A l’IMéRA, un atelier de prise de parole selon la méthode des anciens.

Sept doctorants ont pu s’entrainer à prendre la parole en public dans un atelier organisé par l’école doctorale « Espaces, Cultures, Sociétés » (ED 355) du 21 au 24 juin 2021, dans les bâtiments et les jardins de l’IMéRA. C’était la deuxième fois que se tenait l’atelier créé il y a deux ans à l’attention des doctorants en Sciences Humaines et Sociales qui a une spécificité : s’appuyer sur les concepts et les exercices clés de la rhétorique antique.

Dans les jardins de l’IMéRA

Faire des doctorants des « acteurs de parole », tel est le but de l’atelier. Les étudiants étaient encadrés par trois enseignants-chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille et un professionnel du théâtre*. L’atelier comprenait des exercices classiques de prise de parole, s’appuyant sur des techniques théâtrales – lecture à voix haute avec travail sur la prononciation, l’articulation ou la posture du corps –  et celui-ci intégrait également une autre dimension particulièrement originale : « Nous avons voulu montrer qu’avec quelques concepts simples tirés de la rhétorique ancienne, on peut adapter son discours à son public, face à des personnes que l’on identifie comme auditeurs », explique Sabine Luciani, directrice de l’École Doctorale Espaces Cultures, Sociétés.  Aussi les étudiants ont-ils été initiés aux concepts théorisés par Aristote pour analyser les composantes du discours – en particulier l’éthos (qui concerne celui qui parle), le logos (qui concerne ce dont on parle) et le pathos (qui concerne celui à qui on parle) – et aux exercices clés de la rhétorique antique. Enfin, les tétralogies d’Antiphon ont servi de modèle pour s’exercer au renversement des arguments. Etudiants et encadrants se sont ensuite amusés à repérer ce type d’éléments dans des articles du Canard enchainé, de sorte qu’ils ont pu constater que la rhétorique antique était toujours pertinente pour décrypter les discours contemporains.

La dernière journée a justement été consacrée au jeu dialectique avec des exercices pratiques autour de l’argumentation et de la dispute pro et contra. Un procès fictif a été organisé avec comme plaignants des cochons venus dénoncer les conditions d’élevage industriel auxquelles ils étaient contraints. Devant un jury composé des encadrants de l’atelier, les doctorants divisés en deux groupes – êtres humains et cochons – ont échangé tour à tour leurs arguments dans une joute verbale qui s’est parfois révélée très drôle. Le procès a permis aux doctorants de mobiliser l’ensemble des compétences abordées pendant les quatre jours de formation : maîtriser son énonciation, sa voix, sa gestuelle, sa respiration… ; se mettre en scène ; analyser la situation rhétorique et adapter son discours à celle-ci et à son auditoire, etc.

Au final, les doctorants sont sortis enthousiastes de l’atelier, avec l’envie de continuer à se perfectionner et d’aller plus loin dans l’appropriation des outils de la rhétorique ancienne. Les concepts d’éthos, logos et pathos ont particulièrement marqué les étudiants qui ont montré une attention particulière à les appliquer lors des exercices de prise de parole.

Akila, en seconde année de thèse d’anthropologie à l’Idemec, est venue à l’atelier avec en tête l’envie de participer au concours « Ma thèse en 180 secondes ». Si elle a déjà eu l’occasion de présenter son travail de recherche sur poster, elle déplore, à l’instar des autres participants, le fait de n’avoir jamais été préparée à l’exercice oral à l’Université avant sa thèse et garde le souvenir d’exposés où elle était très stressée. Au terme des quatre jours d’atelier, Akila dit avoir pris de l’assurance dans sa prise de parole et dans la structuration de son discours.  Elle a particulièrement aimé l’initiation à la rhétorique ancienne dont la mise en pratique directe, à la lumière de débats contemporains, lui a permis d’en apprécier la pertinence : « Le tout conjugué était très utile. C’est ce qui a fait la force de la formation, que je souhaite poursuivre ».

Alpha, Sénégalais en première année de thèse de droit au Centre de droit économique (Droit du sport) éprouve des difficultés à communiquer en français. Bien qu’habitué, dans le cadre d’un engagement politique, à prendre la parole sur YouTube, il éprouve des difficultés de prononciation et souhaitait avoir des retours objectifs sur sa prise de parole: « Je me suis rendu compte que mon énonciation n’était pas bonne, j’ai appris à marquer des pauses, à souffler un peu ! J’ai aussi travaillé mon accentuation » témoigne-t-il. J’ai aussi pris conscience, lors du procès fictif où la prise de parole était obligatoire, que l’on peut intervenir sans s’être préparé, en analysant rapidement le pathos, l’éthos et, le plus important car il concerne le fond de ce dont on parle, le logos.  Je prêterai plus attention à m’adapter à mon auditoire, dont la nature détermine la stratégie avec laquelle on va les emmener au point voulu. »

Dahia, en deuxième année de doctorat en archéologie au LA3M, s’est inscrite avec le souhait de dépasser sa peur. En fin d’atelier, elle témoigne, paradoxalement, avoir pris conscience qu’elle avait plutôt de la facilité à parler devant les gens qu’elle ne connaissait pas : « Je sais désormais que je peux y arriver. Le fait d’affronter des questions directes sans y être préparée m’a donné confiance en moi. J’ai beaucoup amélioré mon énonciation. Je souhaite encore travailler mon argumentation mais, aujourd’hui, je me sens capable de prendre la parole ! »

Plus d’informations sur l’Atelier : https://college-doctoral.univ-amu.fr/formation/914

*L’atelier était encadré par Anne Balansard, professeure de Langue et littérature grecques, affiliée au laboratoire TDMAM ; Louis Dieuzayde, maître de conférences en Arts du spectacle, affilié au LESA, et directeur du théâtre A. Vitez ; Grégoire Ingold, comédien et metteur en scène et Sabine Luciani, professeure de Langue et littérature latines, affiliée au laboratoire TDMAM, et directrice de l’École Doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés ».



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search