Les scénarios énergétiques et les visions bas carbone : un retour d’expérience sur des exercices d’esprit R&D

 Retour sur la séance de séminaire du 28 avril 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

Economiste ayant rejoint l’Institut de Technico-Economie des Systèmes Energétiques du CEA sur les thématiques des bioénergies (notamment les biocarburants de deuxième génération), des questions d’approvisionnement, des analyses territoriales et de la prospective énergétique, après avoir travaillé pendant plus de dix ans au service de la filière forêt-bois (dans le cadre de l’Institut technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement), Elisabeth Le Net a proposé de nous faire partager son expérience au sein de l’Alliance Nationale de Coordination de la Recherche pour l’Energie (ANCRE) qui a pour mission de coordonner et de renforcer, pour le compte du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, l’efficacité des recherches sur l’énergie qui sont menées par les organismes publics nationaux. ANCRE a notamment une mission applicative : donner des éclairages sur le souhaitable et le souhaité en matière de solutions énergétiques et de réponses au Défi n°2 « Une énergie propre, sûre et efficace » du programme H2020 de recherche et d’innovation de l’Union européenne. Cette mission s’opérationnalise au travers, en particulier, de la production de scénarios technologiques de transition énergétique.

Coordonnées par le groupe programmatique (GP) « Prospective énergétique globale » d’ANCRE, les actions en la matière ont récemment conduit à la réalisation de trois exercices :

Le séminaire a été l’occasion d’en interroger les forces et les limites à partir de l’examen des conditions de leur production.

Forces et limites des scenario de l’ANCRE tiennent bien sûr :

  • au choix d’horizon temporel (2050, avec une étape obligée vers 2025 où la part du nucléaire dans la production d’électricité devrait être de 50 %)
  • au choix d’objectifs (limiter à 2° le réchauffement climatique d’ici 2100, diminuer les rejets de GES d’un « facteur 4» d’ici 2050)
  • aux hypothèses de travail : 1,7 % de croissance du PIB, une croissance démographique de 15 % d’ici 2050, des technologies jamais entravées dans leur diffusion

Mais il faut aussi voir :

  • les conditions concrètes d’implication des expertises mobilisées (prises dans les 5 GP de l’Alliance qui couvrent les principales ressources énergétiques et dans les 3 GP traitant des principaux usages de l’énergie) et les enjeux de coordination des contributeurs invités à déborder leurs compétences strictes à cette occasion
  • les conditions de développement de l’outil OPERA pour la simulation du système énergétique français, qui intègre davantage de dimensions au gré des contributeurs qui se manifestent (il en va ainsi récemment des besoins de stockage et d’effacement des pointes de demande, de l’importance de l’hydrogène et du CH4, au détriment des travaux sur la capture et la séquestration physique du carbone…)
  • les effets d’apprentissage dont ces exercices sont le lieu (qu’il faudrait documenter par une démarche prosopographique suivant précisément qui s’implique dans les exercices et à partir de quelle trajectoire de recherche et d’inscription dans les structures politiques et industrielles d’orientation du secteur…)

Où la scénarisation se révèle un objet de recherche en soi, par-delà les scenarii qui sont autant de produits de recherches diversement articulées les unes avec les autres !

Ainsi avance notre réflexion autour de la question des transitions énergétiques qui sert de trame à ce séminaire : transitions à ne pas tenir trop vite pour évidentes.

L’intervention d’Elisabeth Le Net du 28 avril 2017 – 73 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 101 mn.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *