Art-Science. L’interdisciplinarité à l’épreuve des collaborations entre artistes et scientifiques.

Le vendredi 13 décembre a été organisé au Fond Régional d’Art Contemporain PACA une journée intitulée L’interdisciplinarité à l’épreuve des collaborations entre artistes et scientifiques, dans le cadre des rencontres d’A*Midex « Faire et dire la science autrement ». Cédric Parizot, ancien directeur du Programme Art, Science et Société de l’IMéRA, a présenté la spécificité des collaborations Art-Science à l’IMéRA. Eric Arnal-Burtschy et Regina Hübner, deux artistes résidents de l’IMéRA, y ont aussi présenté leur projet, avec des chercheurs d’Aix-Marseille Université avec lesquels ils ont collaboré.

Lors de la journée L’interdisciplinarité à l’épreuve des collaborations entre artistes et scientifiques [1] , Cédric Parizot, directeur du Programme de l’IMéRA Art-Science et Société de 2016 à 2018, a présenté la forme que prennent les collaborations entre artistes et scientifiques à l’IMéRA. L’occasion pour lui de rappeler que la transdisciplinarité est au cœur du projet de l’IMéRA voulu par son fondateur Robert Ilbert, en invitant des chercheurs de toutes les disciplines. Parmi les 4 programmes de l’IMéRA, le programme Art-science et société rencontre un réel succès, et a collecté 90 candidatures cette année, a précisé Cédric Parizot. Les projets sélectionnés ont tous en commun de vouloir établir des collaborations avec des scientifiques du territoire. Les résidences ne sont pas des résidences de création en tant que telles, mais plutôt des résidences de recherche, en amont ou pendant le processus de création. Cela peut aller du dialogue simple avec les chercheurs à une participation à leurs expériences, ou inversement à la participation des chercheurs à l’œuvre elle-même.

« L’artiste et le chercheur vont devoir comprendre comment l’autre travaille »

Cédric Parizot, directeur du Programme Art, Science et Société de l’IMéRA de 2016 à 2018

Les projets d’Art-sciences s’appuient sur la relation entre deux personnes entre lesquelles il y toujours un « grand malentendu », a expliqué Cédric Parizot. C’est cela qui est intéressant, a-t-il continué. En effet, une expérimentation art-science met en place un dispositif dans lequel s’instaure un décalage irréductible entre les deux domaines. D’une part, ce dispositif oppose deux modes d’écritures c’est-à-dire, deux modes de matérialisation, de spatialisation et donc de manipulation de la pensée ; d’autre part, il oppose deux démarches, une démarche scientifique orientée vers une compréhension du fonctionnement du monde, et une démarche artistique (exploratoire) tournée vers la (re)mise en jeu et donc le dévoilement des formes à travers lesquelles nous nous engageons, nous pensons et nous communiquons à propos du monde qui nous entoure.

Le chercheur et l’artiste vont donc devoir non seulement comprendre comment l’autre travaille, mais aussi éprouver ces écarts. C’est tout l’intérêt de ces expérimentations art-science dans la mesure où les efforts mobilisés par l’un et part l’autre vont les amener à  :

  • Repenser leur rapport à leur objet
  • Repenser leurs pratiques d’écriture ou de création.
  • Repenser la place du chercheur et de l’artiste dans la société
  • Ouvrir de nouvelles pistes de recherche : on ne va alors plus parler de la même chose différemment, mais parler de nouvelles choses !

Pour cela, il faut du temps, a conclu Cédric Parizot. 5 mois à l’IMéRA ne suffisent pas. Il faut donc que les institutions encadrant ces rencontres s’efforcent de favoriser la circulation de ces expérimentations sur le long terme, d’où l’intérêt de mettre en réseau les structures d’accueil en résidence sur la région PACA.

2 exemples de projet Art-science à l’IMéRA

Eric Arnal-Burtschy et Regina Hübner, deux artistes résident ou ancien résident de l’IMéRA, ont également présenté, avec des chercheurs d’Aix-Marseille Université avec qui ils collaborent, leur projet Art-Science réalisé dans le cadre du Programme Art, Science et Société de l’IMéRA.

Regina Hübner (Art visuel, art vidéo, photographie expérimentale, performance) :

Projet : Perception of Self and Nonself in Life, avec la collaboration du Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy et de l’Institut de neurobiologie de la Méditerranée [en savoir plus sur le projet de Regina Hübner]

Regina Hübner a été accueillie à l’IMéRA du 20 février au 12 juillet 2019, en partenariat avec le CD 13, pour un projet réalisé avec le CIML – Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy (CNRS/Inserm/AMU) et l’Inmed (Institut de neurobiologie de la Méditerranée). Regina Hübner explore la perception du Soi et du « Non-soi » par des échanges épistolaires entre des chercheurs du CIML et leur objet de recherches : des composantes du système immunitaire. L’exercice veut interroger la manière dont les chercheurs perçoivent leur objet de recherche. Ainsi Philippe Pierre (directeur du CIML) écrit-il par exemple une lettre aux cellules dendritiques du système immunitaire (qui lui répondent !). Regina Hübner a également réalisé des captures vidéo des yeux des chercheurs. Les yeux, uniques à chacun, sont les premiers moyens grâce auxquels les chercheurs font leur travail d’observation. C’est avec des images de yeux grand ouverts que Regina Hübner lit les échanges entre chercheurs et micro-organismes dans cette présentation filmée au FRAC, après une courte explication du projet donnée par Constance Moreteau (A*midex), Philippe Pierre, Sandrine Roulland (directeur de recherche au CIML) et Regina Hübner. Le projet de Regina Hübner a donné lieu à l’oeuvre Dear Cell formé de films, de projections et de lettres manuscrites et tapuscrites. Elle a été sélectionnée dans le cadre des parallèles de la Biennale d’Art contemporain à Marseille Manifesta 2020, qui aura lieu du 7 juin au 1er novembre 2020.


Eric Arnal-Burtschy : Artiste – Still Tomorrow – BC Pertendo 

Projet : Genèse, une introduction, avec la collaboration de l’Institut de Recherche sur les Phénomènes Hors Equilibre [En savoir plus sur le projet de Eric Arnal-Burtschy]

Eric Arnal-Burtschy est résident à l’IMéRA depuis septembre 2019 jusqu’à février 2020. Dans le cadre de sa résidence, Eric-Arnal Burtschy travaille sur la conception d’un dispositif pour faire vivre à des spectateurs l’expérience de leur origine. Pour cela, il veut placer les spectateurs au milieu d’une colonne d’eau de 7 mètres de hauteur. Le dispositif imaginé par l’artiste s’est révélé curieusement similaire avec un dispositif expérimental utilisé par une équipe de l’Institut de Recherche sur les Phénomènes Hors Equilibre (irphé, AMU/CNRS/École Centrale Marseille) pour étudier l’atmosphère de Jupiter. Benjamin Favier, chercheur à l’IRPHE, est venu présenter le projet avec Eric Arnal-Burtschy. Son projet sera présenté le 29 avril 2020 à 18h30 au FRAC PACA.

Eric Arnal Burtschy présentant le projet Génèse, une introduction

1 La journée a été organisée avec la participation du Fond Régional d’Art Contemporain PACA, de l’Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université (IMéRA), de la Direction des affaires culturelles PACA, de la Direction de la culture de la Région Sud, du Centre national de la recherche scientifique et des Pôles de recherche interdisciplinaire et intersectoriel d’Aix-Marseille Université.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.