Provoquer l’état. Les attentats en Europe à la fin du 19e siècle, Heinz-Gerhard Haupt

Heinz-Gerhard Haupt, professeur d’Université émérite, résident à IMéRA 2018/2019, a publié le 9 octobre 2019 un ouvrage intitulé « Provoquer l’état. Les attentats en Europe à la fin du 19e siècle » (Den Staat herausfordern: Attentate in Europa im späten 19. Jahrhundert), Campus Verlag 2019, 289 pages ISBN 978-3-593-51112-2. Le livre fait suite au projet de recherche de Heinz-Gerhard Haupt à l’IMéRA « Attentats en Europe. Les réactions en France, Allemagne, Italie et Espagne entre 1875 et 1900 ».

Compte rendu du livre apparu dans le journal suisse Neue Züricher Zeitung – traduit par Heinz-Gerhard Haupt

Jamais auparavant autant d’attentats politiques ont  eu lieu qu’à la fin du 19e siècle. L’historien Heinz-Gerhard Haupt décrit comment les européens réagissent à la menace -et ce que les états actuels peuvent en apprendre.

Les états nationaux européens sont presque sans exception résultats de guerres. Après leur formation, ils étaient obligé de créer paix et assurer l’ordre. C’est seulenent en réussissant ces buts, ils pouvaient obtenir des citoyens. Le monopole de violence de l’ètat moderne était basé sur un paradoxe: Seulement en renversant par des moyens violents les structures antérieures l’état pouvait réaliser le maintien de l’ordre- et des terroristes du passé sont considérés en tant que créateurs reconnu de l’état.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les ennemis de l’état avaient recours à la violence pour réaliser leurs buts. C’est le résultat de leurs expériences antérieures. Un instrument  favori dans cette lutte était l’attentat politique qui était surtout répandu durant le dernier  tiers du 19e sècle. Jamais ni avant ni après autant de monarques, de chefs d’état, de ministres ou fonctionnaire furent tués par  des coups de revolver, les coups de poignard ou des bombes- telle est la thèse de l’historien  émérité de l’universite de Bielefeld, Heinz-Gerhard Haupt. Les attentats furent utilisés par des individus ou des groupes anarchistes qui -en faisant cela -voulaient démontrer la fragilité de l’ordre étatique, mobiliser les ouvriers pour la lutte révolutionnaire et remplacer l’état national par une nouvelle société.

Décrit comme sauvage

Haupt a analysé dans son livre 16 attentats commis en France, Allemagne et Italie entre 1875 et 1895. Au centre de son livre il ne place pas les attentats ou les acteurs de attentats, mais les relations entre terrorisme anarchiste et contreterror isme ainsi que la question hautement importante comment l ‘état peut le plus efficacement affronter les menaces des terroristes.

En regardant vers le passé, Haupt exclut que les attentats qui étaient  dirigés contre les représentants de l’état, mais touchaient aussi des civils- surtout en  France et en Allemagne la population  fut touchée par des attentats-, auraient pu changer la réalité politique et sociale existante. Et les contemporains ne soutenaient pas- à part quelques exceptions-les acteurs d’attentats.

Malgré cet effet , la presse de masse reportait  longuement et usant un vocabulaire de sensation des attentats et cette argumentation était proche d’une rhétorique utilisée surtout dans le vocabulaire des colonisateurs. On reprochait aux acteurs des attentats une „violence précivilsateure“ qui n’avait rien à faire avec la civilisation actuelle. Il imporait donc soit de l’ apprivoisonner soit de la combattre.

Coopération internationale

Bien que cette lutte ait lieu d’une manière particulière dans chaque état, des traits communs prédominent et des liens étroits entre les pays ont été démontré par Haupt. Ceci est vrai pas seulement  pour les rapports des médias- qui réagissaient volontiers aux attentats ayant lieu ailleurs- mais aussi les actions des services de sécurité dont l’évolution avait lieu non par hasard dans ce temps. Haupt  note avec attention les réaction des états dans les différents pays ainsi que les informations qui furent échangées après 1890 entre les états européens. En ceci, le temps des attentats en notant avec attention les réaction des différents états en Europe était un précurseur précoce de la coopération policière actuelle.

Le but de la politique étatique dans les trois pays fut la lutte contre et la destruction des groupes anarchistes. Pour obtenir ce but, et ceci est encore commun, les limites de l’état de droit furent presque toujours dépassé.Par des lois d’exception la libert é de réunion et de la presse fut attaquée et réduite, Bien que les sociaux-démocrates et les socialistes en Europe refusaient les attentats comme moyen de leur politique et qu’ils excluaient les terroristes de leur rang, les gouvernements utilisent les attentats pour persécuter des organisations de gauche en général.La loi d’exception contre la socialdémocratie allemande de 1878 en est un exemple de cette politique.

L’intégration est centrale

L’analyse du livre démontre aussi que la violence des attentats ne peut pas être vaincue par la répression ni au 19e siècle ni durant les années 1970 auquel Haupt se refère souvent.Plus efficace fut une politique qui a offert à des auteurs potentiels d’attentat des voies légales de participation à des décisions politiques, par exemple par partis politiques ou syndicats. C’est seulement autour de 1900 que l’abolition des lois répressives a réduit le nombre des attentats. Les moyens les plus efficaces pour lutter contre le terrorisme sont- si l’on suit l’analyse de Haupt-des institutions de participation et un état de droit qui fonctionne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.