La résidence à l’IMéRA de Frédéric Volpi en 3 questions

Frédéric Volpi, IMéRA Senior Fellow 2021-2023, répond à nos questions sur le travail de recherche qu’il mène à l’IMéRA depuis 2020.

Frédéric Volpi est professeur et titulaire de la chaire de politique du monde musulman au département d’études islamiques et moyen-orientales de l’université d’Édimbourg, et directeur du Centre Alwaleed pour l’étude de l’islam contemporain à l’Université d’Édimbourg. En résidence de janvier à juin 2021, Frédéric Volpi travaille, en collaboration avec Thomas Serres, actuellement résident à l’IMéRA, sur le projet de recherche : Initiative Solidarités musulmanes en Méditerranée

Qu’est ce qui a motivé votre choix de venir à l’IMéRA pour travailler sur ce projet de recherche : Initiative Solidarités musulmanes en Méditerranée ?

L’IMéRA est sans doute l’un des lieux de rencontre académiques les plus adéquats en France, et même probablement sur tout le pourtour méditerranéen, où venir conduire des recherches et organiser des projets sur les dynamiques méditerranéennes. Les réseaux de chercheurs que l’institut a tissé au fil des années, tout autour de la région et au-delà, en font un site d’études extrêmement favorable aux nouvelles rencontres et connexions, dont bénéficie la recherche sur ces sujets. Mon projet se situant à la croisée de plusieurs thématiques de recherche liées au Programme Méditerranée, notamment l’Islam méditerranéen et les relations entre l’Europe et la Méditerranée, il me semblait évident que se trouvait là un site parfait pour développer mon projet sur les solidarités musulmanes en Méditerranée. De plus, l’IMéRA me permet également de positionner ce projet dans l’écosystème de recherche de l’académie d’Aix-Marseille, ce qui facilite ainsi la collaboration avec les institutions, chercheurs et membres de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence) et de Science-Po Aix.  

Quelle démarche suivez-vous pendant votre résidence à l’IMéRA ?

Le projet de recherche sur les solidarités musulmanes en Méditerranée est interdisciplinaire par nature, car la notion même de solidarité s’articule autour de perspectives multiples et parfois très différentes, se référant à l’éthique, la morale, la religion, mais également la politique, l’identité sociale et culturelle, la situation économique, la santé, et bien d’autres éléments encore. L’approche méthodologique combine donc à la fois une perspective politique comparative classique qui trace au fil du temps, à partir des printemps arabes, dans différents pays du pourtour méditerranéen, les positions officielles et les politiques publiques qui sont développées en réponse à de multiples crises qui ont entrainé des mouvements de populations important dans la région (crises sécuritaires, politiques, économiques, environnementales, etc.). A cette perspective centrée sur l’état s’ajoute une approche plus sociétale et anthropologique qui cherche à documenter à travers une étude de terrain (observations, entrevues, etc.) comment les acteurs de la société civiles et les personnes en mouvement elles-mêmes conçoivent et mettent en pratiques des mécanismes de solidarité à leur niveau pour adresser ce que les politiques étatiques ne veulent ou ne peuvent faire.

Arrivals of refugees and migrants to Europe in 2020

Quels aboutissements envisagez-vous pour votre projet de recherche ?

Le projet de recherche sur les solidarités musulmanes en Méditerranée est le fruit d’une collaboration entre l’IMéRA et le Centre Alwaleed de l’université d’Édinbourg qui s’articule sur trois ans et inclut, en plus d’une contribution personnelle de ma part, la venue à l’IMéRA de trois résidents associés au projet qui se succèderont et développeront des aspects différents du projet lors de leur période de résidence respective en 2021, 2022 et 2023. Pour cette première année de recherche, nous concentrons notre effort sur les perspectives étatiques et notamment comment différentes catégories de personnes reçoivent des traitements spécifiques dans différents pays de la région en fonction de la façon dont elles sont identifiées par l’Etat (migrants économiques, réfugies politiques, etc.). Pour l’année prochaine, nous prévoyons déjà de poursuivre cette ligne directrice en considérant, cette fois-ci au niveau sociétal, ce que l’éthique et/ou les lois religieuses requièrent comme pratiques solidaires entre croyants pour ces différentes catégories de personnes. Pour ce qui est de la production académique, nous mettons en place les bases d’un numéro spécial d’une revue telle que Mediterranean Politics et organisons également un atelier de recherche pour communiquer sur ce thème.   

Liens associés :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search