Géraldine Mossière : une anthropologue de la religion à la tête de la Chaire EHESS/IMéRA sur les Etudes Transrégionales.

Géraldine Mossière est anthropologue, spécialiste de la conversion religieuse, à l’Institut d’études religieuses de l’Université de Montréal. Depuis septembre 2019, la franco-canadienne est résidente à l’IMéRA, titulaire de la chaire en Etudes Transrégionales, en collaboration avec l’EHESS. Elle y anime un groupe d’études regroupant des spécialistes de différents domaines désireux d’analyser leur sujet de recherche au prisme des Etudes Transrégionales.

Géraldine Mossière est Professeure-chercheure, Institut d’études religieuses, Université de Montréal. >>Projet de recherche et biographie ICI.

>> Voir aussi la présentation en vidéo du projet de Géraldine Mossière, ICI.

Lorsque Géraldine Mossière m’explique qu’elle est ethnologue, j’ai en tête des images d’aventurier perdu dans la brousse. A vrai dire, je distingue mal les nuances entre un anthropologue, un ethnologue ou un ethnographe. Géraldine Mossière m’apporte ses lumières : là où l’anthropologue cherche à comprendre ce qu’est l’être humain, l’ethnologue s’intéresse à un groupe précis, avec pour objectif de comprendre son fonctionnement, voire ressentir, arriver à penser comme les individus du groupe étudié.

Pour moi, la pratique passe toujours par essayer de comprendre en m’immergeant dans le phénomène que j’étudie. J’adopte une approche empirique et inductive. J’aborde mon objet d’étude avec une question, mais celle-ci doit se faire travailler par le terrain.

Géraldine Mossière

Géraldine Mossière est anthropologue, plus précisément ethnologue, et lorsqu’elle va sur le terrain, ethnographe. « L’ethnographe est celui qui, par le passé, passait un an au fond de la brousse au sein d’un groupe dont il apprenait la langue et tentait de saisir le fonctionnement », s’amuse Géraldine Mossière, qui continue, avec passion, « Pour moi, la pratique passe toujours par essayer de comprendre en m’immergeant dans le phénomène que j’étudie. J’adopte une approche empirique et inductive. J’aborde mon objet d’étude avec une question, mais celle-ci doit se faire travailler par le terrain, et finalement, c’est le terrain qui m’amène à mes pistes d’analyses. »

Les parcours de convertis analysés au crible des « Etudes transrégionales »

Géraldine Mossière n’est pas allée dans la brousse mais elle pratique l’immersion depuis 20 ans. Son terrain, elle l’a fait au Québec et en Afrique auprès d’évangélistes pentecôtistes ainsi qu’au Canada et en France auprès de jeunes convertis à l’Islam, en tant que professeure-chercheure à l’Institut d’Etudes religieuses de l’Université de Montréal. Après un passage comme professeure invitée à l‘IDEMEC (Institut d’ethnologie méditeranéenne, européenne et comparative, Aix-en-Provence) entre septembre 2018 et juin 2019, la franco-canadienne est résidente à l’IMéRA depuis septembre 2019, titulaire de la Chaire en Etudes transrégionales.

« Les Etudes transrégionales est un concept original, m’explique Géraldine Mossière, qui a le mérite, pour étudier les phénomènes de mobilité, de se différencier du concept d’Etudes transnationales. » Dans un discours prononcé à l’EHESS en Novembre, Géraldine Mossière a dessiné les contours de ce nouveau champ d’études. Elle profite de son séjour à l’IMéRA pour étudier les parcours de 45 répondants dans le cadre de cette nouvelle grille d’analyse, dans un projet intitulé « Parcours transrégionaux de convertis à l’islam : Projets sociaux, idéaux moraux et régimes de mobilité ».

Tous les convertis rencontrés n’ont pas des parcours transrégionaux, mais à partir du moment où quelqu’un ne se pense pas uniquement au niveau local, on peut parler de parcours transrégional.

Géraldine Mossière

Les convertis qu’elle a rencontré témoignent en effet d’une grande mobilité, tant géographique que sociale ou symbolique. Certains sont allés s’installer dans des pays du Maghreb ou musulmans. Sans changer de région, d’autres sont en contact permanent avec d’autres régions du monde, par internet. « Tous les convertis rencontrés n’ont pas des parcours transrégionaux, nuance la chercheure, mais à partir du moment où quelqu’un ne se pense pas uniquement au niveau local, ne serait-ce qu’en termes de représentations, parce qu’il dit s’inspirer de l’Islam en Arabie Saoudite par exemple, on peut parler de parcours transrégional. »

Un groupe de travail interdisciplinaire pour réfléchir sur le concept de transrégional

Projets, idéaux, représentations liés à chaque parcours sont étudiés au crible de la « transrégionalité », tenant compte des logiques de régulation institutionnelles et politiques des migrations et du religieux, dans le cadre d’une triangulation France-Québec-Maghreb. Ces dynamiques sont particulièrement manifestes au sein des unions mixtes contractées entre convertis et musulmans de naissance ainsi que dans les projets de transmission identitaire que les parents construisent pour leurs enfants nés de ces unions.

