Une énergie sans pareille ? L’électricité en conquête (XIXe-XXe siècles)

 

Retour sur la séance de séminaire du 17 mars 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

Historien, directeur de recherche au CNRS au sein du laboratoire Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe (S-IRICE), spécialiste de l’électrification de la région parisienne, de l’histoire de l’énergie et de ses entreprises, en particulier publiques, Electricité de France, Gaz de France et des réseaux de services publics, ainsi que d’histoire de l’innovation, Alain Beltran a nous proposé un nouvel exemple de réflexion sur un moment historique de confusion où une technique énergétique entre en concurrence forte avec une autre et coexiste longtemps avec elle : l’électricité face au charbon et au pétrole. Si l’électricité a une histoire longue, remontant à l’Antiquité, si elle n’est pas dans un rapport de concurrence avec le charbon, le gaz de charbon et le pétrole sur tous les plans (elle acquiert ainsi un privilège incontesté pour servir à accélérer la communication à distance au cours du XIXe siècle), elle l’est en revanche pour l’éclairage au tournant des XIXe et XXe siècles. Et le terme de transition peut être mis à l’épreuve pour sa capacité descriptive et analytique de ce dossier. C’est ce qu’Alain Beltran a explicitement fait dans un article qui a été publié dans un ouvrage collectif dirigé par Yves Bouvier et Léonard Laborie, L’Europe en transitions. Énergie, mobilité, communication, XXe-XXIe siècles (2016), et qui sert de fondement à cette communication par-delà son ouvrage de capitalisation avec Patrice Carré, La Fée et la Servante. La société française face à l’Electricité (1991), récemment réédité et actualisé sous le titre La vie électrique : histoire et imaginaire (XVIIIe-XXIe siècles) chez Belin (2016).

La conférence fait voir une concurrence de l’électricité principalement pour l’éclairage et marginalement pour la puissance mécanique s’agissant de la France et du Royaume-Uni (il en va différemment des Etats-Unis et de l’Allemagne). Si « tout est inventé très tôt », les solutions techniques ne s’imposent que lentement à la faveur de divers facteurs tenant à :

  • des écarts de coût, qui n’ont, prudemment, jamais mis en avant par les promoteurs de l’électricité comme des écarts très sensibles pour ne pas déclencher de contrefeu brutal de la technologie en place et, d’ailleurs, écarts qui n’ont pas été confirmés comme en faveur de l’électricité sur la durée dans le cas du transport (en dépit des performances de la Jamais contente, cette voiture électrique qui a battu des records de vitesse au tournant du siècle, ou de la présence de plus de véhicules électriques que de véhicules à essence à Amsterdam à la veille de la première guerre mondiale) en dehors de l’exemple des tramways urbains
  • des dimensions symboliques qui associent l’électricité à la joie et à la modernité et qui profitent d’un travail intense de communication de la part des acteurs de la filière nouvelle en parallèle de leur travail de développement technique
  • des arguments de sécurité (à défaut de performance technique sans reproches), puissamment relayés par les compagnies d’assurance
  • une diversité d’usages entre faible puissance (pour les communications), moyenne puissance (éclairage) et forte puissance (industrie)

Ce qui permet de contrer des freins comme :

  • les choix de politique publique passant par un émiettement des soutiens et, dans le cas de Paris, par des concessions courtes ne donnant pas aux acteurs de raison de s’engager vraiment dans des investissements durables et des efforts de standardisation, avec par exemple pour effet un défaut d’harmonisation des fréquences entre zones du territoire national
  • la crainte d’une extraordinaire capacité de blocage qui serait donnée aux salariés des entreprises d’électricité pour leurs mouvements de grève si la technologie se généralisait, invitant au maintien d’alternatives énergétiques de divers types, notamment du côté de l’électricité de puissance.

Largement fondée sur une histoire orale, reconstituée à partir de témoignages d’acteurs, et sur des sources médiatiques, l’intervention invite à des prolongements pour contrôler certaines affirmations par confrontation à des sources écrites et à des traces laissées par les dispositifs techniques mis en place à l’époque. Le récent réaménagement de la salle Favart à Paris constitue un excellent exemple de terrain pour une archéologie industrielle d’un type nouveau : sur les équipements électriques d’une salle de spectacle, écartant le regard des seuls sites de production d’énergie et méritant d’associer des savoirs de différentes disciplines.

Sur ce point, Alain Beltran a rappelé l’existence du Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie qu’il préside et qui finance des recherches de divers types.

Ainsi avance notre réflexion autour de la question des transitions énergétiques qui sert de trame à ce séminaire : transitions à ne pas tenir trop vite pour évidentes !

L’intervention d’Alain Beltran du 17 mars 2017 – 65 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 90 mn.


Une réflexion sur « Une énergie sans pareille ? L’électricité en conquête (XIXe-XXe siècles) »

  1. Des arguments de sécurité, facteurs ayant participé parmi bien d’autres au recours à l’électricité en début du 20e siècle, auront-ils une place plus importante dans une transition énergétique au 21e siècle ?
    La conférence a fait état de plusieurs facteurs ayant contribué à l’emploi de l’électricité alors que « tout était inventé très tôt ». Les facteurs cités recouvrent des écarts de coût, des dimensions symboliques, une diversité d’usages entre faible, moyenne et forte puissance, et des arguments de sécurité, puissamment relayés par les compagnies d’assurance de l’époque (notamment pour les salles de spectacle).
    Si l’on s’interroge sur la part respective que pourraient prendre ces différents facteurs dans notre société actuelle, on peut supposer que la dimension de sécurité serait profondément impactée. Nous avons en effet inscrit le principe de précaution dans notre constitution : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attribution, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage ». Au début du 20e siècle, nous entrions dans l’ère de la réparation (les mineurs de charbon allaient bientôt être indemnisés pour la silicose dont ils souffraient). Nous avons ensuite connu l’ère de la prévention (dès lors qu’un danger est identifié, l’exposition des individus et des populations doit être limitée au moyen d’une politique de prévention des risques) puis à l’ère de la précaution qui se décline le plus généralement aux risques pour la santé et pour l’environnement. Il devient alors légitime de supposer que seuls les développements technologiques effectués dans une approche se préoccupant de l’impact potentiel des alternatives énergétiques à tous les stades du cycle de vie des matériaux (production, construction, assemblage, utilisation, fin de vie) sur le bien-être, la santé et l’environnement seront recevables d’un point de vue tant sanitaire qu’énergétique.
    De manière concomittante, on peut supposer que la communication sur les aspects sécuritaires des nouvelles stratégies énergétiques sera également essentielle à l’heure où une défiance grandissante existe dans la société sur des développements actuels (ex: ondes des mobiles) ou plus anciens (ex : vaccins).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *