Le Covid-19 et la pratique de la prière chez les musulmans, par Lahouari Addi

Ibn Badis Mosque, Oran, Algeria (Abdelhak Sidi Ali Mebarek, Unsplash)

Une réflexion de Lahouari Addi sur la fermeture des mosquées dans plusieurs pays musulmans en raison de la pandémie de Covid-19. Lahouari Addi est chercheur associé à Georgetown University, a été Co-titulaire de la chaire AUF / IMéRA sur « Transformations Structurelles et Dynamiques Institutionnelles en Francophonie » du 9 septembre 2019 au 7 février 2020. Il a notamment signé en octobre 2019 l’ouvrage La crise du discours religieux musulman : le nécessaire passage de Platon à Kant.

Lorsque la pandémie du Covid-19 s’est déclarée et que de nombreux gouvernements ont pris des mesures interdisant les rassemblements dans les lieux publics, beaucoup de personnes ont pensé que les pays musulmans allaient connaître des troubles et des désordres. La prière est l’un des cinq piliers de l’islam et, socialement, elle est la marque distinctive du musulman pratiquant. Ce dernier est convaincu qu’elle garantit l’accès au paradis et surtout éloigne l’individu des turpitudes vers lesquelles le poussent ses instincts. Elle est aussi un gage de droiture puisque celui qui observe ce devoir religieux s’abstient de faire du mal à autrui du fait même qu’il craint Dieu. Il y a par conséquent une psychologie sociale qui fait qu’elle est vécue comme une espérance eschatologique et une garantie profane. C’est avec cet esprit que des centaines de millions de personnes prient dans des mosquées, en particulier le vendredi vers 13h.

Du Maroc à l’Indonésie, les cinq prières quotidiennes structurent la journée et servent de repère temporel aux activités profanes de la journée. Un commerçant indisponible informera par exemple par écriteau que le magasin est fermé jusqu’au dhor (13h), ou un autre dira à un ami qu’il doit aller chez le mécanicien avant al ‘asar (17h). Plus qu’un rituel, la prière régule l’écoulement de la journée et sert aussi de prétexte à rencontrer des personnes supposées fréquentables puisque fréquentant la mosquée. Parmi les cinq prières quotidiennes, c’est celle du Maghreb (coucher du soleil) qui réunit le plus de monde. Elle a lieu après la journée du travail et annonce le début de la nuit. Elle est par la force des choses un habitus collectif, une activité sociale qui permet d’avoir juste après des discussions sur le sermon de l’imam, sur la politique et aussi sur la vie de tous les jours. Le Coran n’impose pas de s’en acquitter en groupe à la mosquée, mais les habitudes en ont fait une activité collective.

En général, le musulman ne se rend pas à la mosquée pour prier que s’il est malade. Plusieurs absences du lieu du culte provoquent les inquiétudes de la part d’amis qui se disent « ce n’est pas son habitude ». A la mosquée, on ne rencontre pas que Dieu ; on rencontre aussi des visages familiers avec qui on évoque les problèmes quotidiens sur le chemin du retour à la maison. Par conséquent, la décision prise par les autorités de fermer les mosquées, obligeant les croyants à prier chez eux, individuellement ou en famille, était susceptible d’être rejetée massivement. Dès les annonces des gouvernements relatives à l’interdiction des rassemblements dans les lieux de culte, des personnalités religieuses ont exprimé leurs frustrations et leurs désaccords. Leurs discours répétaient que le danger de la pandémie n’est pas au-dessus de la volonté divine. Ce n’est pas le covid-19 qui tue, mais Dieu. Ne pas aller à la mosquée, c’est montrer qu’on a plus peur de la pandémie que de Dieu. Cette position a été celle de nombreux religieux et islamistes. Ali Belhaj, ancien numéro deux du FIS en Algérie, a enregistré une vidéo dans son appartement à Alger où il reprochait au gouvernement d’empêcher les fidèles d’accomplir leur devoir religieux collectivement, soulignant que la mosquée n’est pas plus propice à la maladie que le marché ou la caserne. Il n’a pas été suivi et a même été désavoué par d’autres personnalités religieuses, y compris des islamistes.

Comment expliquer que les musulmans dans leur majorité aient accepté les mesures drastiques et exceptionnelles qui sacrifient la forme collective d’une obligation religieuse prescrite par le Coran ? Il me semble que le comportement religieux des croyants est plus pragmatique, plus souple dans des périodes exceptionnelles qu’en temps ordinaire. En temps ordinaire, la surenchère dogmatique s’impose plus facilement. En temps extraordinaire, comme les pandémies et les guerres, les croyants sont plus attentifs aux ressources théologiques qui donnent la priorité à la vie par rapport à la pratique rituelle. Les arguments mobilisés par les autorités politiques et religieuses puisent dans le corpus religieux. Ils rappelaient que si, en effet, la prière est une prescription coranique obligatoire, le texte sacré n’oblige pas à l’effectuer à la mosquée. Sa pratique à la mosquée est recommandée mais elle n’est pas obligatoire. Le verset 62 de la sourate 9 ne précise pas si elle doit être faite individuellement ou collectivement. Le rite malékite fait de son caractère collectif une obligation, avec cependant des exceptions légales, dont la maladie. Dans le débat actuel, des oulémas ont rappelé que la maladie est une raison légale de s’abstenir d’aller à la mosquée, mais tenter d’éviter la maladie est aussi une autre raison légale. C’est sur la base de cette exégèse que les gouvernements des pays musulmans, avec l’exception du Pakistan et de l’Iran (le pays musulman le plus touché en nombre de victimes), ont décrété la fermeture des lieux de prière. L’Arabie Saoudite, où se trouvent les deux lieux saints de l’islam, a dès le mois de mars, suspendu la ‘omra, pèlerinage annuel, et a informé qu’il est possible que le hajj annuel, prévu cette année en juillet, soit reporté à l’année prochaine.

Il semblerait que la majorité des croyants ont été sensibles à cette exégèse qui met en avant la préservation de la vie comme devoir religieux. Les oulémas ont expliqué que si Dieu donne la vie et la reprend, il ne faut pas aussi se mettre en danger et compter sur Dieu pour être en sécurité. Compter sur Dieu fait partie de la psychologie religieuse des croyants musulmans. La formule tawwakalna ‘ala Allah est prononcée souvent plusieurs fois durant la journée. Elle a fait l’objet d’interminables discussions byzantines entre fuqahas et oulémas. Il s’agissait de savoir s’il fallait compter totalement sur Dieu ou s’il fallait aussi compter un peu sur soi-même en réfléchissant aux conséquences des décisions prises. Les oulémas encouragent l’esprit du tawwakul (compter sur Dieu), mais ils posent des limites. On raconte qu’un jour, une personne s’est adressée au prophète en lui demandant s’il doit laisser son chameau libre et compter sur Dieu, ou s’il doit l’attacher. Le prophète aurait répondu : attache-le et compte sur Dieu. Traduit aujourd’hui, ce hadith voudrait dire : évitez de prier à la mosquée pendant la pandémie et comptez sur Dieu.

Lahouari Addi

Liens associés :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.