Géraldine Mossière anime également un groupe de travail qui réunit des sociologues, juristes et anthropologiques : chacun fait l’exercice de penser son objet d’études selon une perspective transrégionale. « Nous faisons l’effort d’avoir une lunette commune sur des objets de recherche divers (marché des médicaments en Afrique, droit des migrations en Afrique, diffusion ou revitalisation de pratiques culturelles). A partir de nos échanges, nous inférons ce que cela dit sur le transrégional et cherchons à mieux modéliser le concept. »

Comprendre « comment on devient quelqu’un d’autre »

Géraldine Mossière a découvert le Canada dans le cadre d’un échange universitaire. L’attirance pour cette société multiculturelle, aux antipodes de la forte identité de son Alsace natale, est immédiat. Elle décide d’y rester, d’autant que les possibilités au niveau académiques y sont riches. Depuis toujours fascinée par les phénomènes rituels, elle s’oriente vers l’anthropologie de la religion et s’intéresse aux évangéliques pentecôtistes, sur lesquels elle mène son premier travail d’anthropologie. Elle se focalise alors sur une église pentecôtiste congolaise au Canada où elle analyse la forte circulation des membres et des acteurs religieux qu’on peut qualifier, au prisme de la Chaire IméRA/EHESS, de transrégionale. Du Canada, elle remonte la filière de ses répondants jusqu’en République Démocratique du Congo et en Afrique du Sud, où cette église mère chapeaute des églises locales . « C’est un terrain qu’on dit multisitué, m’explique Géraldine Mossière. J’ai fait quatre mois de terrain au Congo où j’ai suivi le parcours de pasteurs, dans les régions qu’ils tentaient d’évangéliser mais aussi dans les centres où ils allaient se former, notamment en Afrique du Sud, où les accueillent par exemple des missionnaires canadiens. » Un terrain « multisitué » désigne une méthode qui permet de suivre les acteurs et leur trajectoire, elle constitue une alternative à l’étude systémique des groupes.

En parallèle, Géraldine Mossière s’intéresse à un autre phénomène, la conversion  religieuse. L’augmentation inattendue du nombre de conversions à l’Islam qui fait suite aux attentats de 2001 lui offre un terrain d’étude fécond. Elle réalise en 2006 une première recherche ethnographique dans laquelle elle se penche sur la conversion des femmes à l’islam selon un perspective comparative entre la France et le Québec. Intriguée par le processus du devenir «autre», l’ethnographe veut comprendre comment ces femmes troquent leur socialisation première pour apprendre l’islam, modifiant ainsi autant leur vision du monde que leur rapport au corps ou à leur famille. Elle passe du temps avec de nombreuses conversions, qu’elle suit au sein d’associations, dans des mosquées, dans des leçons sur l’islam… Elle s’essaie une fois au foulard dans un espace public, une première marquante qui lui permet de toucher à ce que vivent aussi les converties …

Mon travail est de dégager des tendances, parfois de dresser des profils types. Mes recherches empiriques ne me permettent pas d’énoncer des règles générales car chaque parcours est unique, mais il existe des conditions, dynamiques ou mécanismes communs.

Géraldine Mossière

Autant d’expériences vécues qui lui permettent de mieux comprendre les récits des converties qu’elle côtoie et qui déconstruisent son idée que la conversion à l’Islam signifie une rupture. « Il y a quelque chose de l’ordre de l’expérience à vivre, du phénoménologique, pour comprendre ce que l’on étudie. Vient ensuite le temps du chercheur, celui où il restitue la compréhension qu’il a développée autour du phénomène vécu. Mon travail est de dégager des tendances, parfois de dresser des profils types. Mes recherches empiriques ne me permettent pas d’énoncer des règles générales car chaque parcours est unique, mais il existe des conditions, dynamiques ou mécanismes communs. » A d’autres ensuite de réaliser des études quantitatives pour vérifier la significativité de ces tendances.

La conversion comme voie « d’herméneutique du soi »

 A la question « comment on devient autre ? », elle conclut, en dehors de tout stéréotype, que la conversion à l’Islam se situe dans une perspective de continuité. Des femmes converties lui disent «  je suis musulmane mais je suis toujours la même personne », « J’ai changé de pratiques vestimentaires, mais je ne portais déjà pas de décolleté avant »… Pour certaines femmes rencontrées, entrer dans l’islam signifie s’engager dans un processus de travail sur le soi pour se parfaire (voir « Être et « vouloir être » : la conversion comme voie d’herméneutique du soi », Théorèmes, 2012). Le ramadan, la prière,… sont alors autant d’exercices réalisés dans le but d’atteindre cet idéal.

Depuis 2016, elle mène une deuxième recherche ethnographique axée plus spécifiquement sur la conversion de jeunes ou simplement sur l’attirance de jeunes pour l’Islam au Québec. Là, elle observe que l’Islam constitue pour beaucoup une culture jeune, tandis que pour d’autres, il offre les éléments d’un langage de contestation de l’ordre dominant et de constitution de projets sociaux, politiques, voire économiques alternatifs.

Elle a également retrouvé des converties rencontrées 10 ans auparavant et continue de suivre leur parcours, dont plusieurs dans le cadre de son étude sur les parcours transrégionaux. Un travail de fond, celui du chercheur, qui permet, loin des discours calculés sur l’Islam, de mieux comprendre le phénomène de la conversion religieuse.

Liens associés :


 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.