L’artiste-chercheuse Oksana Chepelyk rend visible les données sur la pollution invisible

La biodiversité va décroissante tandis que la pollution augmente. Toutes les données récoltées le montrent, mais quoi de moins visible au quotidien ? Oksana Chepelyk s’est donné comme mission de rendre sensible les données sur l’écologie. L’artiste Ukrainienne, chercheuse au Département des Nouvelles Technologies de l’Institut de Recherche d’Art Moderne d’Ukraine, était en résidence pendant deux mois à l’IMéRA en partenariat avec l’Institut Ukrainien, dans le cadre du Programme EXTER: International Art Residency Programme by Ukrainian Institute. L’artiste s’intéresse particulièrement aux algues bleues-vertes, qui causent des ravages dans le fleuve ukrainien Dnipro mais aussi plus largement à la biodiversité marine, sur laquelle plusieurs laboratoires d’Aix-Marseille Université se penchent. Portrait de l’artiste-chercheuse.

 

Comme artiste ukrainienne, chercheure et curatrice du Département des Nouvelles Technologies de l’Institut de Recherche d’Art Moderne d’Ukraine, Oksana Chepelyk travaille sur l’art contemporain et les nouvelles technologies, et leur implication dans l’environnement architectural, dans le but de les intégrer comme espace social. Elle travaille au moyen d’installations, de films, de vidéos, de multimédia, de la photographie et de performances. L’artiste était en résidence en octobre et novembre 2019 à l’IMéRA. Plus d’informations sur Oksana Chepelyk ICI.

Oksana Chepelyk avait 25 ans lors de la catastrophe de Tchornobyl (Tchernobyl). Elle était de passage à Kyiv (Kiev) lors de la catastrophe… mais n’en a rien su sur le moment. Elle n’apprendra la catastrophe qu’avec l’alerte déclenchée par la Suède, suite à la détection de niveaux alarmants de radioactivité sur leur territoire. De cette « invisibilité » de la radioactivité, Oksana Chepelyk va s’inspirer pour construire le fil directeur de ses œuvres : rendre sensibles les données globales sur l’écologie.

32 ans plus tard, c’est à un autre dommage environnemental que s’intéresse Oksana, dans le cadre du groupe de travail “The Waters Come Into My Soul” au sein de l’ IZOLYATSIA American Arts Incubator. C’est en tant que membre de ce groupe que Oksana Chepelyk est venu passer 2 mois à Marseille, dans le cadre du Programme EXTER: International Art Residency Programme by Ukrainian Institute. L’équipe “The Waters Come Into My Soul“, qui s’intéresse à la pollution de l’eau en Ukraine, veut se faire, selon ses propres mots, “l’avocat collectif des âmes des créatures vivantes, en soulignant combien l’eau est une source majeure de vie sur Terre” et utilise pour cela toutes formes de technologies : l’impression numérique de textile,  la vidéo algorithmique, des projections, des imprimantes 3D, la microscopie vidéo, le son…

Colonisation du Dnipro par les cyanobactéries

Le groupe s’intéresse particulièrement à la colonisation du fleuve ukrainien Dnipro par les cyanobactéries également appelées algues bleues-vertes. Le Dnipro est le troisème fleuve d’Europe par sa longueur. L’augmentation rapide de la concentration des cyanobactéries dans ses eaux peux aboutir à la création d’environnements toxiques pour les humains et d’autres espèces par le biais d’événements d’eutrophisation et de «cyanotoxines». A terme, le phénomène peut conduire à la disparition de la faune et de la flore présentes jusqu’alors, entrainant la création de véritables zones mortes (“Dead Zones”). Si les cyanobactéries ont plusieurs milliards d’années d’existence derrière elles, leur prolifération récente et leur toxicité est en grande partie due aux rejets industriels et urbains, où se trouvent en abondance phosphates, nitrates et produits azotés favorable à leur croissance.

Dead zones

Ces “zones mortes” créées par l’algue bleue-verte ne sont pas cantonnées au Dnipro mais sont observables dans la Mer Baltique, le Golfe du Mexique, dans la Mer d’Arabie, en Chine… Si la Méditerranée est encore épargnée par le phénomène, plusieurs laboratoires de la région de Marseille intéressent l’artiste pour alimenter ses recherches ciblées sur les données en écologie et écosystèmes, ainsi que pour alimenter en matériaux le projet “The Waters Come Into My Soul“. Son intérêt pour la pollution marine l’a entrainé au sein de l’Institut Méditerranéen de biodiversité et d’écologie (IMBE) à la Station Marine d’Endoume, en plein coeur de Marseille dans rade d’endoume, où elle a pu rencontrer Thierry Pérez, directeur de recherche CNRS dans l’équipe Diversité et Fonctionnement des molécules aux écosystèmes. Le chercheur y étudie les éponges mais aussi d’autres espèces marines et bactéries.

