L’énergie-vapeur à Marseille au début du XIXe siècle : une introduction à pas comptés

 

Retour sur la séance de séminaire du 17 février 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

Professeur d’histoire à l’Université d’Aix-Marseille, Xavier Daumalin a accepté d’ouvrir le cycle de séances de ce séminaire, consacré à la discussion de la pertinence de la transition énergétique comme concept analytique.

Préparer cette intervention intitulée La transition énergétique au regard de l’histoire : mythe ou réalité ? l’a amené à relire des travaux anciens qui ont été menés dans son laboratoire, par lui-même à l’occasion de sa thèse et par son collègue Olivier Raveux, produits dans une logique de caractérisation du système industrialo-portuaire de Marseille et d’analyse des dynamiques d’innovation technique, pour les soumettre à une interrogation actuelle autour de la transition énergétique. L’introduction de l’énergie-vapeur dans le transport maritime et dans les activités de transformation au XIXe siècle a en effet introduit une concurrence à la force motrice du vent et des cours d’eau, que ce soit pour la propulsion des navires, pour les moulins à grains ou pour la filature. Pour autant, parler de transition avec substitution linéaire d’une source d’énergie à une autre, d’un vecteur énergétique à un autre, apparaît complètement insuffisant à l’examen des dossiers proposés dans l’exposé, plutôt marqués par des mouvements contradictoires, par des résistances face à l’introduction de l’énergie-vapeur avant des mouvements d’engagement.

En plus de nous avoir permis de situer le débat actuel des historiens autour de la fécondité du terme de transition énergétique entre :

  •                 ceux qui le trouvent opératoire pour exprimer l’importance des innovations techniques, des facteurs naturels autant que des facteurs économiques et sociaux (parmi eux, Jeremy Rifkin),
  • et             ceux qui le voient comme un empêchement pour porter l’attention sur les dimensions pertinentes qui jouent comme entraves ou comme facteurs facilitant les changements autant que les permanences (parmi eux, Jean-Baptiste Fressoz),

    cette conférence nous permet de conclure sur une série de dimensions à ne pas négliger dans l’analyse :

  • du côté des entreprises en soulignant le rôle
    – de la disponibilité en ressources matérielles nécessaires à la nouvelle technologie,
    – de la maîtrise du procédé technique en termes de mise en œuvre et de maintenance,
    – de l’effet d’accroissement de la productivité qui suppose des débouchés en croissance,
  • du côté de l’encadrement administratif qui peut empêcher comme soutenir le mouvement,
    et
  • sans perdre de vue que plutôt qu’une substitution d’énergies, on observe une superposition des sources et des pratiques.

L’intervention de Xavier Daumalin du 17 février 2017 – 56 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 80 mn.


5 pensées sur “L’énergie-vapeur à Marseille au début du XIXe siècle : une introduction à pas comptés”

  1. Perturbateurs endogènes et perturbateurs exogènes

    La conférence a fait voir combien il est important de raisonner par rapport à un système et d’en repérer et caractériser les perturbateurs endogènes et exogènes. Dans le contexte actuel, le changement climatique est souvent convoqué pour justifier l’abandon de certaines pratiques en matière d’énergie. Sans doute peut-on le considérer sous cet angle de la perturbation du système, avec ses effets physiques propres, avec sa mise à l’agenda des ONG, des Etats, des entreprises… Quelles formes de perturbation produit-il ? Sur quel système ? Appréhendées comment ?

  2. Innovation et décroissance

    A travers les exemples donnés par Xavier Daumalin, il apparaît combien un contexte économique favorable a été décisif pour les entreprises marseillaises dans la réussite de l’introduction de l’énergie-vapeur. Ce contexte est ici lié à des particularités économiques régionales fortes (industries chimiques, déficit en eau…). Pourrait-on extrapoler, pourrait-on dire qu’une transition énergétique éloignant des énergies carbonées ne se réalisera que dans un contexte de demande énergétique forte ? et faut-il, par suite, souligner l’antagonisme qu’il y aurait à se projeter en même temps dans une perspective forte d’économies d’énergie ?

