La résidence à l’IMéRA de Thomas Serres en 3 questions

Le sociologue Thomas Serres répond à nos questions sur le travail de recherche qu’il mène à l’IMéRA.

Thomas Serres est lecturer à l’université de Californie, Santa Cruz et chercheur associé à l’UMR « Développement et Sociétés ». Il étudie les dynamiques de crise et de réorganisation des systèmes politiques au Maghreb, et tout particulièrement en Algérie. Il est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2021, en partenariat avec l’Université d’Edimbourg et Frédéric Volpi, Senior Fellow 2021-2023, sur le projet de recherche : « Mobilité, parcours hybrides et reconfiguration de la souveraineté en Méditerranée »

Qu’est ce qui a motivé votre choix de venir à l’IMéRA pour travailler sur ce projet de recherche : « Mobilité, parcours hybrides et reconfiguration de la souveraineté en Méditerranée »

Plusieurs collègues et amis basés aux Etats-Unis sont par le passé venus à l’IMéRA dans le cadre de résidences, et ils m’ont souvent parlé avec beaucoup d’enthousiasme de leur expérience à l’Institut, de la manière dont ils avaient pu bénéficier d’un cadre idéal pour développer leur recherche et tisser des liens avec d’autres chercheurs. Il est vrai que dans mon cas, cette résidence à l’IMéRA représente également une opportunité d’avancer avec ce nouveau projet de recherche, en rentrant en contact avec des militants algériens et tunisiens expatriés vivant en France, et en préparant un voyage en Tunisie dans les prochains mois. Par ailleurs, c’est également une occasion de rencontrer des collègues situés dans la région d’Aix-Marseille, qui travaillent sur des problématiques connexes, afin de bénéficier de leur expertise et de développer de nouvelles formes de collaborations.

« Rassemblement du Hirak place de la République à Paris pour célébrer les deux ans du mouvement, sous la surveillance de la police française. Février 2021, photographie de Thomas Serres. »

Quelle démarche suivez-vous pendant votre résidence à l’IMéRA ?

J’étudie plusieurs groupes de militants, principalement d’origine algérienne, puisque ce sont des réseaux avec lesquels j’étais déjà en contact. J’ai essayé de faire de l’observation participante en allant aux marches du Hirak, mais la pandémie complique un peu tout. De la même manière, j’ai pu réaliser quelques entretiens semi-directifs de vive voix, mais les circonstances font que je suis également amené à interviewer des gens à distance. D’une certaine manière, ces contraintes en terme de mobilité et de distance me servent également à penser à mon sujet de recherche, puisque je m’intéresse notamment à la limitation de la mobilité par l’état et aux stratégies d’évitement et de contournement mise en place par ceux qui contestent la légitimité étatique.

Quels aboutissements envisagez-vous pour votre projet de recherche ?

J’ai enfin atteint ce moment dans un projet de recherche où je peux commencer à écrire et essayer de formuler mes idées de manière plus ambitieuse. Je suis actuellement en train de préparer un article sur un mouvement d’opposition algérien créé en Europe, Rachad, qui a joué un rôle croissant dans le Hirak et la vie politique algérienne depuis 2019.  A court terme, je vais discuter une première mouture de ce papier avec d’autres résidents à l’IMéRA, et le réviser pour avoir une version définitive d’ici la fin mai. Et en même temps, je continue ma recherche, dans différentes directions, notamment en France et en Tunisie, avec l’idée de préparer un ouvrage sur les formes de souveraineté non-étatique en Méditerranée de l’Ouest, qui sera publié dans quelques années.

Liens associés :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search