Marco Ciufolini : créer des start-up, la bonne formule pour faire de la chimie… et lutter contre le cancer, avec le CRCM (Marseille)

Le professeur Marco Ciufolini est en résidence à l’Institut d’Etudes Avancées de l’Université d’Aix-Marseille (IMéRA) pour 10 mois, en tant que titulaire de la chaire IMéRA/Institut Paoli-Calmettes (IPC) en oncologie intégrée. Il travaille avec les professeurs Patrice Dubreuil et Xavier Morelli au Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM) sur le développement de nouvelles molécules conçues pour améliorer significativement l’efficacité de plusieurs traitements anticancéreux et antiviraux. Leurs recherches pourraient aboutir à la création d’une start-up dédiée à la mise sur le marché des molécules. Le chimiste Italo-Américano-Canadien compte déjà derrière lui 4 créations de start-up et le développement de deux médicaments commerciaux. Portrait.

Marco Ciufolini est professeur de chimie de l’Université de British Columbia – Vancouver, Canada. Il a été auparavant professeur de chimie organique à l’Univ. Claude Bernard Lyon 1 et ESCPE Lyon (1997-2004). Voir la biographie complète de Marco Ciufolini ICI sur le site de l’IMéRA.

Marco Ciufolini est tombé amoureux de la chimie a 8 ans et n’a jamais décroché depuis ! Sa vocation lui est née quand on lui a offert pour Noël son premier set de chimie. Il découvre alors qu’il peut « jouer à Dieu » avec la matière. Plus rien n’arrachera à sa passion le jeune homme qui part à 20 ans d’Italie pour aller étudier aux Etats-Unis et se spécialiser dans la chimie organique. Aujourd’hui, Marco Ciufolini est professeur à l’Université de la Colombie Britannique à Vancouver mais a aussi participé à la création de 4 start-up !

Lorsque j’ai commencé à voir qu’on ne pouvait plus faire grand chose avec l’argent public, j’ai dit lançons nous-même une entreprise !

Marco Ciufolini

Le chimiste italien ne manque ni d’humour ni de pédagogie quand il vous raconte son entrée dans le monde des affaires – avec les mains, per favore ! Lorsqu’il découvre, nouvellement nommé Professeur à Lyon en 1998, la somme que lui alloue annuellement le CNRS pour ses recherches, il décide de les dédier à payer les produits d’entretien de son laboratoire – dont les chercheurs ont aussi la charge – et part en quête d’autres sources de financement. « Lorsque j’ai commencé à voir qu’on ne pouvait plus faire grand-chose avec l’argent public, j’ai commencé à travailler avec le privé. Les contrats ne rapportaient pas encore assez pour financer mes recherches, alors j’ai dit : lançons nous-même une entreprise ! »

Marco Ciufolini participe donc à la création de Chrysalon en 1998. A l’époque, il y a un intérêt croissant pour les chimiothèques, des collections de molécules que l’on peut soumettre à des tests biologiques pour tester leur activité et essayer de trouver parmi elles des candidats intéressants. L’entreprise développe ses propres collections et, victime de son succès, est vite rachetée par le géant pharmaceutique Pierre Fabre.

En 2000, le chimiste est appelé par Alain Moussy, fondateur de l’Association Française pour les Initiatives de Recherche sur le Mastocyte et les mastocytoses(Afirmm) pour travailler avec eux. La mastocytose est une maladie orpheline qui touche environ 1000 personnes en France et se caractérise par la production de mastocytes anormaux, le mastocyte étant un type de globule blanc impliqués dans des différentes pathologies inflammatoires et dégénératives. Leur accumulation dans les tissus peut conduire à des manifestations inflammatoires et d’allure allergique très invalidantes.

Le Masitinib, qu’a mis au point Marco Ciufolini à la demande de l’Association Française pour les Initiatives de Recherche sur le Mastocyte et les mastocytoses(Afirmm), et qui est déjà commercialisé contre le mastocytome canin.

Au vu du prix du développement d’un médicament, aucune entreprise pharmaceutique ne se lance dans le développement de médicaments concernant aussi peu de patients. Ensemble, Alain Moussy, Marco Ciufolini et d’autres scientifiques renommés co-fondent en 2001 AB-Science dans l’idée de mettre sur le marché un médicament contre la mastocytose. Ce médicament, c’est le Masitinib, que met au point Marco Ciufolini à la demande d’Alain Moussy. La molécule est un inhibiteur du C-kit, un récepteur-kinase présent à la surface des mastocytes et qui contrôle leur prolifération. Certaines mutations du gène C-kit provoquent un dérèglement du fonctionnement des mastocytes. Selon la nature de la mutation, le dérèglement de C-kit peut entrainer la mastocytose, mais est aussi associé aux Tumeurs Stromales Gastro Intestinales (GIST en anglais) et à des conditions comme la maladie d’Alzheimer ou encore la maladie de Charcot (sclérose latérale amyotrophique (SLA)).

