Vers un art de la rhétorique : la relation audiovisuelle dans les œuvres vidéomusicales

Comment musique, son et image peuvent-ils entrer en relation pour créer une expérience sensorielle unifiée ? Et comment un spectateur perçoit-il ce type d’expérience audiovisuelle ? Myriam Boucher, compositrice de vidéomusique, résidente à l’IMéRA de février à juillet 2020, travaille sur ces questions avec le laboratoire PRISM et le compositeur/chercheur Jean-Pierre Moreau (PRISM, MIM). Cette collaboration, perturbée en raison de la pandémie du COVID-19, va se prolonger en 2021.

Phases, vidéomusique, 2018. Crédit : Myriam Boucher

Myriam Boucher est compositrice et artiste vidéo, professeure adjointe à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, résidente à l’IMéRA en 2020 en partenariat avec le laboratoire PRISM sur le projet de recherche: Vers un art de la rhétorique : la relation audiovisuelle dans les œuvres vidéomusicales.

Entretien réalisé en juillet 2020

IMéRA : Quel était l’objet de vos recherches à l’IMéRA ?

Myriam Boucher : L’objectif du projet Vers un art de la rhétorique : la relation audiovisuelle dans les œuvres vidéomusicales était d’amener le compositeur à explorer de nouvelles façons de combiner le son et l’image en vidéomusique.

Ce travail était réalisé en collaboration avec PRISM (Perception Représentations Image Son Musique, AMU/CNRS) et le compositeur/chercheur Jean-Pierre Moreau (PRISM, MIM). Le projet comportait une composante artistique (création d’œuvres) et une composante scientifique (analyse des œuvres créées). En tant que compositrice de vidéomusique, je m’intéresse à la façon dont la musique, les sons et les images en mouvement peuvent rentrer en relation et cohabiter dans un monde inventé afin de créer une expérience sensorielle unifiée. Je m’intéresse également à la façon dont ce type d’expérience audiovisuelle est perçue par un sujet (un audio-spectateur) au niveau des sensations, des impressions, des émotions et du sens. Cela touche plusieurs aspects de l’être humain, notamment la mémoire, les expériences vécues et les conduites d’écoute. En ce sens, l’approche scientifique de ce projet est phénoménologique, se concentrant sur la réception et la perception des stimuli. C’est pourquoi j’étais intéressée à collaborer avec des gens de diverses disciplines au sein d’une démarche réellement interdisciplinaire. L’IMéRA me semblait donc l’endroit idéal pour faire ce genre de recherche.

IMéRA : Pouvez-vous définir ce qu’est la vidéomusique et les enjeux de vos travaux à ce sujet ?

Myriam Boucher : La vidéomusique est un art multidisciplinaire impliquant la présence de deux supports, visuel et sonore. Elle s’inspire de différents courants tels que le cinéma expérimental, l’art vidéo et la musique électroacoustique. Tout comme ses sources d’inspiration, elle valorise l’utilisation de la technologie pour la mettre au service de son art. Elle est également caractérisée par une pensée audiovisuelle et musicale, un travail des matériaux et une construction de sens à travers un langage plus près de la poésie que du récit de prose. La composition vidéomusicale présente un vaste monde de possibilités en matière de dynamiques. Les sons et les images peuvent suggérer des trajectoires, des mouvements, des courbes, ou encore des formes dont le déroulement temporel servira à rendre compte d’une portée expressive. Le désir de comprendre la relation son/image et le discours audiovisuel dans un contexte où le son n’est pas asservi à l’image, à l’histoire et aux dialogues a servi de point de départ à cette recherche. La plupart des théories du cinéma discutent du son dans un contexte narratif. Plusieurs de ces théories reposent sur le constat que le son et la musique sont au service des images, qui elles, sont quant à elles au service de l’histoire racontée. Ce n’est pas le cas en vidéomusique et dans plusieurs pratiques expérimentales sur film et vidéo, puisqu’il n’y a pas de narration à proprement parler. La vidéomusique doit donc être analysée et étudiée différemment, en prenant notamment comme modèle la musique électroacoustique et en étudiant les processus rhétoriques qu’elle utilise dans la construction de son discours.