    1. Une disqualification brutale des autres sources est toujours envisageable comme ce fut le cas pour les CFC des aérosols, mis en cause comme dégradant la couche d’ozone et brutalement interdits. La décision de l’Allemagne de sortir du nucléaire montre aussi que la volonté politique peut induire des réorientations drastiques dans les choix énergétiques. Reste encore que répondre à une consommation orpheline, fût-elle limitée, constitue un nouveau marché à fournir dont il faut évaluer les opportunités. Dans le cas des aérosols, divers gaz ont pris le relais des CFC, aucun ne constituant d’évidence une solution aussi performante pour éviter les risques d’embrasement, d’odeur et d’instabilité. À court terme, le choix de l’Allemagne sur le nucléaire se traduit certes par une augmentation de la part des renouvelables dans le mix énergétique mais aussi par une augmentation du prix de l’électricité et par une aggravation de l’empreinte carbone du fait de la plus grande sollicitation du charbon. On pourrait imaginer un interdit brutal sur l’exploitation de toutes les ressources hydro-carbures, quelle qu’elles soient, laissant dans le sol ce qui y est encore, et cela constituerait un défi formidable que de répondre à la demande par d’autres voies. Pour autant, il faudrait simultanément s’assurer que ces voies soient plus vertueuses en contribuant à l’objectif général d’abaissement des émissions de gaz à effet de serre. Dans ce contexte, une taxation ou un prix du carbone élevé semblent être des éléments économiques importants pour éviter des effets pervers à court terme.

  3. Parmi les interrogations qui ressortent de l’exposé de Xavier Daumalin, en voici quelques-unes qu’on espère voir rebondir dans la suite du séminaire. La thématique commune entre les trois éléments de réflexion qui suivent est de faire une analogie entre le processus supposé de transition énergétique et le processus de diffusion d’une innovation dans la mesure où l’introduction de nouveaux vecteurs énergétiques s’apparente à l’introduction de nouveaux processus techniques qui permettent de les exploiter. Le développement de la vapeur est à cet égard (avec l’électricité dont on discutera le 17 mars à l’occasion de la conférence d’Alain Beltran), un exemple éloquent.

    Transition, transformation, changements : l’énergie comme vecteur de changements technologiques
    Avec la vapeur, nous avons un exemple de l’introduction d’un nouveau vecteur énergétique qui transforme l’économie et, plus généralement, la société. Si le terme de transition énergétique demande à être précisé dans ce contexte, puisqu’il s’agit plus de l’ajout d’une nouvelle source au bouquet énergétique existant que d’une substitution, les conséquences de cette introduction sont celles d’une innovation technique structurante, entraînant dans son sillage la transformation d’activités existantes, l’émergence de nouvelles activités qui rebattent les pouvoirs économiques et la distribution des prestiges au sein de la société. Les réticences et les conflits retardant sa diffusion sont des exemples de l’importance de ces effets sur le tissus économique et social en vigueur.

    Lecture économique : A ce titre, la diffusion de la vapeur peut se comprendre plus largement comme l’adoption d’une technologie à usage général (General Purpose Technology – GPT) dont l’étude dans la transformation des systèmes techniques montre que les changements qui s’opèrent répondent à des dynamiques profondes qui s’appuient autant sur les progrès techniques que sur des changements organisationnels divers pour en multiplier les effets dans le système économique. Le terme de transition énergétique renvoie, lui, à une acception plus volontaire du changement qui se démarque de cette dynamique de diffusion des innovations. Toutefois, les incantations au progrès et les politiques volontaristes se heurtent aussi à l’inertie des systèmes techniques installés car le changement doit nécessairement passer par la modification des pratiques, parfois bien ancrées.

    L’intervention de l’État est-elle nécessaire ?
    L’histoire heurtée des débuts de la vapeur sur Marseille, comparativement avec celle qu’elle a connue dans le royaume de Sicile, montre que les interventions de l’État ou de certaines autorités publiques, politiques, sont importantes dans la dynamique d’adoption et de transformation. Tantôt elles sont un frein en préservant les modèles économiques établis. Tantôt elles accordent des conditions dérogatoires, favorables, permettant d’assurer une rentabilité plus grande dans les premiers temps de développement en limitant la concurrence. Elles peuvent aussi consister en une aide financière plus directe. Si cette aide est nécessaire, elle ne semble pas suffisante pour s’assurer d’un avantage durable dans les phases ultérieures de développement. La capacité à saisir les opportunités de développement est un élément moteur du développement des systèmes productifs, notamment lorsque les innovations commencent à se diffuser plus largement et à bénéficier de marchés porteurs.

