ArTLib – « Travail, libertés, utopies aujourd’hui » : les vidéos du cycle de conférences 2021

Retrouvez dans cet article toutes les vidéos du cycle de conférences “Travail, libertés, utopies aujourd’hui” de l’année 2021, organisé par l’Atelier de recherche « Travail et Libertés » (ArTLib).

Créé en 2019 à l’Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université (IMéRA), l’Atelier de recherche Travail et Libertés (ArTLib) est un collectif interdisciplinaire et international qui vise à discuter et diffuser des idées et des pratiques liées aux transformations profondes du travail et à leurs effets dans la sphère des libertés et des utopies personnelles et collectives.

Coordonné par Enrico Donaggio (Professeur à l’Université de Turin, Senior Fellow de l’IMéRA), ArTLib collabore avec trois UMR du CNRS et d’Aix-Marseille Université – Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST), Centre Gilles Gaston Granger (CGGG), Centre Norbert Elias – et avec d’autres centres de recherche et organismes d’études : Centre d’Études et de Recherches sur les Qualifications (CEREQ), Institut de Psychodynamique du Travail (IPDT), Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD-CNAM), Acante-Travail, Laboratoire des Sciences Sociales Appliquées (LaSSA), Association des professionnels en sociologie de l’entreprise (APSE), Inter-Made, ainsi qu’avec des experts et des artistes indépendants liés au monde du travail.

Les conférences :

Isabelle Berrebi-Hoffmann : Entre histoire et utopie. Qu’est-ce qu’un travail libre ?

Conférence enregistrée le jeudi 25 mars 2021

Isabelle Berrebi-Hoffmann est sociologue (CNRS, Lise-Cnam), auteure de Politiques de l’intime. Des utopies sociales du XIXème siècle aux mondes du travail d’aujourd’hui (2009, 2016) et co-auteure de Makers. Enquêtes sur les laboratoires du changement social (2018).

Depuis les années 1970, on tente de réinventer l’organisation du travail, d’éradiquer la subordination, les règles, les hiérarchies et la routine. Mais une lecture attentive de l’histoire de ces expérimentations – en vue d’un travail défini comme créatif et libre – montre que la liberté rêvée et le prix à payer se redéfinissent au cours du temps. Dans sa conférence, Isabelle Berrebi-Hoffmann parcourra cette histoire d’imaginaires d’émancipation et de pratiques productives. Elle s’appuiera sur des exemples empruntés à ses travaux sociologiques des vingt dernières années dans les mondes du numérique et à une enquête récente dans l’écosystème et les mondes de l’intelligence artificielle de la région du grand Boston et de la Silicon Valley. 


Emmanuel Dockes : Le travail en misarchie. Une utopie pragmatique

Conférence enregistrée le jeudi 8 avril 2021

Emmanuel Dockes est professeur de droit à l’Université Paris Nanterre, auteur de Voyage en misarchie. Essai pour tout reconstruire (2017), Droit du travail (2017).

La misarchie est un gros bricolage, imparfait, pragmatique, qui dessine une sorte d’hyper-démocratie écologique, dans laquelle on s’est débarrassé de l’Etat, du capitalisme et du productivisme, tout en essayant de conserver les fonctions bien utiles que ces monstres procurent. Il s’agit de penser la disparition de l’Etat, sans supprimer l’impôt, les services publics, ni même la police, ou de supprimer le capitalisme sans supprimer la liberté d’entreprendre, la monnaie, ni même la propriété, ou encore de supprimer le productivisme tout en conservant le marché et même un petit consumérisme pas désagréable. Quels sont la place et le destin du travail dans cette utopie ?


A venir : Antonio Casili : En attendant les robots. Utopie de la fin du travail ou nouvelle exploitation ?

Conférence prévue le 27 mai 2021

Antonio Casilli est professeur de sociologie à Télécom Paris, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité (2010), En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic (2019).

Et si, comme l’énigmatique Godot dans la pièce de Samuel Beckett, les robots n’arrivaient jamais ? Que se passerait-il si notre attente quasi-messianique de l’automatisation complète s’avérait une promesse constamment renouvelée, mais jamais tenue ? C’est dans le domaine du travail que cette prophétie pèse davantage. Depuis la première apparition, au XVII siècle, de la notion d’ « usine sans ouvriers » jusqu’aux grandes plateformes numériques, c’est moins un « grand remplacement technologique » qui a lieu qu’un grand encasernement du travail au sein de structures matérielles et idéologiques qui poussent à des formes de subordination et de flexibilisation de plus en plus extrêmes. Cette situation n’est pourtant pas exempte de contradictions, de tensions et d’alternatives.

  • Voir aussi, sur ArTLib :

La résidence à l’IMéRA d’Enrico Donaggio en 3 questions


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search