Partis islamistes de gouvernance & solidarités musulmanes dans une Méditerranée en crise, par Frédéric Volpi

Dans le cadre d’une collaboration entre l’IMéRA et l’Université d’Edimbourg, Frédéric Volpi, spécialiste de l’Islam contemporain à l’Université d’Edimbourg et résident à l’IMéRA en 2020, étudie, à partir de l’action de partis politiques comme le PJD ou Ennahdha, comment l’action gouvernementale facilite et/ou fait obstacle à la mise en place de mécanismes de solidarité nationaux et transnationaux

Image by pixpoetry, from Unsplash

Par Frédéric Volpi, Université d’Édimbourg, Centre Alwaleed d’études sur l’Islam dans le monde contemporain, résident 2019-2021 dans le cadre de la Chaire Averroès.

Mon projet de recherche à l’IMéRA porte sur les reconfigurations de l’islamisme dans les pays de la rive sud de la Méditerranée. Le projet doit permettre de mieux comprendre ce que font concrètement les partis dits « islamistes » dans les processus de gouvernance, en particulier dans le contexte de l’évolution politique et sociétale des pays du Maghreb. Depuis des années maintenant, l’idée la plus répandue dans les milieux politiques et les médias européens est que les partis islamistes sont, davantage que les autres acteurs politiques, un obstacle à la démocratie dans ces pays. Cette dernière décennie, depuis les printemps arabes de 2011, permet d’observer et d’analyser concrètement comment ces différents acteurs contribuent à de nouvelles dynamiques sociales et politiques dans la région.

Comprendre les succès et les échecs des partis islamistes actuels et leur rôle dans les trajectoires de démocratisation permet d’avoir une meilleure compréhension des risques et opportunités futures pour la région, ainsi que dans les autres régions du monde où les mouvements islamistes sont présents de façon significative. Pour cela, il est important de regarder en détail quelles orientations stratégiques les partis dits islamistes ont pris ces dernières années et quelles politiques ils ont mis en place ou soutenu dans les pays ayant été transformé par les printemps arabes. Plus spécifiquement, il s’agit d’analyser ce qui peut être de nature structurale et/ou idéologique dans ces processus, et ce qui ne l’est pas, c’est-à-dire différencier ce qui apparait comme des choix assez systématiques ou courants pour ces partis-là et ce qui est contextuel et spécifique à une situation sociale ou politique donnée.

Depuis les printemps arabes de 2011, la Tunisie et le Maroc permettent d’observer l’action des islamistes au pouvoir, toujours dans le cadre de coalitions gouvernementales, ce qui est différent du cas de la Turquie généralement. Dans le cadre marocain, les islamistes opèrent sous le contrôle d’un acteur non-démocratique – la monarchie de Mohammed VI – qui limite de fait la consolidation d’un véritable système de gouvernance démocratique par des acteurs politiques élus. En contraste, nous avons depuis 2011 en Tunisie, sans une telle contrainte extérieure aux institutions démocratiques, une participation importante des Islamistes à la gouvernance du pays dans un contexte de consolidation du système de démocratie électorale et de l’état de droit.

Aujourd’hui, lorsque nous lisons les programmes électoraux d’Ennahdha en Tunisie et du Parti de la Justice et du Développement (PJD) au Maroc et que nous observons leurs politiques gouvernementales, que voyons-nous ? Peu de différences au final avec les partis qui ne sont pas considérés comme d’orientation islamiste. Pour ces acteurs, la démocratie électorale de type libéral est devenue si compatible avec une approche d’inspiration islamique de l’état et de la société qu’il est difficile d’identifier des politiques et positions purement articulées sur des considérations religieuses. D’ailleurs depuis quelques années maintenant, Ennahdha se présente officiellement comme un parti démocrate musulman, et non plus islamiste, par analogie avec les partis chrétiens démocrates en Europe.

