Lettre à mes Aïeules, par Nouzha Guessous

Nouzha Guessous est professeure de l’Université Hassan II de Casablanca (Maroc), chercheure en droits des femmes / droits humains et en bioéthique ; titulaire de la chaire Averroès de l’IMéRA/A*MIDEX-AMU en 2019-2020 et membre fondatrice de la chaire Fatéma Mernissi. Voir son projet de recherche à l’IMéRA ICI. Email : nouzhaguessous@gmail.com

Lettre à mes aïeules

Chère maman, chères aïeules

Voilà deux mois que comme la moitié de l’humanité je suis confinée à cause de la pandémie du covid 19, sale virus auquel du-reste je refuse de mettre une majuscule. Durant chacun de ces jours et chacune de ces nuits, vous avez été présentes dans ma mémoire, mes émotions et mes pensées. Et si sans préméditation aucune j’ai attendu la veille du déconfinement pour vous écrire et m’écrire à moi-même, je crois bien que c’était pour vivre pleinement et jusqu’au bout chaque moment de cette expérience inédite.

Aujourd’hui, je me sens prête à vous parler, à toi ma chère maman et à vous mes aïeules, ainsi qu’à toutes les femmes qui ont précédé ma génération. A vous toutes qui avez été assignées à des fonctions de filles, d’épouses et de mères dans les frontières physiques et sociales des maisons familiales où vous avez vécu.

Loin de moi l’idée de comparer mon confinement strictement ‘spatial’ à toutes les formes de celui que vous avez vécu. Et pourtant la simple restriction de mes mouvements et de mes sorties n’a pas été simple dans ce que j’ai vécu comme une sorte d’exil loin de chez-moi, de ma ville et de mon pays. Loin des miens avec la peur de la maladie et de la mort pour eux comme pour moi.

Je ne pouvais m’empêcher de penser à votre vie à l’intérieur de ces maisons si belles soient-elles pour mes aïeules privilégiées, si modestes pour les autres femmes. Pour me distraire, je vous imaginais autour de Fatéma Mernissi1 et de Driss Chraibi2, tous deux aujourd’hui avec vous, les écoutant vous raconter leurs souvenirs de vos vies enfermées, dans leur beau style nuancé mais tellement réaliste, non sans dérision mais toujours dans le respect de vos vécus.

Vous étiez-là à venir me secouer à mes moments de fléchissement et de laisser aller moral et physique. Toi ma chère maman par tes injonctions répétées à ne jamais baisser les bras. Et vous toutes mes autres aïeules par les épreuves autrement plus difficiles auxquelles vous avez eu à faire face votre vie durant. Vous qui, comme le disait si bien Fatéma, étiez enfermées dans un double harem3: l’un physique, « visible », qui vous empêchait d’accéder à l’espace public ; et l’autre « invisible », celui de l’analphabétisme qui vous empêchait d’accéder à l’éducation, au savoir et au travail salarié. Quand j’y pensais, je ne pouvais m’empêcher de sentir vos frustrations et vos colères ; mon oreille et mon cœur étant encore à ce jour pleins de celles de toi, ma chère maman dont j’ai toujours senti gronder la révolte.

Pour autant, je réalisais à tout moment la futilité de mes impatiences, moi qui vivais en cette époque d’atténuation incontestable non seulement des frontières physiques mais aussi de celles symboliques, ces fameux hudud4 imposés aux femmes de vos générations, si critiqués et disséqués par ma chère Fatéma. J’y ai redécouvert le plaisir et l’intérêt d’écouter la radio comme toi maman, la fidèle auditrice des émissions pour les femmes. Et comme la chère « Mère!… » de Driss Chraibi dans laquelle je me retrouvais lorsque je commentais seule et à voix haute les émissions que j’écoutais. J’étais certes confinée mais je pouvais avoir accès à tout ce qui se passait dans le monde d’aujourd’hui, à découvrir ou redécouvrir celui d’avant par la lecture, la documentation. Je pouvais avoir la dose que je voulais d’arts et de spectacles en ligne grâce à la télévision et à internet. Je pouvais faire du sport et même retrouver le plaisir de cuisiner ou de faire le ménage, moi qui n’y avais jamais été assignée.

Plus encore, je pouvais interagir et discuter en face à face et dans le respect de la distanciation de sécurité contre le covid19 avec des collègues hommes confinés avec moi dans la même résidence. Nous étions égaux en droit à la pensée et à la parole, égaux en citoyenneté et en responsabilité.

Consciente de tous les privilèges dans mon confinement, je me consolais vous concernant en pensant aux capacités de rêves que vous aviez, et à toutes les ruses et les rébellions dont vous usiez pour contourner votre isolement. C’est ainsi que, parfois soutenues par les hommes justes5 de votre entourage, pères, maris ou fils; vous avez progressivement jeté les bases de la remise en question sociale et juridique de l’exclusion des femmes des générations qui vous ont succédé, ce que j’imaginais Fatéma et Driss Chraibi vous décrire.

Mais là encore, parfois des peurs me saisissaient. Elles s’insinuaient en moi par la conscience de deux risques qui aujourd’hui me paraissent importants voire majeurs.

Le premier, antérieur à cette crise de covid, a constitué et constitue encore un des outils majeurs de toute l’idéologie de diabolisation du corps des femmes, sous des prétextes souvent religieux mais dont la base est clairement patriarcale. Malgré tous les maquillages, il œuvre en sourdine partout et au quotidien à l’invisibilisation des femmes, en les harcelant dans l’espace public ou en les forçant à se voiler. Et là où les lois juridiques et sociales le permettent encore, il met les déplacements des femmes sous le contrôle de leurs tuteurs légaux et symboliques.

Le deuxième risque concerne l’avenir et les régressions possibles au vu de la crise économique et sociale qui suivra inévitablement cette crise sanitaire. Je crains que le slogan ‘Restez chez-vous’ qui n’a cessé d’être répété ces deux derniers mois, ne soit réorienté spécifiquement vers les femmes face aux licenciements et suppressions d’emploi dont, encore une fois, elles seront les premières victimes. Il n’est pas exclu que là aussi le patriarcat ne prête main forte au capitalisme pour tenter de réassigner les femmes aux fonctions traditionnellement considérées comme ‘naturellement féminines’, à savoir la reproduction biologique et les tâches domestiques qui permettent la reproduction de la force de travail.

Ma chère maman, mes chères aïeules,

Je ne veux pas laisser passer cette occasion sans remercier les hommes qui vous soutenues dans vos aspirations émancipatrices. Merci à toi mon cher et doux papa pour avoir tant aimé maman, et pour avoir accepté avec autant bienveillance nos échappées à nous autres tes filles comme tes fils.

Merci à vous mes aïeules pour tout ce que vous avez fait pour progressivement réduire l’exclusion et la marginalisation historique des femmes de mon pays, leur permettant aujourd’hui de revendiquer , développer et protéger leur pleine citoyenneté en droits et libertés.

Merci enfin de rester dans ma mémoire comme dans celle des innombrables femmes de ma génération et des suivantes, nous aidant ainsi à rester vigilantes contre les risques de régression.

Vous pouvez reposer en paix.

Avec mon amour et ma reconnaissance.

Nouzha Guessous, Marseille, le 10 mai 2020


1 Fatéma Mernissi (Fatéma dans la suite du texte, 1940-2015), Sociologue et écrivaine féministe marocaine, auteure de ‘Rêves de femmes, une enfance au harem’, roman publié en anglais (1994), puis en français (1996) et en arabe (1998) ; traduit depuis dans une vingtaine de langues.

2 Driss Chraibi (1926-2007), écrivain marocain auteur du roman ‘La Civilisation, ma Mère !…,’paru en chez Denoël en 1972, réédité plusieurs fois par la suite

3 Fatima Mernissi, Chahrazad n’est pas marocaine. Autrement elle serait salariée !, Ed. Le Fennec, 1988

4 Les ‘Hudud’ terme arabe utilisé par Fatema Mernissi dans son roman ‘Rêves de femmes’ , signifie littéralement les frontières et les limites. Dans le Coran, il est symboliquement utilisé pour désigner les péchés et interdits majeurs (relations sexuelles hors mariage, apostasie etc. ) ainsi que les sanctions à leur appliquer

5 En référence à Ivan Jablonca, ‘Des hommes justes. Du patriarcat aux nouvelles masculinités’, 2019, Ed. Seuil


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.