Cycle « Il faudra bien manger »

« Il faudra bien manger » est un nouveau cycle organisé par Juliette Rouchier à la suite du cycle Pollution(s) et solution(s).

Juliette Rouchier est directrice de recherche au CNRS (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics www.gdr3270.fr, Associée au GREQAM, AMSE).

Vidéo du séminaire « Formes économiques, socialisation et culture dans le monde paysan », par Gilles Allaire (Economiste, DR1-INRA). 1ère séance du cycle « Il faudra bien manger » organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; associée au GREQAM, AMSE).

Enregistré à l’IMéRA le 23 mai 2017.

Le cycle Pollutions-solutions arrivant à sa fin, c’est un cycle de séminaire sur l’alimentation et l’agriculture qui démarre et sera développé lors du premier semestre 2018. C’est de nouveau l’angle de la durabilité (économique, sociale, environnementale) qui sera au centre des interrogations, et nous permettra de réfléchir à l’angle de la quantité tout autant que la qualité dans toute la chaîne alimentaire.

La participation d’artistes aux séminaires sera doublée, cette fois, d’occasionnelles participations de représentants de la société civile qui, eux aussi, créent un nouveau monde tout en le pensant, et pourront nous faire part de leurs réflexions et éventuellement leurs vues du futur.

En effet, la double approche qui s’est développée lors du premier cycle – mettant en scène la confrontation de l’objectivité face à la singularité – a montré combien ce dialogue était riche et poussait l’auditeur hors des cadrages plus habituels et confortables.

La suite du cycle débutera en janvier 2018, et traitera de diverses thématiques : semences, procédés et techniques, accès à la terre et à l’eau, nutrition, circuits de distribution.

Formes économiques, socialisation et culture dans le monde paysan

23 mai 2017 – 14h IMéRA, 2 place Le Verrier, 13004 Marseille.

Dans ce séminaire on étudiera comment l’économie à grande échelle influe sur les formes de socialisation, et on verra comment cette interrelation peut s’identifier encore plus profondément dans les formes culturelles (ici musicales) qui lient des collectifs au sein du monde agraire.

Industrialisation et socialisation de l’agriculture, Gilles Allaire, Economiste, DR1-INRA.

L’exposé sera en deux temps. Dans un premier temps l’industrialisation de l’agriculture sera re-située dans le cadre d’un changement de régime métabolique avec l’utilisation de la biomasse fossile (charbon, pétrole). Il ne peut y avoir accumulation sans extraction (transfert de matière et d’énergie d’une région à une autre) ; les formes de ce transfert étant différentes dans les régimes hégémoniques qui se succèdent dans l’histoire (Provinces Unis, Angleterre, Etats-Unis). Dans un deuxième sera définie la notion de socialisation de l’agriculture et mis en évidence l’ambivalence des formes de cette socialisation en l’analysant comme une transformation historique de la propriété avec l’émergence de la propriété « intangible » (J. Commons) qui prend différents aspects et à travers laquelle se perpétue le système capitaliste.

Le chant paysan : dimension esthétique et sociale, Flavia Gervasi, Ethnomusicologue, professeure de sociomusicologie – Faculté de Musique Université de Montréal.

Dans le contexte de la société rurale italienne de l’après-guerre, les pratiques vocales semblent avoir constitué un moyen de partager une condition existentielle précaire, mais aussi une occasion de loisir et un objet d’attention esthétique. La voix chantée caractérise l’univers sonore des régions agricoles du sud de l’Italie, avant que l’exode rural, provoqué par l’émigration, d’une part, et par la transformation économique et sociale, d’autre part, ne vienne amorcer, à partir des années 1960, le déclin progressif de la paysannerie et de son univers de pratiques musicales et de croyances. Quelle est était la fonction de la musique pour ces communautés agricole ? La réponse nous aidera à dévoiler l’univers de comportements sociaux, de valeurs et de croyances propre à la société paysanne du sud de l’Italie, univers qui désormais n’existe plus.

Pour information, ce séminaire est doublé d’une rencontre avec Gilles Allaire au Café Equitable à 19h le 23 mai – (54 cours Julien 13006 Marseille)

Le futur de l’agriculture : Entre Ecologie et Capitalisme

Le xxe siècle est porteur d’une série de transformations de l’agriculture et de l’alimentation que l’on peut rassembler autour de trois tendances : la normalisation pour ce qui concerne la définition des produits et des marchés ; l’individualisation, pour ce qui concerne tant l’organisation sociale de la production que les formes de consommation ; l’approfondissement de industrialisation de l’agriculture, c’est-à-dire notamment l’utilisation croissante de l’énergie fossile. Les politiques agricoles que l’on peut associer au fordisme (le new deal aux États-Unis, la politique agricole gaulliste des années 1960 en France,…) stabilisent les marchés agricoles et favorisent l’investissement. Les années 1990 sont celles d’une crise structurelle de l’agriculture du fordisme et du début de la fin de l’hégémonie américaine. Mais, du point de vue plus global de l’industrialisation de l’agriculture, assiste-t-on à une crise du modèle ou au contraire aux effets en retour de sa diffusion ? L’orientation dominante, avec la poursuite de la colonisation de la nature, reste une utilisation intensive des ressources. Quelle est la place des alternatives.

Une perspective raisonnable fondée sur la suffisance de la production agricole (avec des stocks correctement gérés), certes utopique, laisserait leur place au thé, au café, aux épices, aux vignes et aux prairies fleuries, mais devrait être associée à celle d’une réduction des inégalités et d’une extension des droits sociaux (droit à l’alimentation).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.