Une approche pluridisciplinaire Economie-Histoire-Démographie pour étudier l’expansion et le déclin de l’ancienne université d’Aix

L’ancienne université d’Aix a-t-elle été génératrice de capital humain ? David de la Croix, professeur à l’Université Catholique de Louvain, résident AMSE/IMéRA à l’automne 2017, et Alice Fabre, Maitre de conférences en Sciences Economiques (AMU, CNRS, AMSE), adoptent une démarche pluridisciplinaire originale pour étudier le corps professoral de l’ancienne université et l’évolution de ses caractéristiques sur le temps long (de ses origines à sa suppression en 1793). Ce projet incubé à l’IMéRA est à présent développé dans le cadre d’un ERC advanced grant de l’Union Européenne.

Aix ville capitale du Comte de Provence, siège d’un Archevêché et d’un Parlement,
Paris, Crépy, fait par Aveline, fin XVIIème siècle. Plan rehaussé en couleur. Fonds bibliothèque Méjanes, Aveline Est. B. 2.
© Bibliothèque Méjanes. Cliché Marc Heller.

Auteurs :

David de la Croix, Full Professor of Economics, Université catholique de Louvain, AMSE/IMéRA fellow (2017), author in the field of economic growth and demographic economics

Alice Fabre, Maitre de conférences en Sciences Economiques, Aix Marseille Univ, CNRS, AMSE, Marseille

Une approche pluridisciplinaire Economie-Histoire-Démographie pour étudier l’expansion et le déclin de l’ancienne université d’Aix

Comme d’autres universités en France, l’ancienne université d’Aix, créée en 1409 par la volonté du Comte de Provence et par une bulle papale, est souvent vue comme déclinante lors de la période moderne. Celle-ci semble avoir peu participé aux grands mouvements que connut l’Europe, à travers la révolution scientifique et les Lumières.

Dans une recherche conduite lors de la résidence de David de la Croix à l’IMéRA, qui a donné lieu à la publication d’un article, intitulé « A la découverte des professeurs de l’ancienne université d’Aix, depuis ses origines à 1793 », publié aux Annales du Midi, nous avons voulu donner de la substance à ce point de vue, et le qualifier, en nous centrant sur les caractéristiques des savants et érudits ayant participé à l’enseignement à Aix-en-Provence sous l’Ancien régime.

Pour ce faire, nous avons combiné des concepts économiques tels que celui du « capital humain » avec la construction d’une base de données prosopographique sur une longue durée. Elle couvre l’ancienne université d’Aix (1409-1793), les écoles qui l’ont précédée (-1409) et le collège royal Bourbon (1603-1763), géré entre 1621 et 1762 par les jésuites.

Une telle base prosoprographique du corps professoral n’existait pas pour l’université d’Aix, comme c’est le cas pour la plupart des universités françaises. Les données que nous avons recueillies proviennent de sources d’archives, de travaux conduits sur l’histoire de l’université d’Aix, basés sur les archives, et de dictionnaires bibliographiques.

L’analyse des données individuelles récoltées permet d’appréhender la démographie de la population des professeurs de l’ancienne université d’Aix en termes de longévité et de mobilité, et apporte ainsi une première contribution, sur la période longue, à la compréhension de l’évolution du capital humain lié au corps professoral.

Les deux mesures de longévité, âge moyen au décès et espérance de vie à 30 ans, indiquent toutes deux une hausse de la durée de vie sur la période 1650-1793. Ce résultat est en adéquation avec la littérature qui suggère que les élites ont été en avance sur l’accroissement de la longévité. À cet égard, les professeurs à Aix s’inscrivent dans une tendance comparable à celle de leurs collègues du reste de l’Europe.

Alexandre V, Bulle fondatrice de l’Université, 9 décembre 1409, copie du XVIIe siècle
Archives municipales d’Aix, AA1, folio 221, liber catenae Cliché André-Paul Jacques

En calculant les distances moyennes et médianes entre les lieux de naissance et Aix-en-Provence, nous montrons une réduction de la mobilité au cours du temps sur la période 1450-1793, principalement dans le domaine juridique, mais également pour les autres disciplines. Cette réduction témoigne d’un ancrage local plus marqué, mais également d’une attractivité nationale et internationale en déclin au cours du temps. Elle s’explique également par la politique de l’université, notamment en droit, qui a eu tendance à défendre ses prérogatives locales.

Le récit du déclin doit toutefois être nuancé dans notre analyse par la trace en termes de notoriété laissée aujourd’hui par les universitaires aixois. Nous avons calculé un indicateur de notoriété actuelle, principalement basé sur les ouvrages des professeurs ou consacrés aux professeurs, qui sont parvenus dans les bibliothèques participantes au catalogue mondial Worldcat, et tenant compte de la trace numérique des professeurs, disposant aujourd’hui ou non d’un référencement dans Wikipédia. Cet indicateur comporte nécessairement des biais, des ouvrages ayant disparu, et des sources étant mieux renseignées que d’autres dans Wikipédia. L’indicateur établi met en avant l’existence d’un âge d’or au début du XVIIe siècle avec Pierre Gassendi, Charles-Hannibal Fabrot, et, au travers d’un lien plus lâche avec l’université, Nicolas Fabri de Peiresc.

Nous montrons également l’absence d’un déclin franc en termes de notoriété pour la période consécutive (1650-1793), du moins si l’on adopte une vision étendue de l’université, incorporant les personnes gravitant à son pourtour et les intervenants du collège royal Bourbon.

L’étude permet par ailleurs de souligner l’importance du collège jésuite, pour sa contribution à l’enseignement des arts libéraux en Provence, et met en évidence sa plus-value en termes de capital humain, avec notamment la présence d’érudits comme Esprit Pezenas.

L’analyse de l’évolution du capital humain des érudits aixois ne permet donc pas de retrouver le « coma universitaire au siècle des lumières » caractérisant selon Patrick Ferté l’université de Cahors, par exemple, et illustrant un phénomène général couramment acquis. Toutefois, ce résultat est conditionné à l’inclusion dans notre échantillon de personnes intervenant à l’université sans en être pleinement membres.

Notre résultat contredit donc partiellement la vision selon laquelle les universités deviennent caduques à la fin de la période moderne, et souligne l’importance de s’intéresser de plus près au corps professoral des anciennes universités françaises sur la longue durée.

Ressources associées :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search