Entre expulsion et retour volontaire, la frontière est fine

Une nouvelle sémantique s’est construite au sein de l’Union européenne : celle du « retour volontaire » des migrants irréguliers. Elle agit parfois comme une frontière à la compréhension de réalités multiples. Jean Pierre Cassarino, politologue, analyse depuis de longues années la migration de retour et met en garde contre l’utilisation abusive du terme « retour » dans le discours politique.

Article publié par le Blog Dialogues économiques édité par Aix-Marseille School of Economics (AMSE), et écrit sur la base d’un entretien réalisé par Claire Lapique, AMSE, avec Jean-Pierre Cassarino, titulaire de la Chaire IMéRA / Fulbright sur les études migratoires, Senior Research Fellow, Collège d’Europe.

Politologue de formation et arabisant, Jean-Pierre Cassarino est actuellement Senior Research Fellow au sein de la Chaire « politique européenne de voisinage » du Collège d’Europe (Varsovie, Pologne). Il y dirige également l’Académie sur les Migrations Internationales tout en enseignant et en développant des recherches sur les questions migratoires. Il sera titulaire du 17 février au 10 juillet 2020 de la Chaire IMéRA / Fulbright sur les études migratoires ( Migration Studies Chair, joined with French-American Fulbright Commission) et travaillera sur les Fonctions et implications du système de la réadmission en Méditerranée. (Plus d’informations sur le projet ICI)

À l’heure des fake news et des décodex, les mots prennent des tournures ambivalentes. Langue de bois et autres artefacts langagiers construisent, au-delà des mots ; des murs. Des murs qui n’ont plus d’oreilles et brouillent notre compréhension. Derrière cet appel incessant au « retour », résonnent les mots de Patrick Chamoiseau « Ils organisent le fait que l’on n’arrive jamais »1.

Contrôle aux frontières, centres de détention, identification par empreintes digitales ou encore quotas d’expulsions ont fleuri dans tous les pays européens. Ces dispositifs ont germé sur le terreau fertile des discours sur le « retour » des migrants, diffusés dans les États membres et au sein de l’Union européenne.

Avec la première vague migratoire venue des Balkans, cette nouvelle terminologie s’est affirmée au cours des années 1990 au point de devenir hégémonique aujourd’hui. Basée sur la dichotomie entre « retour volontaire » et « retour forcé », elle a été accréditée par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). Elle prend corps dans divers mécanismes comme « l’aide au retour volontaire » en France qui propose aux migrants irréguliers de retourner dans leur pays moyennant compensation financière.

A travers une multitude d’entretiens réalisés en Algérie, au Maroc et en Tunisie avec des migrants expulsés ou ayant décidé de rentrer de leur propre chef, Jean-Pierre Cassarino , enseignant au Collège d’Europe et titulaire de la Chaire « Études migratoires » à l’IMéRA (Marseille),revient sur l’utilisation trompeuse de ces catégories.

Lire la suite de l’article sur le blog « Dialogue économiques »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.