La résidence à l’IMéRA de Tincuta Heinzel en 3 questions

L’artiste et chercheuse Tincuta Heinzel répond à nos questions sur le travail de recherche qu’elle mène à l’IMéRA.

Tincuta Heinzel est Maître de conférences à l’Université de Loughborough, artiste, designer et curatrice, particulièrement intéressée à la relation entre les arts et les techno-sciences, avec un accent particulier sur les textiles électroniques et réactifs et les technologies portables. Elle mène à l’IMéRA un projet de recherche intitulé : Designano: The Aesthetics of Imperceptibility

Qu’est-ce qui a motivé votre choix de venir à l’IMéRA pour travailler sur ce projet de recherche : Designano: The Aesthetics of Imperceptibility ?

L’IMéRA est connu pour les projets interdisciplinaires menés en arts et sciences. Qu’il s’agisse des formes de l’interdisciplinarité entre les arts, le design et les sciences sociales, des écritures numériques ou encore des nanotechnologies à travers les arts, l’IMéRA a soutenu des recherches dont le questionnement s’articulait à la jonction entre les pratiques artistiques et/ou relatives au design, la démarche scientifique et le questionnement social et politique. A travers des colloques, des séminaires, des conférences et des expositions, les projets développés aussi bien par les artistes que les scientifiques en résidence ont fait avancer une plateforme de recherche à travers laquelle de nouvelles problématiques, des méthodologies, des formats et des formes de communication sont questionnés et adressés. Tout récemment il y a eu un séminaire sur les écritures « indisciplinées » reliant art, design et sciences sociales, par exemple. Je connais aussi la plateforme AntiAtlas, qui propose régulièrement des évènements liés à la recherche liant art et numérique.

Les collaborations que l’IMéRA a établies avec d’autres institutions de la région (voir, par exemple, le programme sur les pratiques du numérique et les pratiques de l’écoute en collaboration avec l’école d’art d’Aix-en-Provence), sont reconnues dans le milieu des arts médiatiques. La collaboration avec le Mucem, sur la problématique du patrimoine, est également une base de recherche et de rencontre interdisciplinaire très solide. Pour mon projet, j’espère pouvoir travailler avec l’IM2NP (Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence) (vu que la situation liée au COVID ne sera pas trop déstabilisante), rencontrer l’équipe de l’inCIAM (Institut Créativité et Innovations d’Aix-Marseille) qui s’intéresse à la créativité en art et design, et collaborer avec le CEREGE ( Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement) dont les sujets sont pertinents pour mes recherches..

Le fait d’être membre du comité scientifique d’Open Edition a également contribué à ma décision de venir à Marseille, où j’apprécie les efforts déployés pour consolider une infrastructure et des mécanismes de recherche ouverts et interdisciplinaires.

Quelle démarche suivez-vous pendant votre résidence à l’IMéRA ?

Mon projet ici à l’IMéRA, DESIGNANO – The Aesthetics of Imperceptibility, est un projet de recherche qui questionne les changements que les domaine et concept de design sont en train de traverser du fait des mutations ayant lieu dans les domaines des sciences des matériaux. Définis par leur fonctionnalité et manipulés au niveau nano-moléculaire, les nouveaux matériaux nano-fabriqués sont devenus aujourd’hui de vrais « matériaux-machines », performatifs dans des contextes et situations différents. Ce fait met en exergue toute une vision et une tradition du design en tant que domaine qui s’articule autour de la construction, de la fabrication des objets d’usage, industriellement réplicables.

Les questions qui s’imposent à nous en tant que designers sont de savoir comment imaginer, visualiser, travailler et manipuler ces « matériaux-machines », « matériaux-outils » invisibles aux sens communs, tout comme de savoir pour quels usages récurrents il faudrait les concevoir. Alors que les ingénieurs mêmes se proclament en tant que “designers des matériaux”, la question qui se pose est de savoir quel est le rôle et le statut des designers dans les nouvelles configurations disciplinaires. Et cela d’autant plus que le design comme discipline est devenu un champ d’articulation entre les arts, les sciences sociales, les sciences de l’ingénierie et les sciences des matériaux. En même temps, le design se définit également en tant qu’agent entre ces différents acteurs : les utilisateurs, les concepteurs des nouveaux matériaux et techniques, les investisseurs, les représentants de l’industrie, les pouvoirs locaux, régionaux et/ou nationaux (voir en ce sens les théories d’Enzo Manzini). Cela étant dit, on se retrouve en tant que designers devant le dilemme du “comment peut-on faire la translation entre les nano-objets et les objets d’usage courant ?“, “comment trouver un langage qui facilitera la communication entre les différents acteurs ?“.

An image of nano-fibres (Nano-textiles Laboratory, Cornell University)

Dans l’espoir de répondre à cette question, mon projet a pour but d’investiguer les manières possibles de faire cette translation, en questionnant le concept de contexte et de situation d’usage à différentes échelles, du nanométrique au macrométrique, ainsi que d’investiguer les formes imaginaires d’application et d’usage des nouveaux matériaux (indépendamment du fait que cet imaginaire vient des scientifiques ou des amateurs de la chimie). Pour cela, mon intention est de faire une revue de la littérature décrivant des objets nanométriques, ainsi que faire une description des éléments qui contribuent à la définition d’un contexte et d’une situation, encore une fois à différentes échelles.

Quels aboutissements envisagez-vous pour votre projet de recherche d’ici la fin de résidence ?

L’idée de départ était d’organiser une exposition et un séminaire pour présenter les résultats des recherches, ainsi que de publier un texte dans un journal scientifique. Etant donné la situation sanitaire, l’organisation de l’exposition n’est plus envisageable. Par contre, j’espère que les matériaux collectionnés pourront être réunis dans une publication disponible en ligne. J’espère également qu’il sera possible d’organiser le séminaire d’ici fin juin ou début juillet (les dates sont encore à établir), tout comme je compte sur une collaboration avec les équipes de l’IM2NP, de l’inCIAM et du CEREGE.

A plus long terme, mon intention est d’écrire un livre qui analysera et commentera les aspects que je viens d’exposer.

Liens associés :



Citer ce billet
Administrateur (2021, 17 mai). La résidence à l’IMéRA de Tincuta Heinzel en 3 questions. Cahier des fellows de l'IMéRA. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q48h

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search