Conditionnement, par Zaven Paré

 
À la galerie Tretyakov de Moscou, est exposé le portrait d’Ivan Pavlov pour lequel le peintre symboliste Michail Nesterov a reçu le prix Staline en 1941, durant la période de l’art réaliste socialiste de propagande. Peinte en 1935, alors que le théoricien des réflexes conditionnés avait 86 ans, cette toile le représente assis de profil. Il porte une veste avec une chemise blanche et une cravate, ses cheveux et sa barbe sont blancs et il porte des lunettes. Ses deux poings sont posés sur une feuille de papier blanc dépliée sur la nappe rose d’une table. Il pose de profil assis sur un fauteuil face à cette table, face à une plante dans un pot de fleur posé devant lui sous son regard. Il s’agit d’un pied de pervenches blanches. L’arrière-plan de la scène est l’embrasure d’une fenêtre large comme une baie vitrée, en surplomb du paysage d’un hameau de masures accolés les unes aux autres.
 
Tout au long de sa vie, Nesterov est familier et proche de nombreux écrivains, acteurs, scientifiques et artistes russes. Dans son journal il décrit Pavlov comme « le merveilleux et ingénieux vieillard ». Le processus de compréhension du sujet et du modèle est très actif dans sa peinture. Il n’opère pas la simple supervision d’une pose, mais il la conditionne pour chercher à établir une résonance psychologique avec son sujet. Pavlov fait face à une plante comme s’il s’agissait d’un sujet d’étude scientifique maintenu à une distance calculée. Dans une sorte de mise en abîme, Nesterov peint son ami dont le métier est justement d’étudier le rôle, le fonctionnement et l’organisation mécanique, physique et biochimique des organismes vivants dans leurs interactions avec leur environnement.
 
Nesterov dit que la pose aurait duré 8 heures, 8 heures durant lesquels Pavlov donne l’impression de guetter le moindre frémissement du végétal. En garantissant cette pose, sans doute pris dans ses pensées, il ne semble pas seulement observer la plante. Ses deux poings sont fermement serrés et posés avec force et volonté sur la table. Arrivé au bout de sa vie, il venait sans doute d’avoir trouvé le sujet d’étude idéal.
 
Pavlov était connu pour être un expérimentateur méthodique jusque dans ses habitudes. Il déjeunait et se couchait à heure fixe, il nourrissait ses chiens à la même heure et chaque année il partait en vacances le même jour. Pour lui, tout semblait se résumer à la mesure du temps. Le sujet de cette toile semblait représenter l’attente dans la durée: le portrait d’un vieillard face à l’éphémère printemps d’une fleur, une fleur quisymbolisait aussi l’amitié, la sincérité et la loyauté dont parle Nesterov dans son journal. Cette relation au temps qui s’écoule est au cœur de toute recherche, de celle du peintre comme de celle du scientifique. Même si aujourd’hui, il a été démontré que le conditionnement classique au sens Pavlovien existe également chez les plantes, c’est leur observation dans des dispositifs expérimentaux étirés dans le temps qui a permis cette découverte (Gagliano – Vyazovskiy – Borbély – Grimonprez, 2016).  
 
Sur ce tableau, le visage de Pavlov est calme et les plis de sa veste indiquent que son corps est relâché. Seules les jointures de ses doigts refermés avec fermeté révèlent que ses poings sont volontairement maintenus serrés. Sa puissance physique et ses pensées paraissent à la fois avoir l’air apaisées par les stimuli envoyés par la plante, en même temps qu’il semble avoir un effet héliotropique sur les petites fleurs blanches qui se tournent vers lui. Ici, c’est le peintre qui a fixé le cadre de l’expérience au physiologiste : aucun réflexe conditionné, juste une pose. Dans cette mise en scène, le paysage silencieux de la vie intérieure du scientifique ressort. Selon Rousseau, la contemplation des fleurs préviendrait le tumulte des passions.
 
Tout observateur cherche à faire parler les objets qu’il étudie. Même en donnant une valeur de témoignage et de document à sa peinture, Nesterov n’a pas cherché à faire un simple portrait, mais il a aussi essayé de peindre une allégorie de la sagesse, dans cette disposition où Pavlov donne l’impression d’écouter une plante. En humanisant le scientifique, Nesterov transforme ce portrait en scène de contemplation. Une représentation de la contemplation qui illustre le temps qui coûte à l’observateur, la durée inhérente au travail et la persévérance qu’implique toute recherche.   
 
 
 
Marseille, 20 mars 2020
 
 
Zaven Paré
Résident du programme Art, science et société
IMéRA – Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search