« Quand scientifiques et artistes unissent leurs forces », l’IMéRA à l’honneur dans Télérama

Télérama consacre un article, dans son numéro du 16 février 2021, aux collaborations entre chercheurs et artistes telles quelles sont mises en œuvre dans de nombreuses institutions en France. L’IMéRA y est évoqué dès les premières lignes comme l’un des pionniers de ces fertilisations croisées.

Lire l’article sur Télérama (Laurence Rosssignol, 16 février 2021, texte intégral réservé aux abonnés) : https://www.telerama.fr/debats-reportages/quand-scientifiques-et-artistes-unissent-leurs-forces-6819235.php

La collaboration de l’artiste autrichienne Regina Hübner en résidence à l’IMéRA en 2019 avec des chercheurs du CIML est citée comme exemple de collaboration art-science. Sur l’invitation de Regina Hübner, une quinzaine de chercheurs du CIML ont fait l’exercice d’écrire une lettre à leur objet de recherche, des micro-organismes du système immunitaire, puis d’inventer la réponse de celles-ci. Un exercice touchant à leur intimité qui n’est guère courant dans leur milieu professionnel, selon l’article, qui souligne le rôle prépondérant que joue ici l’Institut d’études avancées pour mettre en relation chercheurs et artistes.

Plus généralement, l’article rappelle que l’IMéRA se présente comme un « exploratoire de l’interdisciplinarité » dont la raison d’être est de rapprocher les sciences et les humanités en créant ce type de collaborations. L’IMéRA est en outre évoqué comme un des pionniers des croisements entre art et science, tandis que l’article rappelle qu’Aix-Marseille Université, à laquelle l’institut est rattaché, se positionne en pilote de l’interdisciplinarité.

Afin d’expliciter ce qui justifie ces collaborations, la journaliste Laurence Rossignol donne la parole à Thierry Fabre. Pour le directeur du Programme Méditerranée à l’IMéRA, il est nécessaire de créer des passerelles entre les arts et les sciences face à une hyperspécialisation des disciplines. En apprenant à connaître leurs différents protocoles de travail, artistes et chercheurs peuvent ouvrir des possibles dans leurs champs respectifs.

Au sein du site d’Aix-Marseille Université est également cité Cédric Parizot, anthropologue, qui avec son ami Vincent Berhault, a créé le programme « Hétérographies circaciennes » où chercheurs en sciences humaines et sociales et artistes créent de brefs spectacles-conférences. Boris Petric, anthropologue également fait partie aussi des acteurs notables de ces expérimentations art-sciences, en tant que lanceur de la « Fabrique des écritures » au Centre Norbert Elias de Marseille : la Fabrique met à la disposition des chercheurs en sciences sociales de l’équipement comme des caméras, des salles de montage, du matériel de prise de son, pour leur permettre d’écrire la science grâce aux langages du cinéma ou du documentaire alternatif.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search