Recommencement, vidéomusique, 2020. Crédit : Myriam Boucher

IMéRA : En quoi consistait votre collaboration entre le laboratoire PRISM ?

Myriam Boucher : Ma collaboration avec le laboratoire PRISM concernait deux aspects, l’un avec les membres de PRISM et le séminaire de phénoménologie qu’ils organisaient chaque semaine, et l’autre avec Jean-Pierre Moreau, qui s’intéresse comme moi à l’étude de la vidéomusique depuis des années. L’approche que moi et Jean-Pierre proposons emploie deux outils que nous avons respectivement développés : la typologie des relations son/image et les profils temporels. Si nos pratiques sont semblables, nos résultats théoriques divergent quant au vocabulaire employé. Nous avons donc commencé, au début de ma résidence, à étudier nos résultats respectifs afin d’établir leurs complémentarités et leurs incompatibilités. L’un des aspects de cette recherche consistait par ailleurs à composer une série de pièces vidéomusicales selon les profilés temporels et à partir d’un script audiovisuel basé sur les pictogrammes, modèles de représentation décrits par Jean-Pierre dans ses travaux, puis à les analyser afin de vérifier si le résultat, sur le plan perceptif (réception et représentation), converge ou diverge d’avec le script initial. L’objectif, tant sur le plan artistique que scientifique, consistait aussi en l’étude des relations son/image existantes dans un tel contexte de création, ceci afin d’être en possibilité d’étendre les capacités expressives – lexicale et de syntaxe – de l’œuvre audiovisuelle. Comme les ateliers d’analyse ont dû être annulés à cause de la situation exceptionnelle entraînée par la pandémie COVID-19, elles ont été reportées en 2021. Les résultats de ce projet de recherche seront donc divulgués en 2021.

IMéRA : Dans quelles conditions avez-vous mené vos recherches dans ce contexte de pandémie du coronavirus ?

Myriam Boucher : La plupart des organismes auxquels j’étais associé ont dû annuler leurs activités dès le mois de mars. J’ai aussi malheureusement dû quitter le site de l’IMéRA à la mi-mars 2020 afin de rentrer au Canada. La création d’œuvres et les ateliers d’analyse ont été annulés. Elles seront reportées en 2021 et adaptées selon le contexte. Durant ma résidence, je me suis alors penchée sur l’étude du discours vidéomusical afin d’approfondir cet aspect de la recherche. Mon étude à ce sujet est toujours en cours. Je prévois de publier les résultats dans la prochaine année.

IMéRA : Envisagez-vous de continuer votre collaboration avec le laboratoire PRISM ?

Myriam Boucher : Le contexte interdisciplinaire de PRISM m’aurait sans aucun doute donné l’occasion d’explorer de nouvelles pistes de recherche. Ce processus a été entamé lors de mes premières rencontres avec les gens de PRISM, mais ne s’est malheureusement pas développé à cause de l’annulation de leurs activités. Je compte cependant poursuivre cette collaboration par l’intermédiaire de Jean-Pierre, avec qui je poursuivrai ce projet de recherche, et par l’organisation de certaines activités avec PRISM (le format de ces activités reste à déterminer). Cette résidence m’a aussi encouragé à poursuivre dans la voie de l’interdisciplinarité en multipliant les occasions de rencontres et d’échanges avec des chercheurs et artistes de diverses disciplines. L’aspect interdisciplinaire de la résidence m’a d’ailleurs fortement inspiré comme modèle de recherche et de création. Nouvellement professeure adjointe à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, je souhaite mettre en place un laboratoire de recherche-création interdisciplinaire sur la musique, le son et l’image. J’espère donc continuer à collaborer et échanger avec PRISM à différents niveaux.

Liens associés :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search