Dans une perspective politique, peu d’éléments permettent dans ces mêmes pays de différencier une approche plus islamique telle que professée par le PJD ou Ennahdha d’une approche démocratique libérale conventionnelle telle que proposée par des partis laïcs. Economiquement, le standard néolibéral a été presque complètement approprié malgré quelques (vagues) références à la zakat, la fin des prêts usuriers et le développement d’une finance islamique basée sur les sukuk (obligations compatibles avec la sharia). Dans une perspective sociale également, le référent islamique ne génère que peu de politiques spécifiques qui soient aisément dissociables de ce que des acteurs politiques (laïcs) traditionnels proposent. En particulier, le référent démocratique a été approprié pour se positionner en faveur d’un conservatisme social et du statu quo plutôt que d’un agenda qui mettrait clairement en avant un argumentaire ou une normativité islamique.

C’est dans ce contexte-là que se pose la problématique des solidarités musulmanes face aux crises qui ont lieu dans la région. Alors que les partis dits islamistes sont engagés dans un processus de normalisation politique et adoptent plus ou moins librement les mécanismes de gouvernance des démocraties libérales actuelles, quid de la question des solidarités basées sur le référent islamique ? Depuis les printemps arabes, la région méditerranéenne a été au centre de crises politiques, sociales et économiques (et même environnementales) qui ont généré des flux de population importants. Comment les partis dit islamistes ont-ils répondu à ces crises, et jusqu’à quel point cela nous renseigne-t-il sur les formes de solidarités musulmanes qui opèrent le plus couramment ou efficacement dans la région ?

Le nouveau projet de recherche qui est en train d’être développé dans le cadre d’une collaboration entre l’IMéRA et l’université d’Édimbourg se propose d’étudier à partir de l’action des partis politiques comme le PJD ou Ennahdha comment l’action gouvernementale facilite et/ou fait obstacle à la mise en place de mécanismes de solidarité nationaux et transnationaux. Ces dynamiques sont au centre de nombreuses recherches actuellement dans les pays de la rive nord de la Méditerranée et il est donc utile d’étendre le champ de recherche aux pays de la rive sud. Dans ce contexte-là, il est particulièrement intéressant de rechercher et analyser le rôle spécifique (s’il en est un) des solidarités musulmanes dans l’évolution des formes de civilité et de citoyenneté autour de la méditerranée.

Dans les crises actuelles, alors que les acteurs et politiques étatiques se montrent souvent incapables de gérer effectivement les mouvements de population, les acteurs de la société civile deviennent des intervenants réguliers et souvent incontournables sur le sujet. Par-delà les réponses immédiates et concrètes des états du point de vu sécuritaire, légal-administratif et économique, comment ces interactions sociales transforment-elles tant une société civile qui suppléé aux politiques étatiques que les destinataires de ces politiques ? A quel point ces échanges produisent-ils de nouvelles formes de civilité et de citoyenneté tant pour les migrants que pour ceux qu’ils rencontrent ? Plus particulièrement, quel est l’impact de cette situation sur l’évolution des identités religieuses et les expressions de religiosité ? Comment les identités et pratiques liées à la religion musulmane peuvent-elles influencer les parcours individuels et collectifs, ainsi que les processus de socialisation dans de nouvelles communautés nationales et/ou transnationales ?

Ce nouveau projet de recherche s’articule autour de trois thématiques principales pour la période 2021-2023 :

1) Les discours et politiques d’organisation de la société civile (d’orientation islamique et non islamique) face à des crises génératrices de déplacement de personnes envers lesquelles elles s’engagent.

2) Les interactions de ces organisations avec les personnes en déplacement d’une part, et avec d’autres acteurs de la société civile et les acteurs public d’autre part.

3) L’évolution des idées et des pratiques de civilité et de citoyenneté autour de ces mouvements de personnes dans le débat public.

Frédéric Volpi

Liens associés :


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/09/2020

    […] Partis islamistes de gouvernance & solidarités musulmanes dans une Méditerranée en crise, par Frédéric Volpi, sur Cahier des fellows de l’IMéRA. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search