Les recherches d’Oksana Chepelyk l’ont également menées au site de lObservatoire de Haute Provence situé à Saint-Michel-l’Observatoire, près de Forcalquier et Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence, où est également étudiée la biodiversité méditerranéenne dans un laboratoire de l’IMBE, ainsi qu’à l’Institut méditerranéen d’océanographie (MIO) sur le campus de Luminy.

Aquariums dans la station marine d’Endoume (Institut Méditerranéen de biodiversité et d’écologie (IMBE)), Marseille. De nombreuses données sur l’écosystème marin y sont analysées, qui intéressent Oksana Chepelyk dans son processus de création.  
Image de Plancton (Thalassiosira Antarctica var borealis) étudié à l’Institut Méditerranée d’océanologie (AMU/CNRS/IRD/Université de Toulon, Institut Pythéas – OSU), GREENEDGE – 2016, MIO Plankton images. Oksana Chepelyk, architecte de formation, s’intéresse également à la microstructure de diverses espèces sous-marines afin de l’intégrer à la conception d’architecture.

L’intention d’Oksana Chepelyk est de continuer à travailler avec Thierry Pérez sur une création audiovisuelle « Métabolomics », qui pourrait faire l’objet d’un séjour plus long d’Oksana à Marseille. Le projet a pour objectif de mettre en images les données sur la vie marine récoltées et analysées au sein du laboratoire avec des outils tels que la spectroscopie nucléaire à résonance magnétique ou la spectrométrie de masse, soit les mêmes outils que ceux utilisés pour les recherches effectuées en Ukraine sur Cyanobacteria. La métabolomique étudie les métabolites présents dans les organismes et, dans le cas des recherches effectuées à l’IMBE, permettent d’en savoir beaucoup sur l’état de pollution de la vie marine.

Rendre visibles les données invisibles

Une ligne directrice traverse les oeuvres d’Oksana Chepelyk : rendre visibles les données invisibles sur l’environnement, aussi bien pour en montrer la beauté que pour alerter sur sa dégradation. Dans le cas de Métabolomics, Oksana Chepelyk souhaite même que la création audiovisuelle soit « pilotée par les données » : c’est au fur et à mesure que les données sont récoltées et analysées et que la création prend forme en fonction de celles-ci, un procédé que l’artiste-chercheure a déjà utilisé. Pour le projet Virtual Noosphère, Oksana Chepelyk projetait dans le ciel de Kyiv les données récoltées par les sondes stratosphériques au fur et à mesure qu’elles étaient retransmises à la station de Kyiv.

Virtual Noosphere”, Meteo Station, Kyiv, 1996

« Comment art et technologie peuvent-ils révéler ce qui est caché et les rendre plus visibles ? », pose comme question Oksana Chepelyk dans une présentation qu’elle illustre avec un papier chromatographique en train de révéler ses résultats. Pour l’artiste-chercheure, l’art peut être engagé en faveur de causes sociales et environnementales, participant ainsi à la formation d’une société orientée vers un futur durable.

L’artiste-chercheuse Oksana Chepelyk rend visible la pollution invisible

« Comment art et technologie peuvent-ils révéler ce qui est caché et les rendre plus visibles ? »

Dans le contexte politique actuel de l’Ukraine, Oksana Chepelyk croit aussi à son rôle en tant qu’artiste pour promouvoir la culture ukrainienne et démasquer l’héritage post-colonial. C’est pourquoi dans cet article, à sa demande, les noms propres relatifs à l’Ukraine ont ainsi volontairement été écrits selon la toponymie ukrainienne, et non dans la toponymie russe dont est tirée la version française. Quoiqu’ayant travaillé sur tous les continents, l’Ukrainienne reste attachée à son pays d’origine et travaille activement sur les nombreux dommages environnementaux qui abîme son territoire.

Breakfast on the grass, 1996 :

En 1996, dix ans après la catastrophe de Tchornobyl, Oksana Chepelyk exposait “Breakfast on the grass” qui détourne l’oeuvre d’Edouard Manet pour montrer des cubes de graphite, un matériau utilisé dans les centrales nucléaires pour séparer les tiges de combustible et ralentir la réaction en chaine, placés dans des assiettes. Plus de 20 ans plus tard, Oksana Chepelyk, toujours intéressée par Tchornobyl, travaille sur un film « Dead Zones » qui mettra en images le site nucléaire abandonnée où l’artiste s’est rendue il y a peu de temps.

Oksana Chepelyk dans le centre de contrôle de la centrale de Tchornobyl.

En savoir plus sur Oksana Chepelyk :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.