ArTLib – Travail et libertés aujourd’hui : toutes les vidéos du Cycle de Conférences 2019

Retrouvez dans cet article toutes les vidéos du cycle de conférences “Travail et libertés aujourd’hui” qui s’est tenu en 2019, organisé par l’Atelier de recherche Travail et Libertés (ArTLib).

L’Atelier de recherche Travail et Libertés (ArTLib) a démarré à l’IMéRA  en mars 2019. ArTLib est un groupe interdisciplinaire et international qui vise à discuter et diffuser d’une façon innovante des idées et des pratiques liées aux transformations profondes engendrées par le travail contemporain dans la sphère des libertés personnelles et collectives. Coordonné par Enrico Donaggio (Professeur à l’Université de Turin, Senior Fellow de l’IMéRA), ArTLib collabore avec le LEST, le CEREQ, le Centre Norbert Elias, le Centre Gilles Gaston Granger, l’IPDT de Paris, Acante, le LaSSA, APSE, des experts et des artistes indépendants liés au monde du travail.

Les conférences :

Travail et libertés aujourd’hui #1 – avec Christophe Dejours : Travail vivant et émancipation: quelle problématique?et Emmanuel Renault : Démocratiser le travail

Première conférence du cycle “Travail et libertés aujourd’hui” le jeudi 7 mars, avec deux présentations :

  • “Travail vivant et émancipation: quelle problématique?”, avec Christophe Dejours, psychiatre, psychanalyste, professeur, fondateur de la psychodynamique du travail et de l’IPDT de Paris. Auteur de Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale et de Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité.
  • “Démocratiser le travail”, avec Emmanuel Renault, philosophe, professeur, créateur d’une théorie critique et sociale basée sur la centralité du travail et de la reconnaissance. Auteur de L’expérience de l’injustice et de Mépris social.

Travail et libertés aujourd’hui ” #2 avec Michel Lallement : Travail libertaire et utopies concrètes

Vidéo de la deuxième conférence du cycle « Travail et libertés aujourd’hui » le jeudi 11 avril :

  • « Travail libertaire et utopies concrètes« , avec Michel Lallement (CNAM, Paris, sociologue, auteur de l’Âge du faire Hacking, travail, anarchie (2015) et coauteur de Makers – Enquête sur les laboratoires du changement social (2018).

Aux marges du système économique dominant, des utopistes bricolent depuis longtemps des formes alternatives de travail, dont l’ambition est d’émanciper ceux qui les pratiquent des dominations de toutes sortes. En opérant une plongée anthropologique au cœur d’expérimentations sociales concrètes d’hier et aujourd’hui, en France et aux États-Unis, il s’agira de brosser le tableau de ce que l’on pourrait nommer un « travail libertaire », de repérer les promesses dont celui-ci est porteur et d’évoquer quelques interrogations pour notre futur que celui-ci suscite.


“Travail et libertés aujourd’hui” #3 avec Danièle Linhart : La subordination des salariés: l’éternelle obsession managériale

Vidéo de la troisième conférence du cycle « Travail et libertés aujourd’hui » le jeudi 16 mai :

  • « La subordination des salariés: l’éternelle obsession managériale » avec Danièle Linhart, sociologue (CNRS), auteure de Se battre, disent-elles, La Dispute, (2012)

Du taylorisme au mangement moderne, la logique reste la même : une disqualification des métiers, de la professionnalité et de l’expérience qui tend à renforcer la domination exercée par les dirigeants. Le travail perd son sens et précarise les salariés qui, constamment mis à l’épreuve, sont conduits à douter de leur valeur et légitimité.


“Travail et libertés aujourd’hui” #4 avec Massimiliano Nicoli, Luca Paltrinieri et Muriel Prévot-Carpentier : Travail et plateformes numériques : entre exploitation et opportunités

Vidéo de la quatrième conférence du cycle « Travail et libertés aujourd’hui » le jeudi 20 juin :

  • Travail et plateformes numériques : entre exploitation et opportunités, avec Massimiliano Nicoli, Université de Paris-Nanterre; Luca Paltrinieri, Université de Rennes 1; Muriel Prevot-Carpentier, INRS Nancy.

L’avènement des plateformes numériques de travail a déterminé une série de transformations paradoxales qui concernent à la fois le travail et l’entreprise : la subordination juridique du contrat salarial laisse de plus en plus la place à de nouvelles formes de dépendance économique et psychologique, tandis que la forme-entreprise traditionnelle tend à exploser dans les différentes figures de l’autoentrepreneuriat, ou à se confondre avec le marché sous la forme de l’entreprise-plateforme. Cette situation d’intensification de l’(auto)exploitation de l’individu productif constitue pourtant le terrain d’expérimentation de nouvelles formes de coopération qui s’enracinent dans la longue histoire de l’intelligence politique du travail.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.