    Lecture économique : Face aux risques liés à l’innovation, le soutien ou le défaut des autorités publiques sont un appui ou un handicap critique dans les phases où la dynamique du marché ne peut, à elle toute seule, assurer la rentabilité économique. L’intervention publique se conçoit selon deux axes. Soit la préservation des droits de propriété sur les idées innovantes dans les premiers temps de leur développement, avec un arbitrage sur la durée de telles restrictions, permet de concilier l’appropriation du profit avec une diffusion ultérieure dans la collectivité (octroi d’un droit de monopole sur une activité). Le principe de la propriété intellectuelle doit ainsi donner des incitations suffisantes aux entrepreneurs pour prendre des risques dans de nouvelles activités afin que ces initiatives profitent à la collectivité lorsqu’elles feront leur preuve. Soit l’intervention de l’État peut se justifier selon l’argument de soutien des industries naissantes qui consiste à protéger temporairement les entreprises locales de l’avance d’autres entreprises (étrangères) afin de leur permettre d’accroître leur efficience et de devenir compétitives avant d’être exposées à la concurrence.

    Leadership et pragmatisme entrepreneurial
    Faut-il être au début du développement des énergies pour en bénéficier ? L’essor de la vapeur montre la difficulté de trouver des applications rentables dans les premiers temps du développement d’une technologie. L’adoption de nouvelles technologies est plus forte lorsque les perspectives économiques deviennent plus lisibles, réduisant ainsi les risques. Plusieurs motivations poussent ainsi des individus, des entrepreneurs, des communautés ou des pays à s’engager à un moment donné dans de telles aventures. Y a-t-il des contextes favorables ou défavorables à l’émergence de nouveautés comme des contextes favorables ou défavorables à leur essor économique et à leur adoption généralisée ? Les événements historiques, des particularismes locaux, des cultures singulières à différents moments du temps peuvent être des éléments déclencheurs comme des obstacles.

    Lecture économique : La figure de l’inventeur-entrepreneur, capitaine d’industrie, fait référence souvent à des situations concurrentielles où le vainqueur prend tout le marché. L’histoire économique montre que de telles situations sont rares et relèvent plus de la simplification a posteriori que d’un réel mode de développement mécanique et progressif. Dans la dynamique de diffusion des nouveaux vecteurs énergétiques, le premier entrant doit « évangéliser le marché » (développer des solutions techniques en cohérence avec une réseau d’approvisionnement et de distribution) et lutter contre les sources énergétiques établies en garantissant une meilleure performance technique de son innovation. Or ce qui permet à une innovation de se diffuser, d’être adoptée plus largement, est de répondre à des besoins. Ceci implique un tournant dans le processus de développement des techniques qui dépend d’une validation sociale. Cette rupture conceptuelle dans le cheminement des affaires entre une activité innovante et réservée à un nombre limité de bénéficiaires et une activité s’adressant à la masse des clients fait que souvent des acteurs secondaires peuvent prendre le dessus et renverser des situations déséquilibrées. In fine, ces situations de conflits et ces trajectoires de percussions multiples façonnent le chemin instable par lequel les vecteurs énergétiques s’insèrent et prennent plus ou moins de place dans le bouquet existant.

    Nicholas Crafts, 2004, “Steam as a general purpose technology: A growth accounting perspective”, The economic Journal, Vol. 114, N°495

    1. La conférence invite effectivement à discuter du positionnement de l’Etat, notamment par rapport aux enjeux sanitaires : la politique publique soutient-elle une initiative au nom d’arguments sanitaires vis-à-vis de la population ? Ou s’agit-il avant tout de protéger l’ordre public en prévenant les risques de révoltes frumentaires ? Et qu’en est-il aujourd’hui ? L’exemple anglais montre une mobilisation de la puissance publique sur la précarité énergétique des ménages au nom d’un impact sanitaire fort de l’exposition au froid, avec des conséquences importantes en termes de dépenses de santé. En France, c’est l’argument du gaspillage énergétique et de ses conséquences sur l’environnement (dérèglement du climat et préjudice à la nature) qui justifie une mobilisation contre l’habitat des plus pauvres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *