De l’effet personnage à l’identité du personnage, par Zaven Paré

Carnet de Collage, Montréal, 1988, Copyright Zaven Paré

Zaven Paré est artiste et expert en robotique, chercheur en « design d’interaction » à l’Escola Superior de Design Industrial/Universidade do Estado do Rio de Janeiro (ESDI/UERJ). Il est résident du programme Art, science et société du 3 février au 26 juin 2020 sur le Projet de recherche : Sonzai-Kan et Cognition (Interprétation de la surveillance du comportement pour le design d’interaction) – projet en collaboration avec l’Institut de Neurosciences de la Timone – INT (AMU/CNRS). + d’informations ICI

Depuis l’aurore, dans un des compartiments de troisième classe, se trouvaient assis en face l’un de l’autre, près de la même fenêtre, deux voyageurs, — tous deux jeunes, tous deux vêtus sans élégance, tous deux porteurs de physionomies assez remarquables, tous deux, enfin, désireux d’entrer en conversation ensemble. (Fédor Dostoïevski, L’idiot, 1874, Chapitre 1).

Le prince Mychkine et Rogojine sont assis face à face. Dès l’épigraphe de L’idiot, grâce au huis clos, Dostoïevski place ses personnages dans une boîte de Pandore de relations sociales : le compartiment de train. La cabine est exigüe et la convivialité obligée. « Le brouillard était tel qu’à neuf heures du matin on voyait à peine clair ; à droite et à gauche de la voie ferrée il était difficile d’apercevoir quelque chose par les fenêtres du wagon. » L’opacité des fenêtres aidant, la conversation ne tarde pas. Cette situation d’enfermement entre Varsovie et Saint Pétersbourg fonctionne comme une capsule de récit. Durant ce trajet en train, avec l’illusion que c’est l’espace qui fuit, les personnages sont temporairement contraints à l’inaction en même temps qu’assujettis à communiquer. Mychkine « semblait distrait, fort distrait, presque inquiet ; sa manière d’être devint même étrange : parfois il regardait sans voir, écoutait sans entendre, riait sans savoir lui-même pourquoi. »

Le troisième occupant du compartiment est un employé plus ou moins instruit sur l’un des passagers et ignorant encore tout de l’autre. Ce témoin est la métonymie du lecteur. Il considère d’un œil curieux Rogojine. L’expression hardie et présomptueuse du regard gris du jeune homme semble chercher l’approbation dans celui des autres. Mychkine, lui, a les yeux bleus et fixes: « Leur regard doux mais pesant offrait cette expression étrange qui révèle à certains observateurs un individu sujet aux attaques d’épilepsie. » Le prince quant à lui, semble craindre l’attention des autres.

Mychkine et Rogojine ne se connaissent pas. «  Si chacun d’eux avait su ce que son vis-à-vis offrait de particulièrement curieux en ce moment, ils se seraient sans doute étonnés du hasard étrange qui les avait mis en face l’un de l’autre dans un wagon de troisième classe. » Les voyageurs dialoguent, et au décours de cet échange, les connaissances de chacun s’en trouvent changées par l’appréciation subjective de chacune de leurs déclarations. Flottent tantôt des interrogations, tantôt des doutes. Des informations sont apportées au récit par cette conversation. Le lecteur y participe, sans savoir ou comprendre si cela l’intéresse ou non, sans être concerné et sans savoir si cela aura quelque importance pour la suite du récit. Témoins de la scène, au même titre que l’autre passager, le lecteur découvre la personnalité désaccordée de Mychkine dont le personnage se construit peu à peu. Lors de la rencontre, son identité est déclinée par la description de son visage, de son apparence et de ses vêtements, mais aussi au travers de l’identité abstraite construite par le regard des autres qui s’arrêtent notamment sur certains signes de son idiotie. Dostoïevski restitue par le dialogue ce qu’il ne peut décrire de ses états psychiques. Par les dispositifs littéraires mis en place, L’idiot peut être interprété comme un roman clinique.

Notre point de vue et celui de l’autre passager objectivent les deux personnages. Mychkine semble vulnérable aux préjugés d’autrui, mais de toute façon, la société vers laquelle il retourne l’empêchera de vivre de façon indépendante du jugement des autres. Le personnage de L’idiot qui est généralement présenté comme un tête à tête d’un homme avec lui-même et la satisfaction de sa propre conscience, n’existe finalement que sous le regard des autres. La triangulation dans laquelle l’autre passager ou le lecteur sont placés dès le dialogue du compartiment souligne l’importance de l’observation des autres pour renforcer l’identité des personnages.  Mais, être chosifié est une épreuve pour Mychkine. L’épilepsie altérant la constance, l’unité et la reconnaissance du même, le personnage reste impuissant à se définir lui-même. L’identité d’idiot ne suffit pas pour rendre Mychkine singulier, car il ne divorce jamais de ses semblables qui le démarquent. Sous les regards ou victime d’attaque d’épilepsie, Mychkine a sans cesse peur de ne plus s’appartenir. Peut-être cherche-t-il son reflet dans la fenêtre du train pour essayer de voir ce que les autres pourraient saisir de lui. Ce ne serait pas par narcissisme, mais pour essayer de convoquer l’autre qu’il est sous leurs regards. La médiation des autres est comme le miroir d’un regard sur lui, pour essayer d’avoir la conscience de sa propre existence, et plus tard la conscience de ses désirs et de ses choix.

Mychkine ne cessera de dépendre des autres, des cercles, des recommandations, et pas seulement de son défunt bienfaiteur. Mais surtout, dans des malentendus sans fin avec ses interlocuteurs, toutes ses tentatives d’adéquations sociales ou émotionnelles seront vaines. Même son désir pour Nastasia qui le hantera sera le souhait d’être sauvé et de trouver un salut en étant considéré. Dostoïevski ne se contente pas de faire apparaitre son personnage en le rendant présent, ou en l’assignant à un rôle pour renforcer l’ « effet personnage » ; mais il plante Mychkine dans une foule de personnages qui révèlent son identité. Les personnages de Dostoïevski existent par leur interdépendance, voire leur dépendance d’une multitude d’autres personnages, dans un rapport de l’individuel au collectif, et dans un rapport de l’identité sociale à l’identité subjective. Considérant que nombre de romans russes sont des fresques de personnages, que les prénoms russes se déclinent comme des substantifs ; et considérant que Dostoïevski s’attache à la place sociale de chacun de ses personnages, à leurs titres, à leurs bonnes et mauvaises fortunes, c’est comme s’il cherchait à garantir que toute leur biographie soit associée à leur identité nominale. Au-delà du rôle qu’il attribue à chaque personnage, la continuité temporelle du sentiment subjectif d’une unité personnelle des personnages repose entièrement sur la construction de ces identités.

La façon avec laquelle le monde regarde Mychkine influence ses sentiments vis-à-vis de lui-même. Peut-être que ses sentiments personnels à leur tour influencent sa façon de voir le monde qui le renvoie alors à sa maladie et à sa condition d’idiot. En plus de sa maladie, c’est le regard des autres qui l’aliène socialement, émotionnellement et mentalement.

Même si dès la scène du compartiment de train, Mychkine parait un être fondamentalement bon, sous l’étiquette d’idiot, le lecteur finit aussi par rejeter ses pensées et ses comportements, car personne ne souhaite s’identifier à celui que l’on relègue dans la catégorie des dérangés, des naïfs et, bien sûr, des idiots.

Marseille, 15 Mai 2020

Zaven Paré

Résident du programme Art, science et société

IMéRA – Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search