Le Masitinib est justement un médicament conçu pour bloquer le récepteur lorsqu’il est devenu « fou ». Le Masitinib est sur le marché contre le mastocytome canin (un cancer qui tue presque 50% des chiens domestiques) et en phase III des essais cliniques (la dernière étape avant l’autorisation de mise sur le marché) pour une application en santé humaine, à la maladie de Charcot. AB Science compte en 2019 plus de 100 employés et est côté sur le marché. Le Masitinib est l’une des grandes fiertés de la carrière du professeur; l’autre étant le Patisiran, développé à partir de 2009 en collaboration avec plusieurs experts au Canada et aux USA et commercialisé depuis 2018 sous le nom de Onpattro 1. Ce médicament est le premier traitement permettant de délivrer de l’ARN thérapeutique in vivo.

Notre but, c’est de faire une trentaine de molécules sur la base de la structure du Masitinib. Une entreprise sera créée dans deux ans au plus tard.

Marco Ciufolini

En parallèle, deux professeurs du Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (Institut Paoli-Calmettes/Inserm/AMU/CNRS), les Drs Patrice Dubreuil, un co-fondateur de AB Science qui a contribué énormément au développement du Masitinib, et Xavier Morelli, ont montré que celui-ci augmente l’efficacité de certains médicaments, dont la Gemcitabine utilisée contre le cancer du pancréas ! L’étude est publiée dans le journal Nature en 2018. Le Masitinib inhibe en effet également la kinase DCK. Les professeurs marseillais ont montré que cette inhibition du DCK entrainait des mécanismes compensatoires qui avaient en retour pour effet d’augmenter l’efficacité de la Gemcitabine !

Sur la base de cette découverte inattendue, les professeurs veulent modifier le Masitinib de manière à encore augmenter l’efficacité de la Gemcitabine ainsi que d’autres traitements anticancéreux et antiviraux, dont certains médicaments anti-SIDA. D’où la venue du professeur italien à Marseille qui, en tant que créateur du Masitinib, vient mettre la main à la pâte dans les locaux du CRCM situés à la Faculté de Pharmacie, pour un séjour de dix mois co-financé par l’IMéRA et l’Institut Paoli-Calmettes. Plus efficace, la Gemcitabine peut être envoyée à des doses moins fortes de sorte à diminuer ses effets secondaires graves. Avec une étudiante, Emma Davison, Marco Ciufolini a pu déjà montrer à Vancouver qu’il était possible de réduire de 10 fois cette dose avec des molécules de Masitinib adaptées.

Le Masitinib inhibe la kinase DCK, ce qui entraine alors des mécanismes compensatoires qui ont pour effet, (inattendu !), d’augmenter la phosphorylation, donc l’efficacité de la Gemcitabine, utilisée dans le traitement chimiothérapeutique de divers cancers.

Les chercheurs visent une réduction de 50 à 100 fois la dose aujourd’hui utilisé. « Notre but, c’est de faire dans l’année une trentaine de molécules sur la base de la structure du Masitinib et de les évaluer dans des tests développés à l’Institut Paoli-Calmettes. Une entreprise sera créée dans deux ans au plus tard, mais il nous faut au moins un brevet avant ça, » m’explique Marco Ciufolini, qui n’en est pas à son coup d’essai. Après la création d’AB-Science, il a encore co-fondé deux nouvelles start-ups : Global Pharmaceutical Consulting (2002), dédiée au conseil scientifique et dissoute depuis, et Integrated Nanotherapeutics (2014), qui développe l’encapsulation de médicaments dans des nanoparticules. Malgré 30 brevets, 4 start-ups et deux médicaments sur le marché, le chimiste se défend pourtant d’être un entrepreneur : « Je suis chimiste, ce qui m’intéresse c’est le développement de technologies pour fabriquer des molécules intéressantes, la « belle chimie »! s’amuse-t-il. La découverte de médicaments, c’est un peu une excuse pour récupérer des fonds. » Plutôt une bonne excuse, alors…

Liens associés :

The Onpattro story and the clinical translation of nanomedicines containing nucleic acid-based drugs Télécharger

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.