Energies renouvelables et stockage d’énergie : de l’eau, du CO2 et du soleil

 Retour sur la séance de séminaire du 19 mai 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

A la question « peut-on passer rapidement à une économie totalement décarbonée à base d’énergies renouvelables à 100 % ? », la réponse est négative selon Marc Fontecave, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Chimie des processus biologiques », membre de l’Académie des sciences et promoteur d’une chimie bioinspirée. Cela réclamera du temps et reste conditionnel d’efforts considérables en recherche et développement technologique.

Cette conférence est revenue sur les défis énergétiques contemporains : les risques environnementaux associés aux sources fossiles (comme les dérèglements climatiques, les menaces sur la biodiversité) et à l’électronucléaire (comme les accidents engendrant des rejets de radioactivité, les ruptures de confinement autour des déchets), l’intermittence des nouvelles sources renouvelables d’énergie (éolien, photovoltaïque, houle), les limites de développement des autres (hydraulique, géothermie, biomasse), notamment en termes de surfaces à dédier. Il a proposé de les reformuler en termes de défi de stockage : stockage d’énergie non employée, que les barrages hydrauliques ne sauraient suffire à assurer, et stockage de CO2, face auquel les actuels projets de séquestration en sous-sol semblent totalement dérisoires.

C’est l’occasion d’inviter à regarder les perspectives que propose le modèle du vivant autour de la photosynthèse pour produire de nouvelles substances valorisables énergétiquement (cyano-bactéries, micro-algues en vue d’huiles) et autour de la transformation du CO2 en molécules utiles (polymères) par réduction électrochimique à optimiser. L’occasion aussi de pointer des besoins de recherche sur ces différents domaines, notamment sur le rôle d’enzymes et de catalyseurs métalliques à base de matériaux peu nobles dans la catalyse de l’eau et du CO2.

L’exposé a ainsi souligné l’importance de l’innovation en matière de technologies de l’énergie et du couplage toujours plus nécessaire entre recherche fondamentale et recherche technologique.

Ainsi avance notre réflexion autour de la question des transitions énergétiques qui sert de trame à ce séminaire (lien vers le billet intention) : transitions à ne pas tenir trop vite pour évidentes !

L’intervention de Marc Fontecave du 19 mai 2017 – 64 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 80 mn.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *