Visualisation et analyse géographique des réseaux

Claire Bidart et Alain Barrat ont eu l’excellente idée d’organiser un séminaire doctoral à l’IMéRA cette année et ils m’ont proposé d’intervenir pour présenter les logiciels de visualisation de réseaux disponibles et pour évoquer l’analyse de réseaux en géographie. Si ces deux séances n’ont pas été filmées (je pourrais expliquer pourquoi j’ai refusé mais ce n’est pas l’objet de ce billet), vous trouverez ci-dessous les deux diaporamas utilisés comme supports pour ces deux séances. J’y ai ajouté une bibliographie, nécessairement sélective, sur le sujet.

La séance sur les logiciels commence par quelques rappels de sémiologie graphique : si les géographes apprennent dans leur cursus les règles d’utilisation des variables visuelles, les autres disciplines ont plus rarement des cours consacrés à la visualisation de données quantitatives. Un très court historique de la visualisation des réseaux est ensuite proposé (de Moreno à la dataviz) avant que ne soient évoquées les difficultés renconcontrées pour la visualisation de grands graphes. La fin de la séance a été une démonstration des possibilités des logiciels Cytoscape et du package R igraph. Pour le premier, voir ce tutoriel rédigé par des étudiant.e.s de l’ENSAI ; pour igraph, voir le tutoriel récemment traduit de Katya Ognyanova (visualisation de réseaux, visualisation dynamique de réseaux).

La séance consacrée à l’analyse de réseaux en géographie reprend en partie des éléments déjà disponibles en ligne à cette adresse.

Il s’agit d’une mise en perspective de l’analyse de réseaux en géographie humaine qui essaye d’être le plus large possible et surtout de montrer comment les relations avec les autres disciplines se sont – ou non – construites.

L’analyse de réseaux en géographie – sélection bibliographique (février 2017)

Il ne s’agit pas ici de référencer l’ensemble des travaux de géographes mobilisant l’analyse de réseaux. Il s’agit plus modestement de lister 1. un certain nombre d’ouvrages et d’articles classiques 2. des travaux récents qui me semble ouvrir des pistes de travail intéressantes. Parcourir les bibliographies de ces références devrait permettre de combler facilement les lacunes les plus flagrantes.

Analyse des réseaux techniques

Chapelon, L. (1996). Modélisation multi-échelles des réseaux de transport: vers une plus grande précision de l’accessibilité. Mappemonde, 3(96), 28-36. En ligne
Dupuy G. (1991). L’urbanisme des réseaux, théories et méthodes. Armand Colin.
Gleyze, J. F. (2007). Effets spatiaux et effets réseau dans l’évaluation d’indicateurs sur les nœuds d’un réseau d’infrastructure. Cybergeo: European Journal of Geography, http://cybergeo.revues.org/5532.
Haggett P. et Chorley J. (1969) Network Analysis in Geography, Arnold.
Kansky K (1963). Structure of Transportation Networks: Relationships Between Network Geometry and Regional Characteristics. University of Chicago. Research Paper No.84.
Mathis P. (2003). Graphes et réseaux. Modélisation multiniveau. Hermès-Lavoisier.
Muraco W. (1972). Intraurban accessibility. Economic Geography, 48(4), 388-405.
Offner J.M. et Pumain D. (1996). Réseaux et territoires – significations croisées. Éditions de l’Aube.

Analyse des flux

D’Aubigny G. et al. (2000). Approche poissonnienne des modèles d’interaction spatiale, Cybergeo : European Journal of Geography, http://cybergeo.revues.org/4357
Berroir S. et al. (2017). Les systèmes urbains français : une approche relationnelle.Cybergeo : European Journal of Geography. http://cybergeo.revues.org/27945
Cattan, N. (1995). Barrier effects: the case of air and rail flowsInternational Political Science Review, 16(3), 237-248.
Nystuen, J. D., & Dacey, M. F. (1961). A graph theory interpretation of nodal regions. Papers of the Regional Science Association. 7(1), 29-42.

Visualisation

Bahoken, F. (2016). Contribution à la cartographie d’une matrice de flux. Thèse de doctorat, Université Paris 7.
Joliveau T., 2011, 500 millions d’amis, la carte de facebook (3 billets), https://mondegeonumerique.wordpress.com/tag/facebook/

Hybridations disciplinaires

Amiel M. et al. (2005). Réseaux multi-niveaux : l’exemple des échanges aériens mondiaux de passagers, Mappemonde, 79, http://mappemonde.mgm.fr/num7/articles/art05302.html
Beauguitte, L. (2011). L’Assemblée générale de l’ONU de 1985 à nos jours : acteur et reflet du Système-Monde. Thèse de doctorat, Université Paris 7.
Comin M.-C. (2009). Réseaux de villes et réseaux d’innovation en Europe : structuration du système des villes par les réseaux de recherche sur les technologies convergentes. Thèse de doctorat, Paris 1.
Drevelle, M. (2012). Structure des navettes domicile-travail et polarités secondaires autour de Montpellier. M@ppemonde, http://mappemonde-archive.mgm.fr/num35/articles/art12304.html
Ducruet, C. (2016). La spatialité des réseaux maritimes. Habilitation à diriger les recherches, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Ducruet, C. et Beauguitte, L. (2014). Spatial science and network science: Review and outcomes of a complex relationshipNetworks and Spatial Economics, 14(3-4), 297-316.
Lagesse C. (2015). Lire les lignes de la ville : Méthodologie de caractérisation des graphes spatiaux. Thèse de doctorant, Paris 7.
Lhomme, S. (2012). Les réseaux techniques comme vecteur de propagation des risques en milieu urbain. Une contribution théorique et pratique à l’analyse de la résilience urbaine. Thèse de doctorat, Université Paris 7.
Maisonobe M. (2015). Étudier la géographie des activités et des collectifs scientifiques dans le monde. De la croissance du système de production contemporain aux dynamiques d’une spécialité : la réparation de l’ADN. Thèse de doctorat, Université de Toulouse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *