L’étrange confinement solitaire d’Alaa el Aswany à Marseille, l’écrivain amoureux des gens – Article de l’AFP

Julie Pacorel et Isabelle Wesselingh, journalistes à l’AFP Marseille, sont allées rencontrer l’écrivain égyptien Alaa El Aswany, en résidence à l’IMéRA de février à Juillet. Article publié sur Nice Matin le 3 mai 2020.

Alaa El Aswany est un romancier égyptien. Il a notamment écrit « l’Immeuble Yacoubian », vendu a plus d’un million d’exemplaires en langue non arabe. A l’IMéRA, il travaille sur le projet de recherche « Imaginaires de villes. Alexandrie-Marseille, allers et retours« .

Seul dans la « Maison des astronomes », l’écrivain égyptien Alaa el Aswany vit un étrange confinement à Marseille, loin des siens aux Etats-Unis et en Egypte, espérant que le monde apprendra à « dépenser plus pour les hôpitaux et moins pour les armes ».

Arrivé en février pour une résidence littéraire dans cette ville méditerranéenne bruyante, animée et métissée qui lui rappelle Alexandrie, l’auteur du best-seller « L’immeuble Yacoubian » s’y est d’abord baladé entre ses séances d’écriture et ses conférences, observant les gens sur le Vieux-Port de Marseille, goûtant la joie des conversations au bord de mer.

Puis le 17 mars, la France s’est confinée comme la moitié de l’humanité pour lutter contre l’épidémie du nouveau coronavirus.

Du jour au lendemain, un des écrivains les plus célèbres du monde arabe, traduit en une trentaine de langues, s’est retrouvé seul sur le site déserté de l’Institut d’études avancées Iméra de l’Université Aix-Marseille.

« L’Egypte me manque, mes amis aussi, mais la dictature ne me manque pas. Un écrivain a besoin d’oxygène », dit-il, confiant s’être senti « en exil » dans son propre pays tant l’atmosphère y avait changé depuis les espoirs de démocratisation du Printemps arabe.

Lire la suite sur Nice-Matin…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search