Iman Mersal est lauréate du Sheikh Zayed Book Award pour son roman « Sur les traces d’Enayat Zayyat »

Le Sheikh Zayed Book Award dans la catégorie Littérature a été décerné à la romancière et l’actuelle résidente IMéRA Iman Mersal. Ce prix très prestigieux dans le monde de la littérature arabe vient récompenser son roman Fee Athar Enayat Al Zayyat (Sur les traces de Enayat Al-Zayyat) publié par Al Kotob Khan Library en 2019 et publié en France par les éditions Actes Sud en avril 2021.

Iman Mersal est Associate Professor of Arabic Literature à l’Université d’Alberta au Canada, poétesse, romancière et traductrice égyptienne. Une anthologie de ses poèmes, qui l’ont placée à l’avant-garde de la poésie arabe contemporaine, a été publiée chez Sindbad/Actes Sud, en 2018, sous le titre Des choses m’ont échappé. Elle est en résidence à l’IMéRA de février à Juillet 2021, titulaire de la Chaire Camus sur les modes de vie en Méditerranée, et mène dans ce cadre le projet de recherche Lakna (accent)

Le Sheikh Zayed Book Award est l’un des plus importants prix mondiaux consacrés à la littérature arabe. Dans son verdict (voir pièces jointes en bas de l’article), le jury salue la créativité avec laquelle l’auteure jongle avec de multiples genres – l’histoire, la recherche, le journalisme d’investigation – pour livrer ce « récit-enquête » basé sur la vie de l’écrivaine égyptienne Enayat Al-Zayyat suicidée en 1963, quatre ans avant la publication de son unique roman, offrant ainsi « une source d’inspiration pour les femmes qui cherchent à connaître leur identité et veulent comprendre les racines de la réalité qui les entoure afin de pouvoir y définir leurs choix ».

Le livre, initialement publié en 2019 a été traduit de l’arabe au français par Richard Jacquemond, Professeur de littérature arabe (AMU) et Directeur de l’IREMAM (CNRS, AMU), et publié en français en 2021 (Sindbad / ACTES SUD).

Le Point de vue des éditeurs (Simbdad / ACTES SUD)

(Extraits du livre sur le site internet d’Actes Sud)

Au début des années 1990, Iman Mersal découvre chez un bouquiniste «L’Amour et le Silence», l’unique roman d’Enayat Zayyat, publié en 1967 et tombé dans l’oubli. Elle ignore tout de son autrice, si ce n’est qu’elle est morte avant d’avoir pu le publier.

Vingt ans plus tard, elle se lance dans une enquête qui va s’étaler sur plusieurs années pour essayer de savoir qui était Enayat Zayyat et de comprendre ce qui a amené cette jeune femme de bonne famille à se donner la mort à vingt-sept ans. Elle glane des bribes d’information dans les archives de la presse, rencontre l’actrice Nadia Lutfi, la plus proche amie d’Enayat, puis des parents et des connaissances. De proche en proche, elle accède à des couches de vérités toujours parcellaires, parfois contradictoires, qui composent un puzzle dont elle sait d’emblée qu’il restera incomplet. Le refus de l’éditeur est-il vraiment la cause de son suicide ? À quand remontait son trouble dépressif ? Quel rôle ont joué dans cette dépression son divorce, la perte de son fils dont le père avait obtenu la garde, ou encore l’éloignement de Nadia Lutfi ? Pourquoi ce suicide alors qu’elle venait d’être embauchée à l’Institut archéologique allemand du Caire pour un travail qui la comblait ?

Toutes ces questions et bien d’autres emmènent Iman Mersal dans une quête à la fois historique et intellectuelle, poétique et intime, qui est aussi une invitation adressée à l’Égypte d’aujourd’hui à se regarder au miroir de son passé récent, celui de ces années 1950 et 1960 qui font l’objet d’un culte nostalgique que ce livre, loin de le nourrir, épluche comme un oignon et décortique feuille après feuille, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien.

  • Documents joints :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search