et la consommation de vêtements usagés. Dans sa communication « Le recyclage commercial de la fripe chez les vendeurs – détaillants à Kinshasa », Sylvie Ayimpam (IMAF – IRD) a montré comment, dans une économie en crise comme celle du Congo, les représentations sociales sur la fripe se sont modifiées et comment un secteur d’arrangement et de remodelage en fonction des usages des consommateurs locaux s’est développé. La mode et ses implications au niveau local dans la consommation de la fripe ont aussi été soulignées par Stavroula Pipyrou (University of St. Andrews) dans sa communication sur les consommateurs de fripe en Italie et en Ecosse. Selon Pipyrou, les changements dans la signification et l’usage de la fripe sont liés au « global economic forces » et aux particularités de l’esthétique et de l’apparence. De son côté, dans sa communication « Systemic Changes in the Supply Side and their Eeffects on the Downside Economy of Secondhand Clothes », Lucy Norris (University College London) a conduit une réflexion sur l’impact des économies circulaires dans le travail des intermédiaires de la fripe en Inde.

Finalement, dans sa communication « La crème, la galère et le fric : lieux et gens de la fripe à Tunis », Lucile Gruntz (anthropologue indépendante) a expliqué comment sont organisés le commerce et le tri de la fripe en Tunisie. Pour sa part, Stephanos Mangriotis a partagé les résultats de son travail de photographe en Tunisie dans l’optique de l’organisation d’une exposition sur le recyclage des vêtements usagés.

Dans le cadre du colloque, le film « Unravel » a été projeté. Ce film porte sur le recyclage de vêtements en Inde et a été présenté par Lucy Norris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.