« Décoloniser l’espace urbain: Jaffa et Budapest », avec Daniel Monterescu

Daniel Monterescu, résident IMéRA 2020-2021, est intervenu le 7 décembre 2020 dans le Webinaire Rue d’Alger#3 Mémoire et espace public organisé dans le cadre du projet Rue d’Alger, organisé par TELEMMe (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, AMU, CNRS) en partenariat avec l’Institut culturel italien de Marseille.

Le projet Rue d’Alger propose la réinterprétation d’éléments urbains marseillais renvoyant aux histoires coloniales, à partir du croisement des perspectives artistiques et de la recherche académique. Le projet investit l’Institut culturel italien (ancienne Casa d’Italia), exemple emblématique de l’architecture fasciste sur le sol français, en ouvrant les portes d’un lieu « dissonant », et en révélant les archives. Si Rue d’Alger questionne la propagande du rêve expansionniste mussolinien, il ne se limite pas à l’élaboration d’un discours uniquement centré sur l’Italie […] En savoir plus sur le projet…

​Voir le webinaire :

Webinaire Rue d’Alger n°3 – Mémoire et espace public – Panel n°1 – Matin

7 décembre 2020 – 10h-12h : Décoloniser l’espace

Michèle Baussand, Fellow ICM, CEFRES, Prague; Daniel Monterescu, Central European University, Budapest/Vienne, IMéRA Marseille; Monika Salzbrunn, Université de Lausanne, projet ERC-Artivism; ​Modération : Pierre Sintès, TELEMMe CNRS-AMU

Le pouvoir s’exprime régulièrement de manière visible dans les espaces publics des villes. Il est présent aussi bien par les travaux d’embellissement que par les grands aménagements ordonnant la ville. Un tel lien entre pouvoir et espace est mentionné par de nombreux auteurs qui voient dans les formes urbanistiques et architecturales ce que Jacques Dreyfus nomme la « ville disciplinaire », une manière d’insinuer des valeurs, une idéologie, des manières de penser par l’intermédiaire des caractères du bâti et des usages qui en sont suggérés. Parmi les différents éléments de cette mise en scène, force est de constater que l’histoire, le patrimoine et l’héritage sont des motifs récurrents, comme des garants réguliers de légitimité. Cette tendance à la « mémorialisation », bien identifiée par les travaux de Françoise Choay, serait même devenue un trait régulier de la fabrique des villes d’aujourd’hui. Cela se manifeste par la mise en scène et la valorisation de (certaines) marques du passé dans le paysage par le biais de dispositifs relevant aussi bien de politiques publiques que de l’action de collectifs ou d’individus. Mais, dans le même temps, les évolutions du monde contemporains ont permis l’émergence de sources de légitimité de plus en plus variées, dépassant le seul niveau des Etats-nations reconnus internationalement. Ce dépassement se fait « par le haut » avec l’affirmation d’acteurs de dimensions globales mais aussi « par le bas », avec l’émergence de pouvoirs locaux ou de groupes jusqu’alors silencieux. L’émergence de ces expressions minoritaires est bien documentée à travers la figure des groupes transnationaux, des diasporas ou des identités subalternes dont la montée en puissance est l’un des éléments marquant la fin du 20esiècle. C’est ainsi qu’au-delà (ou à côté) des mises en ordre de la mémoire et des paysages par les narrations officielles, des versions du passé plus locales, subalternes ou minoritaires sont en mesure de s’exprimer plus régulièrement dans l’espace des villes d’aujourd’hui.

  • Voir aussi, avec Daniel Monterescu :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search